The Great White Sheep

A Clearance Song

A modern song by Gordon Menzies (1971)

A member of the Scottish folk group "Gaberlunzie"

Tune Sequenced by Ch.Souchon


1. Oh Sutherland is a bonnie land,
Beyond the Moray Firth.
And Rosshire smiles at the Western Isles,
The land of Gaeldom's birth.
From Scrabster Bay to Mingulay,
The mighty mountains weep;
For each sad glen has been cleared of men
To make way for the great white sheep.

2. Kildonan's ablaze and Langdale's braes
Are burnin' tae the skies.
The Factor's men who raze the glen
Heed not the infant's cries.
The landlord's might denies the right
Of the crofter's crops tae grow.
A laird must keep his great white sheep
So his flesh and blood must go.

3. A Sutherland maid, her clan betrayed
And wed tae an English lord.
She's driven her men from the neighbor's glen
Wi' musket, ball and sword.
Her land she's sold for English gold
While her clansmen throng the shore;
And the great white sheep walk the mountains steep,
Her men will walk no more.

4. From every glen the silent men
Have a prayer upon their lips;
As they crouch by the sea in poverty
And wait for the white sailed ships.
The Atlantic roar on the rocky shore
Will lull the bairns tae sleep.
No more they'll stand on their faether's land.
It has gone for the great white sheep.
1. Sutherland, loin d'être une terre aride,
Qui s'étend loin par delà le Moray
Et le Rosshire, tu souris aux Hébrides
L'ancien berceau des Gaëls écossais.
De Mingulay à la Baie de Scrabster,
Les monts offrent un aspect désolant:
Ces vallées que tous les hommes quittèrent
Pour laisser la place aux grands moutons blancs.

2. Kildonan brûle et les Hauts de Langdale.
Les flammes montent jusqu'au firmament.
Ces intendants qui dévastent les plaines,
Peu leur importe les cris des enfants.
La force revient au propriétaire.
Que peut contre lui l'humble métayer?
Le grand mouton blanc rend les lairds prospères
La chair et le sang n'ont qu'à s'en aller!

3. Reniant son clan, une Sutherlandaise
A pris pour époux un seigneur anglais.
Elle a chassé ses parents et ses frères
Des glens voisins par la poudre et l'épée.
Pour l'or anglais elle a vendu son âme.
Ceux de son clan affluent vers l'océan.
Le grand mouton blanc paît dans nos montagnes,
Il a évincé les hommes du clan.

4. Venus des glens, les hommes en silence
-Leurs lèvres ne servent plus qu'à prier-
Au bord de l'eau, réduits à l'indigence,
Attendent une voile où embarquer.
L'océan couvrant la rive d'écume
Bercera le sommeil de leurs enfants.
Ils laissent à jamais, dans l'amertume,
Leur terre chérie aux grands moutons blancs.

Traduction: Christian Souchon(c)2004

Line

The "Clearances" were not carried out only in the Highlands and were not a direct result of the '45' rebellion.

They started in Scotland in the early 1600's, shortly after James VIth of Scotland succeeded to the throne of England and were devised to get rid of troublesome elements, on the Border between Highlands and Lowlands (the MacGreggors, who were proscribed and banished), and on the Anglo-Scottish Borders (the Grahams were transported to Ireland or sent to fight in Holland. Some found their way back: hence the Scottish surmane of Maharg:Graham spelt backwards).

The policy proved to work and these Border areas started to prosper for the first time in history. The major factor in this prosperity: (the great white) sheep.

The Highland Clearances started after 1689 when Highland landowners saw that there was more profit in livestock than in farming rents. The men were first replaced by cattle, then by sheep and eventually, in Victorian times, by game.

The large landowners, for inst. Sutherland or Glengarry endeavoured to have the tennants stay in coastal villages to work on the profitable farming land that was available, in the highly profitable kelping industry and in fishing. Scottish emigrants as a rule emigrated through choice, mainly to Canada and Australia.

The move in Victorian times from sheep farming to game appears to be a consequence of the Australian competition due to Scots who had emigrated to Australia, taken up sheep farming and undercut home production to such an extent that it had become unprofitable.
Another clearance song:"I will go, I will go!"
Les "évictions" ("Clearances") n'affectèrent pas uniquement les Highlands et ne furent pas la conséquence directe de la rébellion de 1745.

Elles commencèrent en Ecosse au début des années 1600, peu après que Jacques VI d'Ecosse eut accédé au trône d'Angleterre et elles furent imaginées pour éliminer les fauteurs de troubles, à la limite entre les Hautes et les Basses Terres (les MacGreggors, qui furent proscrits et bannis), et dans les "Borders" Anglo-Ecossais (les Grahams furent déportés en Irlande ou envoyés combattre en Hollande. Certains revinrent en cachette: d'où le nom de famille écossais de Maharg: Graham écrit à l'envers).

Cette politique se révéla payante et ces zones frontalières commencèrent à devenir prospères pour la première fois de leur histoire. Le facteur principal de cette prospérité: (le grand) mouton (blanc).

Les évictions dans les Highlands datent, quant à elles, de 1689 lorsque les propriétaires terriens virent qu'il y avait plus de profit à tirer du bétail que des fermages. Les humains furent remplacés tout d'abord par le gros bétail, puis par les moutons, pour terminer, à l'époque victorienne, par le gros gibier.

Les grands propriétaires, par exemple dans le Sutherland ou en Glengarry s'efforcèrent de retenir les métayers dans les villages côtiers pour y exploiter les terres cultivables existantes, les utiliser dans l'industrie très rentable du varech ainsi que dans la pêche en haute mer. Les émigrants écossais sont, en règle générale des gens qui ont fait le choix de l'émigration surtout vers le Canada et l'Australie.

La transformation, à l'époque victorienne, des pâturages à moutons en terrains de chasse paraît être une conséquence de la concurrence australienne du fait des Ecossais émigrés qui s'étant lancés dans l'élevage extensif du mouton qui, minèrent la production locale au point de lui ôter toute rentabilité.
Un autre chant sur les évictions:"I will go, I will go".




précédent suite