KEMEROM AN HENT TREUZ

ton

Kempennet gant Christian Souchon (c) 2007


"Koad a Garantez" gant Rodéric O'Conor (1893)

DISKAN

Kemerom an hent treuz
Rag ma eñ ar berra (teir wech)
Deom da glask va mestrez
An hini a garan.


Dre al lannoù o kouevratad
Pegen liez em-eus redet (d.w.)
Me grede jibouesad ar gad
Va c'halon a zo bet tapet.
Iou iou iou iou iou iou iou!
Iou iou iou iou iou iou iou!


Hag ahoude, en devalen,
Siminal va dous a welan.
Endro d'ezañ eur vogeden:
Em c'halon-me ema an tan.

Hag ahoude, kent goulou deiz
Me gred kleved eur zonenn gaer.
Sonenn kén douz ar garantez:
Em c'halon ema ar soner.

Hag ahoude en va huñvre
Me wel o kreski eur rozenn
Warnezi bleun kaer vel an deiz
Em c'halon ema he gwrizienn.

An durzunel epad an noz
War ar bar e-neus c'huanadet
Nez-eus na kousked na repoz
A pa garer heb boud karet.

Setu perag, dre an hent treuz
Er mintin-mañ, deom a vanden
Ha kent an noz ar gad laerez
E vo louiet em c'houevraten.


REFRAIN

Le chemin de traverse
Est de tous le plus court (trois fois)
Il mène à ma maîtresse
Il mène à mes amours.


Posant mes collets, dans la lande,
J'ai souvent passé par ici (bis)
Une hase je voulais prendre
Et ce fut mon coeur qui fut pris.
Iou iou iou iou iou iou iou!
Iou iou iou iou iou iou iou!


Un peu plus loin, dans la vallée,
C'est sa cheminée que je vois.
Et s'il en sort de la fumée:
C'est mon pauvre coeur qui flamboie.

Alors que le jour va paraître
Je crois entendre un chant berceur,
Un chant d'amour qui me pénètre:
C'est dans mon coeur qu'est le sonneur.

Et voici qu'un rêve m'appelle
Et me montre un rosier en fleurs.
Comme le jour la rose est belle:
Elle prend racine en mon coeur.

Toute la nuit la tourterelle
Sur son perchoir a soupiré:
Car il n'est de souffrance telle
Qu'aimer et n'être point aimé.

Donc, par le chemin de traverse,
Ensemble, allons, de bon matin.
Avant le soir, hase traîtresse,
Tu seras prise à mon filin.

Traduction: Ch. Souchon (2007)



* Taolenn*