Saint Etienne et Hérode - La corneille et la grue

Saint Stephen and Herod - The Carnal and the Crane

Tiré de "The English and Scottish Popular Ballads" de J.-F. Child

1° Saint Stephen and Herod

Mélodie

Pas de mélodie connue. Le fond sonore est celle du chant suivant

Arrangement par Christian Souchon (c) 2013


ORIGINAL VERSION

SAINT STEPHEN AND HEROD

1. SEYNT Stevene was a clerk in kyng Herowdes halle,
And servyd him of bred and cloth, as every kyng befalle.

2. Stevyn out of kechone cam, wyth boris hed on honde;
He saw a sterre was fayr and bryythot over Bedlem stonde.

3. He kyst adown the boris hed and went into the halle:
‘I forsak thee, kyng Herowdes, and thi werkes alle.

4. ‘I forsak the, kyng Herowdes, and thi werkes alle;
Ther is a chyld in Bedlem born is beter than we alle.’

5. ‘Quat eylyt thee, Stevene? quat is the befalle?
Lakkyt the eyther mete or drynk in kyng Herowdes halle!’

6. 'Lakit me neyther mete ne drynk in kyng Herowdes halle;
Ther is a chyld in Bedlem born is beter than we alle.’

7. 'Quat eylyt the, Stevyn? art thu wod, or thu gynnyst to brede?
Lakkyt the eyther gold or fe, or ony ryche wede?’

8. ‘Lakyt me neyther gold ne fe, ne non ryche wede;
Ther is a chyld in Bedlem born xal helpyn vs at our nede.’

9. 'That is al so soth, Steuyn, al so soth, iwys,
As this capoun crowe xal that lyth here in myn dysh.’

10. That word was not so sone seyd, that word in that halle,
THe capoun crew Cristus natus est! among the lordes alle.

11. 'Rysyt vp, myn turmentowres, be to and al be on,
And ledyt Steuyn out of this town, and stonyt hym wyth ston!’

12. Tokyn he Steuene, and stonyd hym in the way,
And therfore is his euyn on Crystes owyn day.

From a transcript from Sloane MS, 2593, fol. 22 b, British Museum
MODERN SPELLING

SAINT STEPHEN AND HEROD

1. Saint Stephen was a clerk in King Herod's hall
And served him with bread and cloth, as every king befalls.

2. Stephen out of the kitchen came, with a boar's head in his hands;
He saw a star, was fair and bright over Bethlehem stand.

3. He cast adown the boar's head and went into the hall:
‘I forsake thee, king Herod, and thy works all.

4. ‘I forsake thee, king Herod, and thy works all;
There is a child in Bethlehem born, is better than we all.’

5. ‘What ails thee, Stephen? What is thee befell?
Lacked thee either meat or drink in king Herod's hall!’

6. 'Lacked me neither meat nor drink in king Herod's hall;
There is a child in Bethlehem born is better than we all.’

7. 'What ailed thee, Stephen? Art thou in woe, or beginning to brood?
Lacked thee either gold or fee, or any rich weed?’

8. ‘Lacked me neither gold nor fee, nor any rich weed;
There is a child in Bethlehem born shall help us at our need.’

9. 'That is all so sooth, Steven, all so sooth, aye,
As this capon shall crow that lies here in my dish.’

10. That word was not so soon said, that word in that hall,
The capon crew "Christus natus est! among the lords all.

11. 'Rise up, my tormentors! be to and all be on!
And lead Stephen out of this town, and stone him with stones!’

12. They took Stephen, and stoned him on the way,
And therefore is his even on Christ's own day.

TRADUCTION FRANCAISE

SAINT ETIENNE ET HERODE

1. Saint Etienne était domestique au palais d'Hérode
Et il lui apportait le pain, les vêtements et tout ce qu'il sied à un roi.

2. Etienne venait de la cuisine, portant en ses mains la tête d'un sanglier;
Il vit une étoile, belle et claire, immobile au dessus de Bethlehem.

3. Il jeta par terre la tête de sanglier et entra dans le palais:
‘Je te quitte, roi Hérode, toi et tout ton service.

4. ‘Je te quitte, roi Hérode, toi et tout ton service.;
Un enfant est né à Bethlehem; Il vaut mieux que nous tous.’

5. ‘Qu'est-ce qui te prend, Etienne? Qu'est-ce qui t'arrive?
As-tu manqué de nourriture ou de boisson au palais d'Hérode?’

6. 'Je n'ai manqué ni de nourriture, ni de boisson au palais d'Hérode;
Un enfant est né à Bethlehem; Il vaut mieux que nous tous.’

