A Hundred Pipers

Les cent sonneurs

Occupation of Carlisle on 15th November 1745

Lyrics by Lady Nairne
From "Lays from Strathearn", p.97, 1850
Tune - Mélodie

Sequenced by Ch. Souchon


1. Wi' a hundred pipers, an' a', an' a',
Wi' a hundred pipers, an' a', an' a',
We'll up an' gie them a blaw, a blaw,
Wi' a hundred pipers, an' a', an' a'.
O it's owre the border awa', awa'
It's owre the border awa', awa',
We'll on an' we'll march to Carlisle ha'
Wi' its yetts, its castle an' a', an a'.

Chorus:
Wi' a hundred pipers, an' a', an' a',
Wi' a hundred pipers, an' a', an' a',
We'll up an' gie them a blaw, a blaw
Wi' a hundred pipers, an' a', an' a'.

2. O! our sodger lads looked braw, looked braw,
Wi' their tartan kilts an' a', an' a',
Wi' their bonnets an' feathers an' glitt'rin' gear,
An' pibrochs sounding loud and clear.
Will they a' return to their ain dear glen?
Will they a' return oor Heilan' men?
Second sichted Sandy(*) looked fu' wae.
An' mithers grat when they march'd away.

Chorus:

3. O! wha' is foremos o' a', o' a',
Oh wha' is foremost o' a', o' a',
Bonnie Charlie the King o' us a', hurrah!
Wi' his hundred pipers an' a', an ' a'.
His bonnet and feathers he's waving high,
His prancing steed maist seems to fly,
The nor' win' plays wi' his curly hair,
While the pipers play wi'an unco flare.

Chorus:

4. The Esk was swollen sae red an' sae deep,
But shouther to shouther the brave lads keep;
Twa thousand swam owre to fell English ground
An' danced themselves dry to the pibroch's sound.
Dumfoun'er'd the English saw, they saw,
Dumfoun'er'd they heard the blaw, the blaw,
Dumfoun'er'd they a' ran awa', awa',
Frae the hundred pipers an' a', an' a'.

Chorus:

(*)General Alexander Gordon : cf "Up and Waur 'm all" 2nd Verse .

1. Avec cent sonneurs et tout ce qu'il faut,
Avec cent sonneurs et tout ce qu'il faut,
Nous partons leur dire un mot, un mot
Avec cent sonneurs et tout ce qu'il faut,
Nous franchirons la frontière bientôt!
Franchirons la frontière bientôt!
Et nous marcherons sur Carlisle Hall
Avec sa poterne et son grand château.

Refrain:
Avec cent sonneurs et tout ce qu'il faut,
Avec cent sonneurs et tout ce qu'il faut,
Nous partons leur dire un mot, un mot
Avec cent sonneurs et tout ce qu'il faut,

2. Voyez nos soldats, comme ils sont beaux,
Avec leurs kilts et tout ce qu'il faut,
Sabres brillants, plumets et chapeaux,
Et les pibrochs qui sonnent haut.
Reverront-ils tous leurs vallées si chères?
Reviendront-ils tous, nos Highlanders?
Sandy, le visionnaire(*) a l'air désolé.
Les voyant partir, les mères pleuraient.

Refrain:

3. Qui donc marche en tête, dites-moi?,
Qui donc marche en tête, dites-moi?
C'est Bonnie Charlie c'est notre Roi!
Avec ses cent sonneurs, je l'aperçois .
Il agite son bonnet et son plumet,
Son cheval caracole et va s'envoler!,
Le vent caresse ses cheveux bouclés,
Et les sonneurs jouent leur marche endiablée.

Refrain:

4. Le flot de l'Esk est rougi de leur sang,
Il leur en faut plus pour rompre les rangs;
Deux mille y plongent vers le sol anglais
Ils dansent au son du pibroch pour sécher.
Les Anglais n'en croyaient pas leurs yeux,
Ce qu'ils entendaient ne valait pas mieux,
Ebahis qu'ils sont, ils fuient devant nos,
Fameux cent sonneurs et tout ce qu'il faut.

Refrain:
Trad. Ch.Souchon (c) 2005

Line

On 1st November 1745 the Prince with an army of about 5000 men marched for England. The Jacobite Forces occupied Carlisle on 15th November, Penrith, Lancaster on 25th November, Preston on 26th November, Manchester on 29th November and Derby on 4th December. They had advanced 300 miles in about 30 marching days.

