Le principe du musée, une scénographie qui restitue l'ambiance qui prévalait à telle ou telle période de l'histoire de la ville est appliqué très judicieusement à l'histoire de la cathédrale. Le regard est attiré par l'imposant portail figuré en pierre de 1643, appelé portail Vinković. Démantelé par le tremblement de terre de 1880, il a été restauré pour être exposé au musée où il a été doté d'un présentoir qui respecte ses dimensions d'origine.

L'ancien portail Vinković.

Madone du 14 s Portail cathédrale Ancien baptistèrel Forteresse celte Loup et agneau
Image 1: Madone à l'enfant, Zagreb, fin 14ème - début 15ème, calcaire avec traces de polychromie. Cette statue n'est mentionnée dans aucun document. On ne sait pas quelle était sa place dans l'ancienne église.

Image 2: Statues décorant le Portail de Côme Müller: De gauche à droite: St Jacques le Mineur, St Simon apôtre, St Bartélémy apôtre, St Jean apôtre, St André apôtre, St Pierre apôtre,
le Christ roi, au sommet de la pyramide hiérarchique, tenant le globe terrestre dans sa main, figuré comme le Maître du monde;
St Paul apôtre, St Jacques l'Ancien (du musée diocésain); St Thomas apôtre; St Judas Thaddée Apôtre et St Philippe apôtre.
Cet ancien portail de pierre, richement décoré, est un des plus précieux monuments du 17ème siècle. C'est un extraordinaire exemples précoce d'historicisme baroque qui associe le néoromantisme au baroque tardif. La construction de ce portil avait commencé en 1640, à l'initiative de Mgr Benoît Vinković. C'est l'oeuvre du sculpteur Côme Müller de Krško (Gurkfeld, en Slovénie). L'évêque souhaitait que ce potail ressemble à celui de l'abaye cistercienne de Jàk en Hongrie. Des éléments de la voute du précédent portail avaient été intégrés au nouvel ouvrage et les deux lions protecteurs positionnés dans le registre inférieur.
Les sculptures sont présentées dans un environnement architectural massif et obéissent à une hiérarchie iconographique stricte. Les saints rois Ladislas et Etienne, patrons de l'église cathédrale, prennent place de part et d'autre de l'entrée que surmonte une représentation de l'Annonciation (Marie et l'archange Gabriel). Au dessus se dressent les figures des saints Apôtres, chacun dans un niche, séparé de ses voisins par des colonnettes. Juché au sommet se tient Jésus-Christ. Le portail fut achevé en 1643. On reconnait à certains signes que les statues furent sculptées à des dates et par des maîtres différents. Ce portail fut démonté et enlevé lors de la restauration par Hermann Bollé

Image 3: Ce beau baptisfère qui s'orne d'une magnifique statue de St Jean-Baptiste n'a pas été remployé dans la nouvelle cathédrale.

Image 4: Les notices grises qui jalonnent l'itinéraire de l'étage du bas se rapportent aux fouilles archéologiques de 1991-1995 dont les résultats sont laissées apparents. Ici, une double indication:
: - "Partie d'une fortification celte du 1er siècle avant JC, découverte lors des .
- Partie de la muraille médiévale de Gradec datant de la moitié du XIIIème s".

Image 5: Le texte en majuscules gravé en taille douce dans le cartouche oblong se traduit ainsi: "Ces offrandes ont été présentées à Dieu, d'un même coeur ardent, par le grand prévôt Benoït Vinković et moi-même, Ljudevit Vukoslavić, afin d'offrir au roi un digne cadre pour la porte de cette église qui laisse entrer la lumière éternelle du royaume de Dieu". La dernière ligne de cette dédicace fournit une indication chronologique. C'est en 1673 que le chanoine Vukoslavić, après l'incendie et le tremblement de terre, fit restaurer le portail de l'ancienne cathédrale.

Avant et après

projet Schmidt portail Bollé entrée Vinkovic flèche Bollé entrée Bollé
Image 1: Le projet de l'architecte Schmidt tel qu'il avait été conçu avant le tremblement de terre de 1880. Le portail rappelait la portail Vinković par sa forme, mais la statuaire en était absente.