7. 'Qu'est-ce qui te prend, Etienne? Es-tu triste ou commences-tu ruminer?
As-tu manqué d'or, ou de gages, ou de riches vêtements?’

8. ‘Je n'ai manqué ni d'or, ni de gages, ni de riches vêtements;
Il est un enfant, né à Bethlehem qui vient nous aider dans notre détresse.’

9. Cela est tout aussi vrai, Etienne, tout aussi vrai, certes
Que ce chapon dans mon assiette va se mettre à chanter.’

10. A peine avait-il prononcé ces mots, ces mots en ce palais,
Que le chapon chanta "Christus natus est!" parmi tous les seigneurs.

11. Debout, mes bourreaux! Accourez tous!
Conduisez Etienne hors de cette ville et lapidez-le avec des pierres!’

12. Ils prirent Etienne, et le lapidèrent sur la route,
Et c'est pourquoi la veille de sa fête, c'est le propre anniversaire du Christ.

Traduit d'une transcription du manuscrit "Sloane MS", 2593, fol. 22 b, du British Museum


NOTES BY F.-J. CHILD:

Source of this text

The first editor of the ballad, Thomas Wright, in 1856, remarked, in his "Songs and Carols", edited for the Warton Club, about this piece found on a 15th century MS (judging by the handwriting) kept in the British Museum (Sloane MS, 2593, fol.22 b):
"I know not whence this strange legend of St Steven being King Herod's clerk of the kitchen is derived."
Joseph Ritson (1752 - 1803) also published the piece under the title "A carol for St. Steven's Day" [26th December] in his "Ancient Songs", 1790.
In William Sandy's "Christmas Carols Ancient and Modern" (1833), p.4, the legend appears, as a part known as "the Wise Men and Herod" of "The Carnal and the Crane", p. 152 (with music in the 1852 John Russell Smith edition, pp.246-251). [This second song will be found further down on the present page°.

The Legend of the roasted cock

This is a radically unhistorical narrative [inasmuch as the first two chapters of Matthew and Luke may be considered historical records]: Stephen proto-martyr was a deacon early in the Apostolic age, when some of Jesus' original apostles were still alive. He preached the new faith to a hostile audience of Jews (including Paul before his conversion) and he was martyred by stoning. Therefore he was alive after the Passion, Resurrection, and Ascension of Jesus. The emphasis in the ballad on the association of Stephen and Herod, and the claim that Stephen's martyrdom was the result of the manifestation of the star at Christ's birth, are radically at odds with biblical chronology.
Medieval religious writers might have expected their audience to accept the truth of such extra-scriptural miracles even when they flatly contradicted Scripture.

Though the song is preserved in a mid-fifteenth-century MS, it must (or at least the core of it) have been known long before. One medieval author was aware of the specific problem concerning the legend of Stephen and Herod: the anonymous author of the northern Middle English (spoken and written c. 1100–1500) verse account of Stephen's martyrdom `De Sancto Stephano protomartire', which is dated by specialists to c. 1350:

Seint Steuyn his passion has puplist
Next folowand efter pe birth of Crist
And haly kirk it has ordand.
Bot we sal noght so vnderstand
Pat saynt Steuyn died when Crist was born,
Als sum laude men haue said biforn --
For he died, als with clerkes es kend,
Eftir pe tyme pat Crist to heuyn assend.


The legend of Stephen and Herod occurs in Scandinavian tradition, also combined with others relating to the infancy of Jesus. The same miracle is found in other ballads, which for the most part relate to the wide-spread legend of the Pilgrims of St James. As it also occurs in two late Greek manuscripts of the so-called "Gospel of Nicodemus", it seems to have originated in the East
  • A Danish song "Jesusbarnet, Stefan og Herodes" collected by S. Grundtvig (in fact, first printed in 1786, and mentioned by Syv in 1695) contains stanzas to the effect that Herod, informed by Stephen of the birth of a prophet "that all the world shall ransom", answers that he shan't believe this story "till the roasted cock that is on the board/ Claps his wings and crows before me." And really the cock crew: "Our Lord, this is His birthday!" which prompted Herod to order the massacre of the Innocents.
    The same text is partly found on 18th century broadsides.
  • In a Faeroe version contributed to the "Dansk Kirketidende" for 1852, "Rodisar Visa", the miracle of the crowing cock is described as follows: "The cock flew up on the red gold chair/ He clapped his wings and he crew so fair". The story ends with Herod being thrown into the Jordan by twelve angels.
  • In Sweden a ballad of eleven four-line stanzas relates in the first five the same story as the Danish song.
  • In Norway, like in Sweden, Stephen is a stable-groom and the patron of horses. On his Day, December 26th, horses were watered and allowed to drink ale that had been left in the cups on St Stephen eve. The horse was sacred to Frey and Yule was Frey's festival, which the church found easier to consecrate than to abolish.

