This Is No My Plaid

A disguised Jacobite song (?)

Broadside Ballad from the Bodleian Collection (date unknown)

Shorter version published with tune in the "Songs of the North"
( A. McLeod & H. Bolton c. 1885) with the mention "Words by W. Haley..."

Tune
Sequenced by Ch.Souchon


THIS IS NO MY PLAID

O this is no' my plaid,
My plaid, my plaid
O this is no' my plaid,
Bonnie though the colour be


1. The ground o' mine was mixed wi' blue
I got it frae the lad I lo'e
He ne'er has gi'ed me cause tae rue
And O! the plaid is dear to me

2. Farewell ye lowland plaids o' grey
Nae kindly charms for me ye ha'e
The tartan shall be mine for aye,
For O! the colour's dear to me.

3. For mine was silky soft and warm
It wrapped me round frae arm tae arm
And like himself it bore a charm
And O! the plaid is dear to me

4. Although the lad the plaid wha wore
Is now upon a distant shore
And cruel seas between us roar

I'll mind the plaid that sheltered me

5. The lad that gie'd me it like me well
Although his name I duarna tell
He likes me just as weel's himself
And O! the plaid is dear to me

6. O! may the plaidie yet be worn
By Caledonians still unborn
Ill fa' the wretch whae'er shall scorn

The plaidie that's sae dear tae me

7. Frae surly blasts it covers me
He'll me himself protection gie
I'll lo'e him 'till tha day I die
And oh the plaid is dear to me

8. I hope he'll no' forget me now
Each aften pledged aith and vow
I hope he'll yet return to woo me
In the plaid sea dear tae me

9. And may the day come soon my lad
When we will tae the kirk and wed
Weel happit in the tartan plaid
The plaidie that's sae dear to me

For this will then be my plaid
My plaid my plaid
O this will then be my plaid
An while I live shall ever be.


CE N'EST PAS MON PLAID

O ce n'est pas mon plaid,
Mon plaid, mon plaid
O ce n'est pas mon plaid
Malgré ces jolies couleurs


1. Son fond était mêlé de bleu
Mon ami me l'avait donné
Il ne m'a jamais chagriné.
C'est ce plaid que j'aime le mieux

2. Vous, plaids gris des Lowlands, adieu
A mes yeux, vous ne sauriez plaire
Je veux mon tartan de naguère
Car sa couleur me plait le mieux

3. Le mien était chaud et soyeux
Il m'enveloppait toute entière
L'aimé lui donnait son mystère
O c'est lui que j'aime le mieux

4. Bien que ce soit sous d'autres cieux
Que vit l'homme dont j'ai l'étole
Et que l'océan nous isole
C'est là mon bien le plus précieux

5. De m'aimer il a fait le voeu
S'il ne faut pas que je le nomme
C'est pourtant le meilleur des hommes
C'est son plaid que j'aime le mieux.

6. Puisse ce plaid revêtir ceux
Qui peupleront un jour l'Ecosse
Et gare au vaurien qui se moque
De ce plaid
que j'aime le mieux

7. Contre bourrasque et temps pluvieux
Il veut me protéger lui-même.
Jusqu'à mon dernier jour je l'aime-
Rai lui dont le plaid m'est précieux.

8. Je sais qu'il n'est pas oublieux
Qu'à ses serments il est fidèle
Pour m'épouser qu'il me revienne
Je mettrai le plaid si précieux

9. O puissions-nous bientôt, tous deux
Convoler en de justes noces
Protégés par ce plaid d'Ecosse
Car c'est lui qui me sied le mieux

Et ce sera mon plaid
Mon plaid, mon plaid,
Oui, toujours et encor
Il le sera jusqu'à ma mort

Trad. Ch. Souchon


Though generally considered a disguised song on Prince Charles Edward Stuart and therefore included on several CD compilations dedicated to Jacobite songs, some musicologists see in this assumption a romantic speculation and in the present text only a reference to a Scottish soldier engaged abroad, as the tartan is "mixed with blue" and blue was a colour generally associated with Scottish troops (see Blue Bonnet, for instance).
Another prosaic interpretation, based on the verse beginning with:
"Farewell ye lowland plaids o' grey" is that it could be about a disapproved love-match between a Highland girl and Lowland boy, a sort of Scottish "Romeo and Juliet".

For the sake of exhaustiveness, coded speech is assumed here. The plaid alludes to the banned Highland culture following Culloden or to Scotland's independence lost after the Act of Union. The girl is Scotland and the boy Bonnie Prince Charlie, whose tartan in this song and the feathers of the "Bonnie Moorhen" are nevertheless different in colours.
Of course the text could be derived, by adding a "Jacobite layer", from an earlier source that did not contain these coded references. There is a family resemblance between the present song and "This is no my ain House" by Ramsay, which was turned by Hogg into an undoubtedly Jacobite cryptic song.
Bien que ce chant soit généralement considéré comme un chant déguisé sur le Prince Charles Edouard Stuart et figure, pour cette raison, dans plusieurs compilations de chants Jacobites, certains musicologues voient dans cette hypothèse une spéculation romantique et dans le présent texte l'histoire d'un soldat écossais servant à l'étranger. En effet le tartan dont il est question est "mêlé de bleu" et le bleu était une couleur souvent associée aux combattants écossais (cf. Les Bonnets Bleus, par exemple).
Une autre interprétation prosaïque se fonde sur le passage
"Vous, plaids gris des Lowlands, adieu!" et voit dans cette histoire celle d'une liaison, condamnée par les familles, entre une fille des Highlands et un gars des Lowlands, une sorte de "Roméo et Juliette" écossais.

Ce site visant à l'exhaustivité, on supposera que ce texte utilise un langage codé. Le plaid, c'est la culture des Highlands proscrite après Culloden ou l'indépendance de l'Ecosse sacrifiée par l'Acte d'Union. La jeune fille, c'est l'Ecosse et le jeune homme, c'est le Bon Prince Charles, dont le tartan a cependant des couleurs, dans ce chant, qui diffèrent de celles de la "Poule d'eau".
Bien entendu, il se pourrait que des "touches Jacobites" aient été ajoutées à un texte initial qui ne les comportait pas. Il y a un "air de famille" entre le présent chant et "Ce n'est pas ma maison, texte de Ramsay revu dans ce sens par Hogg pour en faire un chant Jacobite à peine crypté.



précédent suite