Yannig ar Gall

et rapprochement avec "Notre Dame du Folgoët" du "Barzhaz Breizh"

Ballade recueillie par François-Marie Luzel
auprès de Louis Le Braz, au bourd de Prat en 1873

Publiée dans "Gwerzioù Breizh-Izel", Tome II en 1874

Mélodie
Chantée par Marie-Jeanne Le Bail à Port-Blanc
tirée de "Musiques Bretonnes",
recueil de Maurice Duhamel publié en 1913

Arrangement Christian Souchon (c) 2008

VERSION "GWERZIOU BREIZ IZEL"

I
Yannig Gall a Verlevenez
Bravañ den yaouank a vale:
Bez eo fleur a veleien,
An noblañs hag ar vourc'hizien,

Bez eo fleur a veleien,
An noblañs hag ar vourc'hizien,
Labourerien, artisaned:
A-barzh finn ar werz a welfet.

II
Yannig ar Gall a "vonjoure"
El linadeg pa errue:
- Bonjour ha joa holl en ti-mañ
Va dous Franseza, pelec'h ma?

Hag an ozac'h a lavare
Da Yannig ar Gall p'hen kleve:
- Na, tostait da dal an tan,
Hag he gwelfet bremañ souden.

Mab hor sakrist a vonjoure
El linadeg pa errue:
- Bonjour ha joa holl en ti-mañ
Va dous Franseza, pelec'h ma?

Hag an ozac'h a lavare
Da vab ar sakrist, p'hen kleve:
- Na, da dal an tan tostaït
Ha brema soudenn he gwelfet.

III
Na mab ar sakrist a lare
Ebarzh ar park pa errue:
- Yannig ar Gall, va c'hamarad,
Setu ni amañ daou paotr vad;

Setu ni amañ daou paotr vad;
Deomp da ziwiska hon dilhad,
Ar penn-kentañ zo d'eomp hon daou,
Gant enor ni hen c'honduo...

An abardaez zo tostaet,
Adverenn d'ar park zo digaset.
Yannig ar Gall oe estonet
En e chupenn p'eo bet kroget.

En e chupenn p'eo bet kroget,
O weled oa enni paket:
Kalei, siboar, platinenn,
A oa paket en e chupenn!

Mab ar sakrist a lavare,
Na, da Yannig ar Gall neuze:
- Yannig ar Gall, va c'hamarad,
Te az-peus laeret an traou sakr!

- Gwerc'hez Vari, ma sikouret,
An traoù sakr n'am-eus ket laeret;
Gwerc'hez wenn a Verlevenez,
Me na on ket kapabl da se!

- Yannig ar Gall, te zo manket
Rag an traoù sakr az-peus laeret.
Yannig ar Gall, laer a gari,
Yannig ar Gall, krouget a vi! -

IV
Yannig ar Gall a lavare
Barzh ar prison pa errue:
- Breudeur, kerent ha mignoned,
En añv Doue, va sikourit!

Gwerc'hez Vari, mamm benniget,
En añv Doue, va sikourit!
En añv Doue, va sikourit!
An traoù sakr n'am-eus ket laeret.

- Yannig ar Gall, c'hwi eo va mab,
M'ho ped, kemerit kouraj vat!
Eus ho prison pa sortifet,
Yannig, c'hwi a vo delivret!

Ur breur d'e dad oa d'ar c'houlz-se
Kure barzh-en Brelevenez.
Hag a laras reiñ pemp-mil skoed;
Vit na vije ket distrujet.

Med alas! Dezhañ oe laret
- Ha pa larfec'h reiñ pemp mil skoed
Ha pa larfec'h reiñ pemp mil skoed
Yannig ar Gall vo distrujet!

V
Yannig ar Gall a lavare
En devez braz, eus ar beure:
- Gwerc'hez Vari, va sikourit!
An traoù sakr n'am-eus ket laeret.

