Penheres Keroulas

à rapprocher du "Penn-herez Keroulas" du "Barzhaz Breizh"

Textes recueillis par François-Marie Luzel:

auprès de Marie Daniel, de Duault (Côyes-du-Nord)
Publié dans "Gwerzioù Breizh-Izel", 2ème tome en 1874

Mélodie
(Tirée du Barzhaz Breizh)

Arrangement par Christian Souchon (c) 2008


PENHEREZ Keroulas - Stumm kentañ
Les n° de couplets sont ceux du Barzhaz
I
(7.1) - Me garfe bezañ koulmig wenn
E Keroulas war an doenn,
(12.1) Me garfe bezañ krak-houad
War ar stank ma kann he dilhad,

Vit gweled ma dous penn-herez
O kannañ gwenn evel al laez...

- Demad deoc'h, ma dous penn-herez,
Ha perak 'ma ho kannerez?
Mitizien 'walc'h zo 'n ti ho tad
Evit kannañ d'eoc'h ho tilhad.

- Deuet on d'gannañ ma lienn sklaer
Kement ha tremen an amzer.
Aotroù Ar Ronz, din-me larit, [1]
Ma 'z oc'h deuet war-droad d'am gweled?

Kezeg awalc'h zo 'n ti ho tad
Vit ho tougen da Geroulaz.
- Me am-eus un inkane gwenn
Gant ur brid arc'hant en e benn.

Alaouret kernioù he daou lez: [2]
Zo mad d'ho tougen, Penn-herez.
- Aotroù Ar Ronz, ma iskuzit,
N' veritan ket mond war kezeg.

Med ur c'haros akoutret mat
Eizh a gezeg eus hen roulad;
Ur c'haros alaouret 'laran,
Peder rod arc'hant warnezhañ.

- Penn-herezig, glorusez oc'h!
Komz a ra an dud ac'hanoc'h.
- Perag 'komzont ac'hanon-me
Perc'henn pemp mil skoed a leve?

Nez' eus penn-herez er c'hontre
Zo pinvidikoc'h 'viton-me,
Nemed penn-herez Roz-an-Baoù
Mar gra ur paz, na ray' ket daou.

Mar gra daou, vit tri na ray' ket
Rag he c'halon zo kontristet,
Rag he c'halon zo kontristet,
Ha c'hwi, Markiz, a zo kirieg.

N vale hini dirag ma fas
Vel mab an aotroù Kerthomaz;
N vale hini gant kerkoulz dremm
Vel Kerthomaz, en satin gwenn.

(19) Me garfe m'holl vadoù kollet,
Da Gerthomaz bezañ dimêt
(18.3) Da Gerthomaz, pe d'Goadelez
Pe da varon Koatgouradez. [3]

(20.2) - Dre Gerthomaz on tremenet:
Netra eno n'am-eus gwelet.
Netra eno n'am-eus gwelet,
(21.2) 'Med ur c'hoz maner distoet,

Hag ur vouilhen-dour 'kreiz an ti
Zo mad da vragal an houidi!
(23.1) - Gaou a larez, e-kreiz da fas!
Te n'out ket deuet dre Gerthomaz.

(23.3) E Kerthomas a zo ur zall
Alaouret beteg an douar,
Alaouret beteg an douar,
Graet d'an dud-jentil da vragal;

Kapl da zegemer ur roue,
Ha pa ve pemp kant anezhe,
Ha pa ve pemp kant anezhe,
Hep lakaad daou en ur gwele. -

II
Ar benn-herez a lavare
Er ger d'he mamm pa arrue:
(19) - Me garfe m'holl vadoù kollet
Ha d'Gerthomaz bezañ dimêt!