    The Legend of the Pilgrims of Saint James

    The miracle of the cock is recounted in other ballads which mostly relate the legend of the Pilgrim of St James.
  • The Frenchman Victor Smith in "Chants de Pauvres en Forez et en Velay" quotes a song which is the classical Saint James pilgrimage legend.
    Three pilgrims stop at an inn at St Dominic of the Causeway. A maid-servant who was repelled by the son put a silver cup belonging to the house in his knapsack. The young pilgrim was brought back and hanged. He exhorts his father to accomplish his vow and to come that way when he returns. When he does so after three months, his son is still alive, since he has been supported and nourished by God and the Saints. The father tells it the judge who will believe it when the roast fowl in his plate crows. The bird crows: the boy is taken down and the maid hanged.
  • The Catalan version of the same legend is given by A. Milà in his "Observaciones sobre la Poesia Popular", p.106, N°7 as "El Romero" (The Pilgrim), and by Briz in "Canzones de la Terra", I, 71, as "San Jaume de Galicia".
  • The Dutch "Liedeken van Sint Jacob" was published in the Antwerpener Liederbuch in 1544. The pilgrims here are only father and son. The girl puts the cup in the father's sack. The son offers himself in his father's place and is hanged. But he is preserved by St James and the Virgin. The father tells that his son is alive. The host in rage exclaims "That's as true as that these roast fowls shall fly out at the door!". Now, one by one the birds brake from the spit and flew on the roof of St Dominic's house. The brothers (?) go to the judge in procession. The innocent young is taken down, the host hanged and his daughter buried alive.
  • In the very similar Wendish "Gehenkter Schenkwirth, quoted by Haupt and Schmaler, the host has put a gold key into the boy's basket. The boy is hanged and his father bids him hang a year and a day till he returns. When the father announces that his son his living, the host will not believe this till three dry staves shall shoot out green leaves. This comes to pass. Then the host will not believe till three roasting fowls shall recover their feathers and fly out of the window. This also comes to pass and the host is hanged.


    Literary sources of the legend

    All these songs differ, in some way or other, from the view taken by religious writers of "the Pilgrims' legend".
  • For instance, Vincent of Beauvais (1184 - 1264) in his "Speculum Historiae" locates the story (without the prodigy of the cock) in Toulouse, which rivalled with Compostella in the possession of relics of St James.
  • Much earlier the miracle has become connected with the town of San Domingo de la Calzada, east of Burgos, as stated on the page dedicated to St James pilgrimage.
    This is confirmed by the poet Roig who tells the tale of the two roasted fowls in his "Libre de les Dones e de Conçells", 1460 and by Lucio Marineo in his "Cosas memorables de España", 1530. The latter makes some addition to the miracle of the cock: when the mayor expresses his incredulity, the roast cock and hen jump from the dish onto the table, in feathers whiter than snow. When the pilgrims have set out a second time to Compostella to thank St James, the mayor returns home with the priests and all the people and took the cock and hen to the church where they lived seven years and then died leaving behind them a pair of snowy white chickens who in turn left their successors and so on. Though each of the many pilgrims who passed by took away a feather the plumage of the fowls was always full.
  • The subject was also treated in two miracle-plays (at least): in Italian, "Miracolo di tre Pellegrini" (Florence, early 16th century) and in Provençal, "Fragment de mystère provençal" published by Camille Arnaud in 1858.
  • Not very astonishingly, the miracle is sometimes ascribed to Saint Dominic, for instance by Luis de la Vega, in his "Vida de San Domingo", published at Burgos in 1606. Domingo delivers a captive from the Moor who had said that his prisoner would as soon escape as the roast cock in his plate would fly and crow.
  • In the "Acta Sanctorum" [a collective work begun by the Antwerp Jesuit Jean Bolland in 1643], the miracle is narrated as occurring early in the eleventh century at the table of St Stephen, the first king of Hungary who pressed St Gunther to partake of a roast peacock. Gunther declined as he would not accept to break his vow and implored divine mercy: the bird flew up from the dish and the king no longer persisted.
  • In a 11th century French Romance "Ogier le Danois", as in the English song, the occasion for the miracle is the visit of the Wise Men to Herod who will not believe what they say "Si ce chapon qui est ici présent/ N'est emplumé comme il était avant/ Et ne retourne à son perchoir en chantant". (If the capon here is not feathered again, as it was before, and doesn't fly back on its perch, crowing.)
  • But the ultimate source of the miracle of the reanimated cock is to be found in two Greek manuscripts: the so-called "Gospel of Nicodemus" (produced in the mid-4th century): after Judas had tried to induce Jesus to take back the thirty pieces, he went to his house to hang himself and found his wife sitting there and a cock roasting on a spit. He asked his wife for a rope to hang himself as he deserves: he has betrayed his master to evil-doers who will put him to death, but he will rise on the third day. His wife said that the cock that is roasting will as soon crow as Jesus rise again as he says. And lo, the cock flapped his wings and crew thrice. Then Judas was still more persuaded and made a noose of the rope and hanged himself.
  • In the "Cursor Mundi", a Northumbrian poem of the 14th century in four versions, Judas goes to his mother with his pence and boasted of the act. His mother said "They will put him to death but he shall rise again!" "Rise?" said Judas, "sooner shall this cock rise up that was scalded yesternight."

