TI ELIZ IZA

ton
Kempennet gant Christian Souchon (c) 2007


"Oc'h ober tamm" gant Rodéric O'Conor (1893)

Ti Eliz Iza 'zo ur plac'hig
Eürus, dous, koant 'vel un aelig

Eürus, dous, koant 'vel un aelig
He anv 'zo Korantenig

'Vont d'an Ejip dre ar Saozon
Ma zad 'zo beuzet kreiz ar mor don

Kalon ma mamm baour a ranne
Pa n'oa klevet ar c'heloù-se

War vord ar mor, war ur garreg
Korantenig 'ouele dourek

"Alas, alas piv ez on me
Me n'am eus den war ar bed-mañ

Me n'am eus den war an douar
Na tad na mamm, na breur na c'hoar

'Barzh an neñvoù zo un tad mat
E Rumengol 'zo ur vamm vat"

Korantenig 'ouele dourek
E Rumengol p'oa erruet

"Gwerc'hez Vari, me a zo paour
N'am eus mann 'bet, blev melen aour

Me m'eus na koar na goulaouenn,
Netra, netra, 'met ma fedenn

Me a rei deoc'h 'vit kurunenn
Ur gudenn deus ma blev melen"

Elise Iza loge une fille
Belle comme un ange et gentille,

Comme un ange gentille et belle.
C'est Corentine qu'on l'appelle.

"Quand en Egypte il se rendait,
Mon père fut tué par l'Anglais.

Ma mère en eut le coeur brisé
Sitôt la nouvelle arrivée."

Sur un rocher face au rivage
Les pleurs inondaient son visage.

"Pauvre Corentine, vraiment,
Te voilà bien seule à présent.

Plus de parents sur cette terre,
Frère ni soeur, père ni mère!

Au ciel il est un père encor
Et une mère à Rumengol!"

Elle pleurait encor ma foi
Quand à Rumengol elle entra.

"Vierge Marie, pour faire un don
Je n'ai rien, que mes cheveux blonds.

Pas plus de cierge que de cire,
Rien que ma prière à offrir.

Et pour vous faire une couronne
C'est une natte que je donne..."

Trad. Ch.Souchon (c) 2006



* Taolenn*