(18.3) D' Gerthomaz pe da Goadelez,
Pe da varon Koatgouradez.
He mamm neuze lavaras
D'ar benn-herez, vel m'he c'hlevas:

- Ma merc'h, yaouankig c'hoazh ez-oc'h.
N'hellan ket dimezhiñ ac'hanoc'h.
(2.4) Ho ligne eus-a-berzh ho tad,
Ma merc'h, na gavfe ket se mat. -

III
(31.1) Peorien he farez a ouele.
(31.2) Ne gavent den o c'honsolje;
Ne gavent den o c'honsolje,
Med ar benn-herez, honnezh ree:

(31.3) - Peorien ma farez, n'ouelit ket!
Deuit da Gastell-Gall d'am gweled!
(32.1) Me royo 'n aluzenn bemde,
Teir gwez ar sizun ar charite. [4]

(33.3) - An aluzenn na rofet ket,
Charite c'hoazh na laran ket;
(33.4) Me na badfe ket ma moyenn
Da roy aluzenn d'ar beorien.

(34.1) - Hep diverrañ tamm ho moyenn
Me roy aluzenn d'ar beorien:
Ur marchosi zo 'n ti ma zad,
Aotroù Ar Ronz, dalv ho holl vat. -

Setu int dimêt, euredet,
Mont ra d'Gastell-Gall gant he fried.
Kriz vije 'r galon na ouelje
E Keroulas, neb a vije,

O weled ar benn-herez vat
O pokad da vein ti he zat,
O lared: - Adieu, Keroulas,
Birviken enout na ran paz! [5]

IV
Ar benn-herez a lavare
E Kastell-Gall pa errue:
- Digasit skabell d'azezañ
Mar eo me 'verc'h-kaer en ti-mañ. - [6]

Skabell d'azezañ zo roet,
Un all 'n he c'hichen d'he fried:
- Digorit frank ar prenestroù
Me wel peorien a vandennoù.

Digorit frank ar prenestroù
Ma roin dezho lod ma madoù.
Pa sellan c'hoazh eus en hent bras
Welan 'r c'havalier gwisket 'n glaz.

Ur c'havalier gwisket e glaz
A zo henvel eus Kerthomaz. -
Ha Kerthomaz a c'houlenne
E Kastell-Gall pa errue:

- Demat ha joa, holl en ti-mañ!
Ar benn-herez pelec'h ema?
- Kerthomas, deuit barzh an ti
Ma yel' ho marc'h er marchosi:

Ur banked a zo echuet
Hag unan all zo komañset;
Hag unan all zo komañset;
Pa vo debret koan, hi gwelfet. -

Ar benn-herez a lavare
D'he matez vihan en noz-se:
- Va c'horfennoù din dibrennit
Rak va c'halon a zo rannet! -

N'oa ket he ger peurlavaret,
D'an douar ez eo bet kouezhet;
D'an douar ez eo bet kouezhet,
Hag eno raktal eo marvet.

Ha Kerthomaz kerkent ha hi
Kent ma'z eo aet er-maez an ti...

Doue d' bardono an anaon,
Emaint o-daou war ar varvskañv;
Aet int o-daou dirak Doue
Ha gras d'eomp holl da vont ivez! [7]

Kanet gant Mari DANIEL a barez Duault.
L'HERITIERE DE Keroulas - Première version
Stanzas numbered in accordance with Barzhaz
I
- J'aimerais être une colombe blanche
Perchée sur le toit de Keroulas.
J'aimerais être une sarcelle
Sur l'étang quand elle lave son linge,

Pour voir mon héritière bien-aimée
Laver son linge blanc comme lait...

- Bonjour, mon héritière bien-aimée.
Mais où est votre lavandière?
Vous avez assez de servantes
Pour vous laver votre linge.

- Je suis venue laver ma toile blanche
Autant que pour passer le temps.
Seigneur de la Ronce, dites-moi [1]
Si vous êtes venu à pied pour me voir?

Votre père a assez de chevaux
Pour vous conduire à Keroulas.
- J'ai un palefroi blanc
Avec à son mors une bride d'argent,

Une house aux coins dorés sur les flancs [2]
De quoi vous porter (dignement), héritière.
- Seigneur de la Ronce, sans vous fâcher,
Je mérite mieux qu'une monture:

Mais un carrosse bien équipé
Avec huit chevaux d'attelage.
Un carrosse doré, vous dis-je,
Avec quatre roues d'argent.