    Hardly had he said the word,
    The cock leapt up and flew,
    Feathered fairer than before,
    And by God's grace he crew;
    The traitor false began to fear,
    His peril well he knew.
    This cock it was the self-same cock
    Which Peter made to rue,
    When he had thrice denied his lord
    And proved to him untrue.

  • Child completes his description by a Copt MS, quoted by M. de Thévenot in 1665, telling of the roast cock reporting to Our Lord, on the day of the Supper, that Judas had sold him, for which service this cock was admitted to paradise. And by other carols describing him as making known the birth of the Saviour: "Christus natus est" (Hone's "Every-day Book", 1701; "Vieux Noëls français: Les Noëls Bressans" by Philibert Le Duc with the song "Joie des Bêtes", etc.)
  • In a note he also mentions a Russian version of the Miracle of the roasted cock:
    Jesus visits a Jew on Easter Sunday and reproaches him with not believing in the resurrection. The Jew replies that Jesus having been put to death it was as impossible for him to come to life again as it would be for a roast chicken which lies before them. Faith can do anything, says Jesus. The fowl comes to life and lay eggs; the Jew has himself baptized. (Kostomarof, "Monuments of the older Russian Literature").
  • A variant of it is as follows: a Red-Russian ballad recounts how a young Jewess, who was carrying water, was the first to see Jesus after his resurrection. She tells her father, as he sits at meat, that the God of the Russians is arisen from the dead. "If you were not my daughter, I would have you drowned," says the father. "The God of the Russians will not rise again till that capon flies up and crows." The capon does both; the Jew is turned to stone.
  • Source de ce texte

    L'auteur de la 1ère publication de cette ballade, Thomas Wright, en 1856, notait, dans ses "Songs and Carols" destinés au Club Warton, à propos de cette pièce tirée d'un manuscrit du 15ème siècle, à en juger par la langue, conservé au British Museum et connu comme le Manuscrit Sloane, 2593 fol.22 b:
    "Je ne sais pas d'où est tirée cette bizarre légende qui fait de St Etienne un garçon de cuisine d'Hérode".
    Joseph Ritson (1752 - 1803) a publié cette pièce, lui aussi, dans ses "Ancient Songs", en 1790, sous le titre "Chant pour la Saint-Etienne" [26 décembre].
    Dans les "Christmas Carols Ancient and Modern" publiés en 1833 par William Sandy (page 4) la légende prend place au chapitre "Les Mages et Hérode", à l'intérieur du chant "La Corneille et la grue", p.152 (publié avec une mélodie, dans l'édition de 1852 de John Russel-Smith, pp. 246-251). [Ce chant se trouve également sur la présente page].

    La légende du coq rôti

    Ce récit est dénué de tout fondement historique [si tant est que les deux premiers chapitres de Matthieu et Luc puissent être considérés comme des documents d'histoire]: le proto-martyr Etienne était diacre du vivant des premiers Apôtres appelés par Jésus. Il prêchait la nouvelle religion devant un public de Juifs hostiles (au premier rang desquels se trouvait Paul avant sa conversion) et subit le martyre par lapidation. On en déduit qu'il était encore en vie après la Passion, la Résurrection et l'Ascension de Jésus. L'insistance avec laquelle la présente ballade rapproche Etienne d'Hérode et affirme que le martyre d'Etienne était le résultat de la manifestation de l'étoile de la Nativité est en contradiction flagrante avec la chronologie biblique. Il est pourtant probable que les scribes du Moyen-âge s'attendaient à ce que leurs lecteurs ne s'offusquent pas de tels miracles "extra-scripturaux", voire en contradiction complète avec les Ecritures.