London was now less then 120 miles away -about a week of forced marches- and it was unguarded.
If the Prince had advanced at once upon London, his attempt could have succeeded, in spite of the two Hanoverian armies that were near his own. There was a strong Jacobite party in London and the Prime Minister, the Duke of Newcastle, was said to be ready to support the House of Stuart.
There was a rush on the Bank of England and the day on which the news of the occupation of Derby by the Jacobites was received in London was long remembered as Black Friday.

Moreover, a French army of 10,000 men was ordered to land on the south coast of Egland just when the Prince's army was retreating from Derby.


Unfortunately for Charles, his military commanders, almost unanimously decided that it was best to go back to Scotland and join up with their reinforcement there, since hardly any English Jacobites had joined them.
When he saw that almost all were against him, he consented to return to Scotland.

One noticeable exception to this consensus was Keppoch who, as Ranald Alasdair McDonald of Keppoch, the present Chief of Clan Ranald of Lochaber states, " was a mature soldier who was very closely related to the Prince and was in fact his confidante. He was an officer in the French army and had ample fighting experience to lead in the 45 Campaign. In fact, he was not for turning back when we reached Derby. The Prince consulted him and he told him to keep going till we reached London. The German Prince who had not a word of English to his name was already packing his bags to head back to Hanover at the point when a consensus of the other leaders agreed to turn back and retreat to Scotland.

That was the fatal last blow long before the Culloden massacre and butchering by the German Butcher Cumberland. "


The next song commemorates the victory of Jacobite forces led by Lord Lewis Gordon on 23 December 1745 at the Battle of Inverurie. This victory must have cheered the retreating Jacobite army which had re-entered Scotland on 23 december 1745, fording the spate-filled River Esk in the Borders. It is claimed that the Highlanders danced on the river bank to dry their kilts.

Le 1er novembre 1745, le Prince entra en Angleterre avec une armée d'environ 5000 hommes. Les Forces Jacobite occupèrent Carlisle le 15 novembre, Penrith, Lancaster le 25 novembre, Preston le 26 novembre, Manchester le 29 Novembre et Derby le 4 décembre. Ils avaient avancé de 500 km en environ 30 jours de marche.

Londres n'était plus qu'à 200 Km -environ une semaine de marches forcées- et n'était pas protégée.
Si le Prince avait marché immédiatement sur Londres, cette tentative aurait pu réussir, malgré les 2 armées hanovriennes toutes proches. Il y avait à Londres un fort parti Jacobite et le Premier ministre, le Duc de Newcastle, était, disait-on, prêt à soutenir la Maison des Stuart.
Il y eut une ruée sur la Banque d'Angleterre et le jour où fut connue à Londres la nouvelle de l'occupation de Derby par les Jacobites resta longtemps dans les mémoires comme un "Vendredi Noir".
De plus, une armée française de 10,000 hommes avait reçu l'ordre de débarquer sur le côte sud de l'Angleterre, au moment même où le Prince commençait à quitter Derby.

Malheureusement pour Charles, les chefs de son armée décidèrent, presque unanimement que le mieux était de rejoindre l'Ecosse où ils trouverait des troupes de renfort, puisque pratiquement aucun Jacobite anglais ne s'était joint à eux. Lorsqu'il vit que presque tous étaient contre lui, il consentit à reprendre le chemin de l'Ecosse.

Une exception notable dans ce consensus fut la voix de Keppoch qui , comme l'indique Alasdair McDonald de Keppoch, l'actuel Chef du Clan Ranald de Lochaber, "était un soldat aguerri, proche parent du Prince et qui était de fait son confident. Il avait servi comme officier dans l'armée française et sa grande expérience du combat en avait fait un des chefs militaires en 1745. Lui, était opposé à ce qu'on batte retraite une fois arrivé à Derby. Le Prince le consulta et il lui conseilla de continuer jusqu'à Londres. Le prince allemand dont le nom ne comprenait pas un seul mot d'anglais était déjà en train de plier bagage pour s'en retourner à Hanovre, au moment même où les chefs unanimes s'accordaient pour faire demi-tour et faire retraite vers l'Ecosse.
C'est cela qui porta le coup fatal à l'entreprise de Charles, bien avant le massacre de Culloden et les exactions de ce boucher allemand de Cumberland."

Le chant suivant commémore la victoire des forces Jacobites sous le commandement de Lord Lewis Gordon, le 23 décembre 1745 à la bataille d'Inverurie. Cette victoire a du réconforter l'armée Jacobite en retraite après son retour sur le sol écossais le 20 décembre 1745, franchissant à gué la rivière Esk en crue. On assure que les Highlanders dansèrent sur le bord de la rivière pour sécher leurs kilts.



précédent suite