- Héritière, vous êtes une vaniteuse.
C'est ce que les gens disent de vous.
- Pourquoi dit-on cela de moi
Qui possède une rente de cinq mille écus?

Il n'est point d'héritière à la ronde
Qui soit plus riche que moi,
Si ce n'est celle de Rosambo.
Elle me précède d'un pas, non de deux!

Disons deux pas, mais trois jamais!
Car son cœur est rongé de chagrin.
Oui, son cœur est rongé de chagrin.
Et c'est vous, Marquis, qui en êtes la cause.

Quant à moi, nul ne me plaît tant
Que le fils de Sire Kerthomas.
Nul ne marche avec autant de prestance
Que Kerthomas, vêtu de satin blanc.

Je consentirais à perdre tous mes biens
Pour être mariée à Kerthomas.
A Kerthomas, ou à Coadelez
Ou au baron de Coatgouradez. [3]

- Je suis passé par Kerthomas.
Je n'y vis rien de remarquable.
Je n'y vis rien de remarquable:
C'est une masure sans toit.

Avec une mare au milieu
Bonne à faire barboter les canards.
- Tu mens de façon éhontée!
Tu n'as pas été chez Kerthomas.

Chez Kerthomas, il y a une salle
Couverte d'or du sol au plafond.
Couverte d'or du sol au plafond,
Où les gentilshommes font la fête:

On peut y recevoir un roi
Et cinq cents personnes de sa suite.
Et cinq cents personnes de sa suite
Sans que deux couchent dans le même lit -

II
L'héritière disait
En arrivant chez sa mère:
- J'aimerais avoir perdu tous mes biens
Et être marié à Kerthomas!

A Kerthomas ou à Coadelez,
Ou au Baron Coatgouradez.
Sa mère dit alors,
A l'héritière en guise de réponse:

- Ma fille, vous êtes encore bien jeune.
Je ne peux pas vous marier.
La famille de votre père,
Ma fille n'y consentirait pas. -

III
Les pauvres de sa paroisse pleuraient
Sans que nul ne les console.
Sans que nul ne les console,
Si ce n'est l'héritière en personne.

- Pauvres de ma paroisse, ne pleurez point!
Venez me voir à Châteaugal.
Je ferai l'aumône tous les jours,
Et la charité trois fois par semaine. [4]

- Vous ne ferez pas l'aumône.
La charité, pourquoi pas?
Ma fortune ne suffirait pas
A faire ainsi l'aumône aux pauvres.

- Sans rien rogner de vos moyens,
Moi je ferai l'aumône aux pauvres:
L'écurie de chez mon père, à elle seule,
Seigneur de la Ronce, vaut tous vos biens. -

Et les voilà fiancés et mariés.
Elle part pour Châteaugal avec son époux.
Seul un cœur insensible n'eût pas pleuré
A Keroulas, quel qu'il fût,

En la voyant, la généreuse héritière,
Embrasser les pierres de la maison paternelle,
Disant: - Adieu, Keroulas,
Où je ne ferai plus jamais un pas! [5]

IV
L'héritière disait
En arrivant à Châteaugal:
- Apportez-moi un escabeau pour m'asseoir
Moi qui suis la bru, en ces lieux. - [6]

On lui apporte un escabeau.
On en place un autre, à côté, pour son époux
- Ouvrez grand les fenêtres
Je vois les pauvres accourir en bandes.

Ouvrez grand les fenêtres
Que je leur donne une partie de mes biens.
Quand je regarde au loin sur la route
Je vois un cavalier vêtu de bleu.

Un cavalier vêtu de bleu
Qui ressemble à Kerthomas. -
Et Kerthomas demandait
En arrivant à Châteaugal:

- Bonjour et joie, à tous ici!
Où se trouve l'héritière?
- Kerthomas, entrez donc,
On mettra votre cheval à l'écurie.

Un banquet se termine
Un autre vient de commencer.
Un autre vient de commencer,
Après le souper, vous la verrez. -

L'héritière disait
A sa servante ce soir-là:
- Délacez-moi mon corset,
Je sens que mon cœur se brise! -

Elle n'avait pas fini de parler
Qu'elle s'est effondrée sur le sol,
Qu'elle s'est effondrée sur le sol,
Pour ne plus se relever.