    Bien que ce chant soit conservé dans un manuscrit de 1450 environ, il doit (au moins en ce qui concerne le cœur du récit) remonter à des temps bien plus anciens. Un auteur médiéval avait déjà remarqué le problème spécifique que posait la légende d'Hérode et Etienne, l'auteur anonyme du poème en Anglais moyen du nord (parlé et écrit entre 1100 et 1500) sur le martyre de Saint Etienne: "De Sancto Stephano protomartire", que les spécialistes datent des environs de 1350:

    Saint Etienne a subi sa passion
    Aussitôt après la naissance du Christ
    Et la sainte Eglise le confirme.
    Mais c'est à n'y rien comprendre:
    Comment Saint Etienne serait-il mort quand Jésus est né,
    Comme certains laïcs le croyaient autrefois...
    Alors qu'il mourut, comme cela est connu des clercs,
    Après le temps où Le Christ monta au ciel?


    La légende d'Etienne et Hérode se rencontre dans la tradition Scandinave, également reliée à d'autres qui ont trait à l'enfance de Jésus. Le même miracle apparaît dans d'autres ballades qui, pour la plupart, portent sur la fameuse légende des pèlerins de Compostelle. Comme on la trouve dans deux manuscrits grecs tardifs, dits "Evangile de Nicomède", il semble qu'elle soit d'origine orientale.
  • Un chant danois "Jesusbarnet, Stefan og Herodes" collecté par A. Grundtvig (publié pour la 1ère fois en 1786, mais déjà cité par Peder Syv en 1695) raconte comment Hérode, informé par Etienne de la naissance d'un prophète " qui doit racheter le monde entier", répond qu'il ne croira à cette histoire, "que lorsque le coq rôti qui est sur sa table/ Battra des ailes et chantera devant lui." Et de fait, le coq se mit à chanter: "Notre Seigneur, c'est le jour de Sa naissance!", ce qui incita Hérode à ordonner le massacre des innocents.
    Le même texte figure, en partie, sur des feuilles de colporteurs du 18ème siècle.
  • Dans une version des Îles Féroé publiée dans la revue "Dansk Kirketidende" de 1852, intitulée "Rodisar Visa", le miracle du coq qui chante est décrit ainsi: "Le coq s'envola sur le dossier de la chaise d'or roux/ Il battit des ailes et chanta magnifiquement". A la fin de l'histoire, Hérode est jeté dans le Jourdan par douze anges.
  • En Suède une ballade de 11 strophes de 4 vers reprend dans les 5 premières la même histoire que la chanson danoise.
  • En Norvège, comme en Suède, Etienne est un garçon d'écurie et le saint patron des chevaux. Le jour de sa fête, le 26 décembre, on saigne les chevaux et on leur fait boire la bière qui reste dans les verres de la veille (Noël). Le cheval était consacré au dieu Frey et le Noël nordique était la fête de Frey, fête que l'Eglise trouva plus aisé de sanctifier plutôt que de l'abolir.