- Yannig ar Gall, c'hwi eo va mab,
M'ho ped, kemerit kouraj vat!
Na, it-c'hwi beteg ar potañs,
Eno, ho-po ho delivrañs!

War un aneval oa lakaet,
Hent ar potañs 'neus komeret:
Pa oa 'trmen 'biou ar vered
Ar marc'h a zo bet daoulinet.

Tud ar justis a c'houlenne
Na, eus Yannig ar Gall neuze:
- Petra d'ar marc'h-se ho-peus graet
Ma z'e d'an douar daoulinet?

Yannig ar Gall a lavare
Na da dud ar justis neuze
- Netra d'ar marc'h n'am-eus-me graet,
Saludiñ a ra an Dreinded! -

Ar Werc'hez 'zo apariset.
Da Yannig ar Gall d'eus laret:
- Yannig ar Gall, c'hwi eo va mab,
Diskennit hag it war ho treid!

VI
Yannig ar Gall a lavare
War ar potañs pa errue:
- Gwerc'hez Vari, C'hwi hen goar mad,
N'am-eus ket laeret an traoù sakr! -

Hag ar bourrev a lavare
D' Yannig ar Gall, eno, neuze:
- An traoù sakr c'hwi ho-peus laeret,
Yannig ar Gall, c'hwi vo krouget! -

Eus a potañs a oe krouget.
Hag an tan, dindanañ, p'eo c'hwezhet,
Hag an tan, dindanañ, p'eo c'hwezhet,
En daou hanter ez eo rannet.

Tud ar justis a lavare
Na, d'ar bourrev, eno, neuze:
- Perag n' varv ket Yannig ar Gall?
Biskoazh n'eo gwelet kemend-all!

Me zo bet teir gwech war e skoaz:
Nemed c'hoarzhiñ ouzhin na ra
Ha laret din: "Gwaskit bepred!
Plijadur d'ar bopl a refet!" -

Tud ar justis a lavare,
Na, da Yannig ar Gall, neuze:
- Yannig ar Gall, d'eomp-ni larit:
Petra zo kiriek n' varvfec'h ket?

- N' welit ket ar Werc'hez Vari
Krog en brec'h, euz ma freserviñ?
N welit ket ar Spered Santel,
Va daoudroad war E divaskell? -

Yannig ar Gall oe diskennet.
Mab ar sakrist 'n e-lec'h lakaet.
Mab ar sakrist 'n e-lec'h lakaet,
Ha 'vel oa dleet, distrujet...

Beleien 'r Vali, pa glewjont
Ur prosesion a savjont;
Ur prosesion a savjont,
Da glask Yannig ar Gall 'z ejont.

Kroaz ha banniel a oa gante:
Holl Lannuoniz o heuilhe.
Hag un "Te Deum" 'oe kanet
Ha grasoù da Doue rentet.

Kanet gant Loeiz AR BRAZ
Guyader er bourk PRAT, 1873
VERSION "BARZHAZ BREIZH"






Dans cette version du "Pardon du Folgoët" du Barzhaz Breizh, publiée par Luzel dans le second tome des "Gwerzioù Breizh Izel" en 1874, le héros de l'histoire est un jeune homme, Yann Ar Gall, Jean Le Gall.
Une rivalité amoureuse avec le fils du sacristain, conduit ce dernier, lors d'une "linerie" (séance de travail collectif consacrée à l'arrachage du lin), à cacher les objets sacrés, calice, ciboire , patène, qu'il a dérobés à l'église, dans les vêtements que Jean avait ôtés, avant de se mettre à l'ouvrage. Le traître appelle la justice et réclame la pendaison pour son rival. Malgré l'intervention de son oncle, le curé du village, qui offre 500 livres pour obtenir sa grâce, la condamnation de ce dernier est prononcée.
La Vierge Marie qu'il invoque, invite le malheureux Jean à marcher au supplice sans broncher. Signe que Dieu ne l'abandonne pas, le cheval sur lequel on l'a juché s'agenouille devant l'image de la Trinité qui orne le placitre où se dresse la potence.
Le supplice, au cours duquel on complète la pendaison par un bûcher allumé sous les pieds du condamné, est sans effet sur ce dernier, malgré l'acharnement du bourreau. C'est, explique-t-il, que le feu s'écarte pour faire place à la Vierge et au Saint Esprit qui le préservent de la strangulation.
Le fils du Sacristain qui le remplace au gibet, ne bénéficie pas de cette protection, et subit le sort qu'il mérite.
Les prêtres de Saint-Jean du Baly, précédés de la croix et la bannière, et tous les habitants de Lannion, font un triomphe au miraculé.




