Le bistrot

The bistro

Georges Brassens (1960)

1. Dans un coin pourri Du pauvre Paris, Sur une place, L'est un vieux bistrot Tenu par un gros Dégueulasse. (1) 2. Si t'as le bec fin, S'il te faut du vin D’ première classe, Va boire à Passy, Le nectar d'ici Te dépasse. 3. Mais si t'as l'gosier Qu'une armure d'acier Matelasse, Goûte à ce velours, Ce petit bleu (2), lourd De menaces. 4. Tu trouveras là, La fine fleur de la Populace, Tous les marmiteux (3), Les calamiteux (4) De la place, 5. Qui viennent en rang, Comme des harengs, Voir en face La belle du bistrot, La femme à ce gros Dégueulasse. 6. Que je boive à fond L'eau de toutes les fon- -taines Wallace, Si dès aujourd'hui Tu n'es pas séduit Par la grâce 7. De cette jolie fée (5) Qui, d'un bouge, a fait Un palace, Avec ses appas, Du haut jusqu'en bas, Bien en place. 8. Ces trésors exquis, Qui les embrasse, qui Les enlace ? Vraiment, c'en est trop ! Tout ça pour ce gros Dégueulasse ! 9. C'est injuste et fou, Mais que voulez-vous Qu'on y fasse ? L'amour se fait vieux, Il a plus les yeux Bien en face. 10. Si tu fais ta cour, Tâche que les discours Ne l'agacent. Sois poli, mon gars, Pas de geste ou ga- -re à la casse. 11. Car sa main qui claque, Punit d'un flicflac Les audaces. Certes, il n'est pas né Qui mettra le nez Dans sa tasse. 12. Pas né, le chanceux Qui dégèlera ce Bloc de glace, Qui fera dans l'dos Les cornes à ce gros Dégueulasse. 13. Dans un coin pourri Du pauvre Paris, Sur une place, Une espèce de fée, D'un vieux bouge, a fait Un palace.

1. There is a run-down Square in Paris town, God forsaken: With an old bistro Run by a fellow Fat as bacon. 2. If your palate’s fine Never was by wine Overtaken, Go drink in Passy The wine here could be Quite mistaken. 3. But with a gullet Safely armoured With steel plating You may taste this blue Velvety wine, tru- ly menacing. 4. There you will find them The crème de la crème Of the rabble, Calamitous troop, Ruined stoop and roop, And bedraggled, 5. Who come to that pool As herrings in shoals, Hypnotized By the fat fellow’s Wife, who his bistro Co-manages. 6. May I drink dry all Of the Paris Wal- lace spring-sources If from this day on You are not spellbound By the graces 7. Of this Scheherazade Who from a slum made A dream manor, With her female charm Doing so much harm In good order. 8. Matchless treasures, who Affords to kiss you And to fondle? In truth it’s too bad. All that for this fat, Ugly mongrel! 9. It’s unjust and mad, But, tell me, what had You expected? Cupid’s getting old His bow he can’t hold Straight targeted. 10. If fancying her, try Talks that don’t annoy Her in excess. Be polite my lad, No grope or, too bad Were the process. 11. For her stinging slap Two way, is the trap For bad manners. Sure, man is not born Who may boast he’d torn Her white banner. 12. The lucky dog who Will unfreeze this true Icy figure, Who will place horns on The back of this man, The wine monger. 13. There is a run-down Square in Paris town, Altogether, Where a Scheherazade Of a slum has made A dream manor. Transl. Christian Souchon (c) 2017

NOTES

On connaît le nom et l'adresse du bistrot décrit par Bassens dans cette chanson. Il s'appelle "Aux sportifs réunis" et est situé juste en face de l'actuel "Parc Georges Brassens" (Paris 15e). Il appartenait à Yanek (Jean) Walczak, un ancien mineur devenu boxeur dans sa jeunesse. We know the name and location of the bistro that Brassens describes in this song. It is called "Aux Sportifs Réunis" and it is situated opposite the "Parc Georges Brassens" (Paris 15e). It was owned by Yanek (Jean) Walczak. He was originally a miner and took up boxing in his youth.

(1) Comme pour la plupart des chansons de Brassens sur ce site, cette traduction anglaise chantable s'inspire de la traduction en prose publiée sur son blog par David Yendley (http://dbarf.blogspot.fr/2012/05/alphabetical-list-of-my-brassens-songs.html). Il en est de même de certaines des notes ci-après:

1) Toute les trois lignes, on a une rime en “asse”. Il s'est avéré impossible de reproduire cette inélégance assumée dans la traduction.

2) “Petit bleu”: Désignait autrefois un "gros rouge".

(3) “Marmiteux”: qui a l'air vieux (comme une vieille “marmite”).

(4) “Calamiteux”: catastrophique, peut-être des gens qui attirent la malchance.

(5) “Fée”: traduit par "Shéhérazade" pour les besoins de la rime, bien sûr. Shéhérazade était une fée à sa façon: elle enchantait les nuits d'un sultan.

(1) As for most of the Brassens songs at this site, this singable translation is based on the prose translation posted by David Yendley on his blog (http://dbarf.blogspot.fr/2012/05/alphabetical-list-of-my-brassens-songs.html), as are some of the following notes:

1) Every third line in the original has the same rhyme throughout the poem: “asse”. It proved to be too big a challenge for the translator.

2) “Petit bleu” - In familiar speech, this describes a poor quality wine.

(3) “Marmiteux”: looking old - in a bad state (like an old pan, “marmite”).

(4) “Calamiteux”: catastrophic, calamitous, unfortunate, disastrous.

(5) “Fée” - As well as fairy, this can mean; enchantress, siren, magician.

CETTE CHANSON A-T-ELLE ENVENIME LES RELATIONS ENTRE WALCZAK ET BRASSENS?

Une photo prise après 1960 montre Brassens et Walczak assis tranquilement l'un à côté de l'autre dans le restaurant de Pierre Vedel. Walczak siège à la droite de Brassens. Malgré toutes les gracieusetés débitées par ce dernier, il ne semble pas que l'ancien boxeur fasse des efforts démesurés pour faire bonne figure. Il est probable qu'au sein de ce groupe d'amis n'ait rien trouver à redire à ce qu'ils savaient être un monceau d'exagérations et de provocations à prendre à la rigolade, une des spécialités favorites de Georges Brassens.

Le fils de Walczak a repris le restaurant de son père. Il l'a rebaptisé "Chez Walczak". Cependant, il fait en sorte que subsiste l'esprit des "Sportifs Réunis", en y conservant de précieus souvenirs de l'époque Brassens. On trouvera des informations pratiques sur Internet, à l'adresse: http://www.resto-de-paris.com/chez-walczak-sportifs-reunis/restaurant/paris
DID THIS SONG LEAD TO A QUARREL BETWEEN JEAN WALCZAK AND BRASSENS?

A later photograph shows Brassens and Walczak sitting happily together at the restaurant of Pierre Vedel. Walczak is sitting to the right of Brassens. In spite of the latter's insults, it might seem that the former boxer's face is quite presentable and he is not too overweight. Probably the song would have been acceptable in their group as it was recognised as massive exaggeration intended to provoke but not too seriously- which Brassens often enjoyed doing.

Walczak's son now runs the business, whose restaurant he now calls "Chez Walczak". However he has ensured that "Aux Sportifs Réunis" lives on, to sustain nostalgic memories of the Brassens era. All this is advertised on the Internet at: http://www.resto-de-paris.com/chez-walczak-sportifs-reunis/restaurant/paris



Maman, papa Index Pénélope