    La légende des pèlerins de Compostelle

    Le miracle du coq se retrouve dans plusieurs chants qui se rattachent presque tous à la légende des pèlerins de Compostelle.
  • Le français Victor Smith dans "Chants de Pauvres en Forez et en Velay" cite un chant qui énonce la légende classique du pèlerinage de Saint Jacques. Trois pèlerins s'arrêtent dans une auberge à Saint Dominique de la Chaussée. Une servante, dont le fils des pèlerins avait repoussé les avances, plaça dans le bissac de celui-ci une timbale d'argent appartenant aux aubergistes. Le jeune pèlerin fut rattrapé et pendu. Il exhorta son père à accomplir son vœu et à repasser par ici à son retour. Quand il revint, au bout de trois mois, son fils était encore en vie, ayant été soutenu et nourri par Dieu et Ses saints. Le père en rend compte à l'alcade, lequel ne le croira que quand le poulet rôti dans son assiette se mettra à chanter. C'est ce qui se produit: le jeune homme est détaché et la fille pendue à sa place.
  • La version catalane de la même légende est donnée par A. Milà dans ses "Observaciones sobre la Poesia Popular", p. 106, N°7, sous le titre "El Romero" (Le pèlerin), et par Briz dans les "Canzones de la Terra", I, 71: "San Jaume de Galicia".
  • Le chant néerlandais "Liedeken van Sint Jacob" a été publié dans le "Antwerpener Liederbuch" en 1544. Il n'y a ici que deux pèlerins, le père et le fils. La jeune fille place la timbale dans le sac du père. Le fils se dévoue pour être pendu à la place de son père. Mais il est maintenu en vie par St Jacques et la Vierge. Dans un accès de rage, l'hôtelier s'écrie "Voila qui est aussi vrai que ces oiseaux rôtis vont s'envoler par la porte!". Or les volatiles, l'un après l'autre, se détachèrent de la broche et s'envolèrent pour se poser sur le toit de l'église Saint-Dominique. Les frères (?) se rendent chez le juge en procession. Le jeune homme innocent est détaché, l'hôtelier pendu et sa fille enterrée vivante.
  • Dans un chant des Wendes (Slaves de Lusace) "Gehenkter Schenkwirth, cité par Haupt et Schmaler, l'hôtelier a placé une clé en or dans le panier du garçon. Celui-ci est pendu et son père ordonne qu'on le laisse pendu pendant un an et un jour jusqu'à son retour. Quand le père annonce que son fils est en vie, l'hôtelier déclare qu'il n'en croira rien, tant que les trois bâtons qui sont là, n'auront pas donné des feuilles vertes. Et c'est ce qui arrive. Alors l'hôtelier affirme qu'il n'en croira rien tant que trois poulets rôtis n'auront pas récupéré leurs plumes pour s'envoler par la fenêtre. Une fois de plus, c'est ce qui se produit. En conséquence de quoi, l'hôtelier est pendu.

    Sources littéraires de la légende

    Tous ces chants se démarquent plus ou moins de la vision qu'ont les écrivains religieux de la "Légende des Pèlerins".
  • C'est ainsi que Vincent de Beauvais (1184 - 1264) dans son "Speculum Historiae" situe l'histoire (qui ne parle pas du prodige du coq) à Toulouse , ville qui disputait à Compostelle l'honneur de posséder les vraies reliques de Saint Jacques.
  • A une époque plus reculée, le miracle avait été lié à la ville de San Domingo de la Calzada, à l'est de Burgos, [comme il est dit sur la page de ce site consacrée au Pèlerinage de Compostelle]. Le fait est confirmé par le poète Roig qui raconte l'histoire des deux poulets dans son "Libre de les Dones e de Conçells", 1460 et par Lucio Marineo dans ses "Cosas memorables de España", 1530. Ce dernier en rajoute sur le miracle du coq: lorsque le maire exprime son incrédulité, le coq et la poule rôtis sautent du plat sur la table, tous deux couverts d'un plumage blanc comme neige. Une fois que les pèlerins ont repris la route de Compostelle pour aller remercier Saint Jacques, le maire rentre chez lui avec les prêtres et tout un cortège qui va porter les deux volatiles à l'église où ils vécurent sept ans, non sans laisser derrière eux un couple de poussins blancs lesquels, à leur tour, lèguent aux fidèles leur progéniture et ainsi de suite. Bien qu'une multitude de pèlerins de passage aient prélevé chacun une plume, les intéressés ne cessaient jamais de présenter un plumage complet!
  • Le sujet a été également traité dans deux "mystères" (au moins) en italien: "Miracolo di tre Pellegrini" (Florence, début du 16ème siècle) et en provençal: "Fragment de mystère provençal" publié par Camille Arnaud en 1858.
  • On ne s'étonnera pas que le miracle ait été parfois attribué à Saint Dominique, par exemple par Luis de la Vega, dans sa "Vida de San Domingo", parue à Burgos en 1606. Dominique délivre un prisonnier du Maure qui jurait que celui-ci ne s'échapperait pas plus que le poulet rôti s'envolerait de son assiette en chantant.
  • Dans les "Acta Sanctorum" [l'ouvrage collectif commencé par le jésuite anversois Jean Bolland en 1643], le miracle est situé au début de onzième siècle, à la cour de Saint Etienne, le premier roi de Hongrie qui pressait Saint Gunther de partager avec lui un paon rôti. Gunther refusa de rompre son vœu et implora l'aide de Dieu: l'oiseau s'envola du plat et le roi n'insista pas.
  • Dans le roman français du XIème siècle, "Ogier le Danois", tout comme dans la chanson anglaise, le miracle est replacé dans le cadre de la visite des mages à Hérode qui déclare ne vouloir les croire que "Si ce chapon qui est ici présent/ N'est emplumé comme il était avant/ Et ne retourne à son perchoir en chantant."