**********************






This is a version of the Barzhaz Breizh lament known as "The Folgoat Pardon". It was published by Luzel, in the second book of his "Gwerzioù Breizh Izel", in 1874. The hero is a young man, Yann ar Gall, John Le Gall.
Because both of them woo the same girl, the sexton's son, on the occasion of a flax harvesting party, steals sacred vessels from the church and hides them under the jacket and overcoat his rival John has laid down to work at ease. The traitor calls the police forces, suggesting that the thief be hanged. In spite of a sum of 500 pounds offered by his uncle, the town's vicar, (and possibly the proprietor of the embezzled things) in exchange of his life, the young John is condemned.
The Holy Virgin, whom he implores, exhorts him to accept to be hanged, without flinching. God gives a sign that He does not give him up, when the horse the condemned man was made to ride suddenly knelt down before a calvary adorning the churchyard where the gallows stand.
Neither hanging, nor a fire, kindled underneath the feet of the unfortunate lad are of use: in spite of the executioner's exertions, he will not die. He explains that the blaze is averted by the presence of the Holy Virgin and the Holy Ghost who prevent him from being strangled.
The sexton's son whose head soon replaces his in the noose does not enjoy such protection and he has to meet a well-deserved fate.
Preceded by the priests of Saint-John-du-Baly Church, with cross and banner in front, the citizens of Lannion Town carry back home in triumph the miraculously surviving young man.
TRADUCTION de la version "GUERZIOU"

I
Jean Le Gall, de Brélévenez,
Est le plus bel homme qui soit
Le meilleur de tous: qu'ils soient prêtres,
Qu'ils soient nobles, ou bien bourgeois.

Quels qu'ils soient, laboureurs ou prêtres,
Nobles, citadins, artisans:
C'est ce que je ferai paraître
A la conclusion de ce chant.

II
Jean Le Gall à la linerie :
Se présente et salue chacun.
— Bonjour! Ma charmante Fannie
Dort-elle? Je ne la vois point. -

Prenant la parole l'ancêtre
Répondit à ce soupirant:
— Venez vous chauffer près de l'âtre!
Elle descend dans un instant. -

A son tour à la linerie
S'en vient le fils du sacristain,
— Salut, toute la compagnie!
Ma Françoise n'y est-elle point?

Et le vieux père de famille
Dit, en toute impartialité:
— Chauffez-vous, puisqu'un bon feu brille!
Elle ne saurait plus tarder. -

III
Le fils du sacristain parade
Lorsqu'il arrive dans le champ :
— Jean Le Gall, mon cher camarade,
Travaillons ensemble à présent!

Nous sommes deux gaillards solides!
Nos habits, déposons-les là.
La première place aux bolides:
Qu'on ne nous en déloge pas!

Quand sur les champs le soir se couche,
Et qu'on apporte le goûter,
Jean, voulant se revêtir, touche
Sa veste et sursaute, étonné.

Et qui n'en eût point fait de même,
En y voyant, enveloppés,
Calice, ciboire et patène
Qu'à l'église on avait volés?

Le fils du sacristain s'exclame,
Le verbe haut, le doigt pointé:
— Je te croyais mon camarade:
Tu volais les vases sacrés!

