Les anciens autels de la cathédrale


Il est fait pour la première fois mention de la cathédrale, en même temps que de l'évêché, quand ce dernier fut créé en 1094. Il subsiste des stèles romaines et un chapiteau préroman qui témoignent de son existence. Un second sanctuaire, consacré vers 1220 est détruit par les Tartares en 1242. L'édifice est relevé vers 1260: doté de 3 nefs, il a maintenant 30 mètres de large. Aux 16ème et 17ème diècles, il est transformé en église-halle avec trois nefs de même hauteur et son style le rapproche de la cathédrale de Ratisbonne.
Le grand tremblement de terre de 1880 qui dévasta Zagreb causa des désordres tels au bâtiment que les autorités ecclésiastiques décidèrent de confier à l'architecte Hermann Bollé une métamorphose stylistique qui aurait fait pâlir d'envie Viollet-le-Duc. Les anciens aménagements intérieurs durent, pour l'essentiel, cêder la place à de nouveaux.
2 Evêquesl Suppliante Sainte Dorothée St Fabien Elie Sommet Hermes Dédicace Trois saints drapeau de corporation
Ces divers éléments ont été enlevés de la catédrale lors des premiers travaux de restauration entrepris sous la direction d'Hermann Bollé. On remarque, entre autres:

Image 4: Saint Fabien: stuc et dorure de Joseph Trenk, peinture de Joseph Sartory, Zagreb 1766 (tilleul doré et polychromé). Cette statue provient du rétable de la chapelle des Saints Fabien et Sébastien, fermée par une grille de fer munie d'une porte. Elle appartenait à la corporation des tisserands et chapeliers (tkalci i klobučari).

Image 5: Elie sur son char de feu, provenant de l'autel de sainte Dorothée (Joseph Trenk, Zagreb, 1765). La sculpture elle-même est datée d'environ 1750. Elle est en tilleul doré et polychromé. Elle représente le prophète juif en qui les Carmélite voient leur fondateur! En tant que préfiguration de St Jean Baptiste, il est représenté de façon mythique, emporté au ciel par un char de feu. L'idée que l'assomption d'Elie préfigurait la résurrection était en vogue à cette époque.

Image 7: Hermes (Zagreb 2ème moitié du 18ème). Bois de tilleul doré et polychrome Vraisemblablement support d'orgues provenant de l'église St-Marc. Enlevé en même temps que l'orgue lors de la 1ère restauration en 1876-1882.

Image 7: Atlantes (Zagreb 18ème s.) Ces bustes nus masculins ont la même origine. Ils proviennent vraisemblablement de la tribune du grand orgue.

Image 10: Les autels appartenaient à des corporations et étaient ornés de leurs drapeaux. On voit ici celui des maçons, tailleurs de pierres et charpentiers.

Les travaux de Bollé (1876-1882)

ancienne cathédrale nouvelle cathédrale Explications plan de cathédrale panneau explicatif
Image 1: Dans la première moitié du 17ème siècle, l'ancienne cathédrale après avoir été dotée, pour la première fois de son histoire, d'un grand clocher, fut gravement endommagée par deux violents incendies. Dans son journal le chanoine Juraj Ratkaj note: la voute de la cathédrale s'est effondrée détruisant le choeur, le trône de l'évêque et cinq autels. A la fin du 17ème siècle, on avait construit de nombreux nouveaux autels. Les plus importants étaient ceux de St Ladislas et de Ste Marie. Ils remplaçaient des autels de marbre datant du début du siècle, oeuvres de maitres italiens et slovènes dont le plus célèbre est Francesco Robba, lequel s'était engagé à réaliser 4 autels. On peut lui attribuer avec certitude l'autel de la Sainte Croix qui fut transféré à Križevci. En 1720 la cathédrale comptait 31 autels. Après la contre-réforme les plaques funéraires décorées ou non des nombreuse personalités inhumées dans l'église furent encastrées dans le sol pour qu'on les foule aux pieds en signe d'humilité. Beaucoup d'entre elles furent enlevées lors de la restauration.

Image 2: Les travaux de restauration de la cathédrale débutèrent lentement, au début du 19ème s. à l'initiative de Mgr Alexandre Alagović, puis de Mgr Juraj Haulk, et ils ne prirent de l'ampleur que dans les années 1880. Suite à des critiques de l'historien Tkalčić qui jugeait que la la cathédrale avait été défigurée au cours du temps par les caprices de la mode, le cardinal Joseph Mihajlević confia au Pr. Friedrich von Schmidt la mission de transformer la cathédrale, lequel, beaucoup demandé par ailleurs, la délégua à son élève, le professeur d'architecture viennois Hermann Bollé. Le tremblement de terre de 1880 accéléra le rythme des travaux si bien qu'en 1885 les principales réfections à l'intérieur du bâtiment étaient déjà achevées (destruction de la voute baroque, réouverture des fenêtres gothiques, enlèvement de la plupart des meubles et tableaux).
En 1887 on monta l'échafaudage pour la restauration de la façade et l'on construisit deux nouvelles tours d'une grande hauteur (105 m) ornées d'un surprenant bestiare et d'un élégant motif floral. La métamorphose de la cathédrale fut achevée en mars 1902. En 1906 on abattit le mur de fortification et la tour Bakač, pour dégager un large parvis devant la nouvelle façade.
On peut reprocher aux restaurateurs la destruction partielle d'un ouvrage de défense unique en son genre, jusque-là demeuré intact. Il faut dire à leur décharge que leur inspirateur, Viollet-le-Duc, mort en 1879, en avait fait autant devant Notre Dame.

Avant et après

ancien choeur f ancien choeur f ancien choeur f
Les illustrations ci dessus mèlent à des photos récentes 3 images anciennes de la cathédrale avant sa restauration, dont une de la nef saccagée par le tremblement de terre de 1880. Les photos en gros plan de la nouvelle statuaire frappent par leur mièvrerie, même si l'on ne peut qu'admirer la hardiesse et l'élégance de l'aspect général que revêt désormais ce monument.