  • Mais l'origine première du miracle du coq ressuscité est à chercher dans deux manuscrits grecs où est consigné ce qu'on appelle "L'Evangile de Nicodème" (produit au milieu du 4ème siècle): Judas après avoir essayé d'amener Jésus à lui reprendre les trente deniers, rentre chez lui se pendre. Là il trouve sa femme en train de rôtir un coq à la broche. Il lui demande une corde pour se pendre comme il le mérite, pour avoir livré son Maître à des méchants qui le mettront à mort. Cependant, le troisième jour il ressuscitera. Sa femme lui dit qu'avant que cela arrive, le coq en broche aura chanté. Or le coq battit des ailes et chanta trois fois. Judas n'en fut que plus persuadé: il fit un nœud coulant et alla se pendre.
  • Le "Cursor Mundi" est un poème de Northumberland du 14ème siècle dont il existe quatre versions. Judas va chez sa mère avec ses deniers et se vante de ce qu'il a fait. Sa mère lui dit: "Ils vont Le mettre à mort mais Il ressuscitera!" "Ressusciter?" s'écria Judas, "Avant que cela n'arrive, ce coq que tu as ébouillanté hier soir sera revenu à la vie."

    A peine avait-il dit ces mots,
    Que le coq se dressa sur ses ergots en s'envola.
    Son plumage était plus beau que jamais
    Et, par la grâce de Dieu, il chanta;
    Le traître hypocrite eut peur,
    Il savait bien quel danger il courait.
    Le coq était en effet le même
    Que celui qui avait conduit Pierre à se repentir,
    Lorsqu'il avait, par trois fois, renié son seigneur
    Et s'était montré déloyal envers lui.

  • Child complète son étude avec un manuscrit copte cité par M. de Thévenot en 1665. On y voit le coq rendre compte à Notre Seigneur, le soir de la Cène, que Judas L'a vendu. Pour le remercier de ce service, le coq est admis au paradis. Il mentionne également d'autres chants de Noël où le coq annonce la naissance du Sauveur: "Christus natus est" (Hone's "Every-day Book", 1701; "Vieux Noëls français: Les Noëls Bressans" de Philibert Le Duc avec le chant "La Joie des Bêtes", etc. )
  • Dans une note, il traite d'une version russe du miracle du coq rôti.
    Jésus rend visite à un Juif le dimanche de Pâques et lui reproche de ne pas croire en la Résurrection. Le Juif répond que Jésus a été mis à mort et qu'il lui est autant impossible de revenir à la vie qu'à un poulet rôti qu'il a devant lui. "La foi peut tout" lui dit Jésus. Le poulet reprend vie et pond des œufs; le Juif se fait baptiser (Kostomarof, "Monuments de la littérature russe ancienne").
  • Voici pour finir, une variante de la pièce précédente: une ballade de Russie rouge (?) raconte qu'une jeune Juive qui portait de l'eau fut la première à voir Jésus après Sa résurrection. Elle en parle à son père qui était à table: le dieu des Russes est ressuscité d'entre les morts. "Si tu n'étais pas ma fille, je te noierais" dit le père. "Le dieu des Russes ne ressuscitera pas tant que ce chapon ne se sera pas relevé pour chanter." Le chapon s'exécute et le Juif est changé en pierre.


  • 2°The Carnal and the Crane

    Mélodie
    "The Carnal and the Crane"

    Arrangement par Christian Souchon (c) 2013


    1. As I pass'd by the river side,
    And there as I did reign [run],
    In argument I chanced to hear
    A Carnal and a Crane.

    2. The Carnal said unto the Crane,
    If all the world should turn,
    Before we had the Father,
    But now we have the Son!

    ...

    8. There was a star in the West land,
    So bright it did appear,
    Into King Herod's chamber,
    And where King Herod were.

    9. The Wise Men soon espied it,
    And told the King on high
    A princely babe was born that night
    No king could e'er destroy.

    10. If this be true, King Herod said,
    As thou tellest unto me,
    This roasted cock that lies in the dish
    Shall crow full fences three.

    11. The cock soon freshly feathered was
    By the work of God's own hand
    And then three fences crowed he
    In the dish where he did stand

    12. Rise up, rise up, you [or my] merry men all,
    See that you ready be;
    All children under two years old
    Now slain they all shall be.

    ...

    30. The truth now I have spoken,
    And the truth now I have shown;
    Even the Blessed-Virgin
    She's now brought forth a son.