— O, protégez-moi, Sainte Vierge!
Je n’ai rien fait. Ce n'est pas moi;
O Vierge de Berlévénez,
Jamais je n'aurais fait cela!

— Jean Le Gall commit l'impudence
De voler ces vases sacrés;
Quoi qu'il dise pour sa défense,
Qu'il soit pendu! Qu'il soit châtié!

IV
Jean Le Gall, hélas, eut beau faire,
A la prison on l'emmena:
— Mes parents, mes amis, mes frères,
Au nom de Dieu, secourez-moi!

Vierge Marie, mère bénie,
Votre fils veuillez protéger!
Protégez-moi, Vierge Marie,
Qui, vous le savez, n'ai rien fait!

— Jean Le Gall, reprenez courage!
Vous êtes mon fils, je le sais.
Le soleil luit après l'orage:
Bientôt, vous serez délivré.

Voilà qu'un frère de son père
Vient proposer cinq-cents écus,
- De Berlévénez le vicaire -,
Afin qu’il ne soit point pendu.

Mais hélas il s'entend répondre:
— Vous promettriez un million;
Que nous vous dirions "non", sans l'ombre
D'un doute! Mort par pendaison!

V
Quand vint le jour de l'ordalie
Jean Le Gall sans cesse priait
— Protégez-moi, Vierge Marie,
Je n'ai rien pris, rien profané!

- Je vous prie de garder courage,
Jean Le Gall, vous êtes mon fils.
Conformez-vous donc aux usages.
Votre salut vous est promis. -

Sur un cheval ils le hissèrent,
On prit le chemin du gibet:
Passant devant le cimetière,
Le cheval s’est agenouillé.

Les gens de justice d'injures
Agonisent Jean, et de cris:
— Qu’as-tu donc fait à ta monture,
Pour qu'elle s'agenouille ici?

Jean Le Gall aux gens de justice,
S'est contenté de déclarer:
- Qu'imaginiez-vous que je fisse?
Elle a salué la Trinité. -

La Vierge Marie qui se montre,
A Jean Le Gall a chuchoté :
— Fils, je viens à votre rencontre.
Descendez, et allez à pied! -

VI
En arrivant à la potence :
Jean Le Gall, en priant, disait,
— Marie, protégez l'innocence!
O, Vierge, je n'ai rien volé!

Mais le bourreau reste inflexible
Et dit: - Assez de temps perdu!
Vous commîtes un vol horrible:
Jean Le Gall, vous serez pendu!

On le pendit à la potence,
On alluma le feu sous lui :
Lequel s'ouvrit comme deux anses,
Et en deux moitiés se fendit.

Les gens de la justice, moroses,
Disaient au bourreau, ce jour-là:
- Vit-on jamais pareille chose!
Pourquoi ce Jean ne meurt-il pas?

- Trois fois j'ai pesé sur l'épaule,
Et chaque fois il a souri,
Disant: "Si vous trouvez ça drôle,
Continuez, car le peuple rit."

Ils disaient les gens de la justice
A Jean Le Gall: - Ca, dites-nous,
Dites-nous pourquoi le supplice
Demeure sans effet sur vous!

— Ne voyez-vous donc pas la Vierge
Me soutenir à bouts de bras?
Que mes pieds s'appuient sur deux ailes,
Celles du Saint-Esprit, je crois. -

On descend Jean de la potence,
Et c'est le fils du sacristain,
Le perfide, qui prit sa place.
Son sort fut différent du sien.

Les prêtres du Baly l'apprirent
Et, formant une procession,
Aussitôt en marche se mirent
Pour aller chercher le garçon.

Ils portaient croix et bannière;
Les gens de Lannion les suivaient:
Par un Te Deum ils louèrent,
Dieu pour sa grâce et ses bienfaits.

Traduit par Christian SOUCHON
(c) 2012


François-Marie Luzel (1821 -1895)


Retour à "Notre-Dame du Folgoët"