    Note: The legends combined in this song are:
    the Nativity, the Wise Men's passage with Herod, the Massacre of the Innocents, the Flight into Egypt, Herod and the Sower.
    1. En passant le long de la rivière,
    Tout en hâtant le pas,
    J'ai surpris une âpre discussion entre
    La corneille et la grue.

    2. La corneille dit à la grue,
    Que le retour du Père,
    Suivrait la fin du monde,
    Mais que d'ores et déjà nous avions le Fils!

    ...

    8. Il y avait une étoile en orient,
    Dont la lueur était très vive
    Visible depuis la chambre d'Hérode,
    Et partout où le roi Hérode se trouvait.

    9. Les Mages bientôt l'ont aperçue,
    Et ont dit au roi, là-haut,
    Qu'un royal enfant était né cette nuit
    Qu'aucun roi jamais ne pourrait vaincre.

    10. S'il en est ainsi, dit le roi Hérode,
    Ainsi que vous me dites,
    Ce coq rôti qui est dans ce plat
    Qu'il chante trois fois distinctement!

    11. Le coq fut bientôt remplumé
    C'était l'œuvre de la main de Dieu
    Et il chanta à trois reprises
    Dans le plat où il s'était dressé:

    12. Debout, debout, vous [mes] braves gens!
    Veillez à être prêts!
    Tous les enfants de moins de deux ans
    Vont être mis à mort.

    ...

    30. Tout ce que j'ai dit est la vérité,
    Oui, c'est la vérité que j'expose;
    La Vierge-Bénie, en effet,
    Vient de mettre un fils au monde.

    Note: les légendes évoquées dans ce chant sont:
    la nativité, les Mages rencontrent Hérode, le massacre des innocents, la fuite en Egypte, Hérode et le semeur.


    NOTE BY CHILD

    "Mr Husk (the author of "Songs of the Nativity") who had access to a remarkably good collection of carols, had met with no copy of the "Carnal and the crane" of earlier date than the middle of the 18th century a Worcester broadside and a Birmingham chap-book of about 1843. The source for the song in Sandy's "Christmas Carols" is also a broadside). Internal evidence points us much further back. The carol had obviously been transmitted from mouth to mouth before it was fixed in its present incoherent and corrupted form by print. The well informed Crane instructs his catechumen, the Crow, in several matters pertaining to the birth and earliest days of Jesus: the Nativity, the conference of Herod with the Wise Men including the miracle of the roasted cock, the Flight into Egypt with the Adoration of the Beasts and the Instantaneous Harvest; the Massacre of the Innocents. Of the apocryphal incidents, the miracle of the cock has been spoken of under "Stephen and Herod" (See above). The adoration of the beast is derived from the "Historia de Nativitate Mariae" in the "Pseudo-Matthaei Evangelium"...It is not remarkable enough to be popular in carols. The miraculous harvest, by which the Holy Family evaded Herod's pursuit, is, on the contrary, a favourite subject with popular poetry..." "M. Husk (l'auteur de "Songs of the Nativity") qui a eu accès à une collection particulièrement riche de chants de Noël, n'y a trouvé qu'une version de "La corneille et la grue" datant, tout au plus, du milieu du XVIIIème siècle. Il s'agit d'une feuille volante imprimée à Worcester et d'une feuille pliée provenant de Birmingham d'environ 1843. La source de la version des "Christmas Carols" de Sandy est également une feuille de colporteur. La teneur du texte nous invite à rechercher bien plus loin dans le temps. Ce chant a été transmis oralement, de toute évidence, longtemps avant d'avoir été fixé par écrit sous la forme incohérente et corrompue que nous lui connaissons. La Grue qui sait tout instruit son catéchumène, la corneille, dans diverses matières qui ont toutes trait à la naissance et la prime enfance de Jésus: la nativité, l'entrevue des Mages et d'Hérode y compris le miracle du poulet rôti, la fuite en Egypte avec l'adoration des bêtes et la moisson instantanée; le massacre des innocents. Parmi tous ces épisodes tirés d'évangiles apocryphes, le miracle de St Etienne a déjà été étudié à propos d'Etienne et Hérode" (cf. ci-avant). L'adoration des bêtes est tirée de l'"Historia de Nativitate Mariae" qui est un chapitre du "Pseudo-Matthaei Evangelium"...Elle n'est pas assez remarquable pour avoir inspiré de nombreux chants; La moisson miraculeuse qui permit à la Sainte famille d'échapper à la poursuite d'Hérode, est au contraire un thème favori de la muse populaire..."




    Fond sonore de la page:"The Carnal and the Crane"

    Arrangement par Christian Souchon (c) 2013


    Retour à "ND du Folgoët"