Et Kerthomas en même temps mourut
En ressortant de la maison.

Dieu pardonne à leurs âmes
Ils sont sur les tréteaux funèbres, tous deux.
Tous deux ils ont été devant Dieu.
Puissions-nous tous y aller aussi! [7]

TAMMOU EUS AN HEVELEP GWERZ
Stanzas numbered in accordance with Barzhaz
I
- Ma mammig kaez, din-me larit,
Pegoulz a vin-me dimezet?
Mar grit, grit ma vo graet atav
(17.3) Rak ema markiz Mezl er vro.

- Ken vefet pemp bloaz war-nugent
(2.4) Anez kaout koñje ho kerent.
(3.1) - Vit ma c'herent a-berzh ma zad
(3.2) Biskoazh n'ho-peus karet ma mad. -

.......................

Ar benn-herez a c'houlenne
Ouzh he flac'h ar gambr, un deiz 'oe:
- Petra a dremen dre aze?
Krenañ ra 'r pave dindane

(6.3) - M'eo Markiz Mezl war e gantvet.
Zo deuet, penn-herez, d'ho kwelet.
- Ha pa vefe war e vilvet
Me n'am-eus outan joa ebed. -

.......................

(20.3) E Kerthomaz me a zo bet,
(20.4) Tra, m'hen toue, n'am-eus gwelet,
(22.1) Nemed ur gozh sall mogedet
Zo mat da neiz d'ar gaouenned...

(23.1) - Gaou a lares...

Ar meubl enni en olifant
Honnezh zo kaer estrevit koant
(23.3) N'eus na dor na prenestr warni
Na eus madoù d'o alaouriñ.

UN TAMM ALL

- Penn-herezig, gloruzez oc'h
An dud a oar awalc'h ezoc'h,
Refuset mab Al Luzuron [8]
Ha eñ ken brav hag ur baron

- Ma vije ken brav ma larit,
N-deuje ket hep heuzoù d'am gweled;
Ma vije denjentil awalc'h
N-vije ket kabrestr 'n penn e varc'h.

Heuzoù ha kentroù alaouret
Dle un denjentil da gaved.
Me, pa z'in, n'in ket war gezeg
Yel' n ur c'haros mad-ekipet.

Yel 'n ur c'haros ekipet-mat.
Triwec'h a gezeg d'hen roulad:
C'hwec'h va araok, ha c'hwec'h a-dreñ,
Ha tri a vo eus pep koste.

Triwec'h kant poellad a winiz [9]
A douch ma zad eus koste Breizh
Ha kemend-all eus koste Gall
Me vo itron a goste all.

Na eus penn-herez e Roazhon
A rafe kammed dirazon
Med an Itron a Rozambaou
Mar gra unan, na ray ket daou.

Me 'm-eus en Leon un dourell
Zo warnezhi tregont pommel
(23.3) He garniturioù en arc'hant
(23.4) He frenestroù en olifant,

(23.3) He frenestroù 'n olifant gwenn,
(23.4) He dorojoù en aour melen

Kanet gant Pipi GOURIOU
Guyader er C'hoz-Varc'had, 1844




FRAGMENTS DE LA MEME BALLADE
Les n° de couplets sont ceux du Barzhaz
I
Ma chère mère, dites-moi
Quand donc serai-je mariée?
Si je dois l'être, que ce soit bientôt
Car le marquis de Mesle rôde par ici.

- Pas avant que vous n'ayez vingt-cinq ans,
A moins d'avoir le consentement de votre famille.
- Les gens du côté de mon père
Ne m'ont jamais voulu de bien... -

..................

L'héritière demandait un jour
A sa femme de chambre:
- Qui est-ce qui passe par ici
Dont la voiture fait trembler le pavé?

- C'est le marquis de Mesle: il s'est mis sur son "trente-et-un"
Héritière, pour venir vous voir.
- Quand bien même il se serait mis sur son "trois cent dix"
Sa présence ne me ferait aucun plaisir. -

.......................

J'ai été à Kerthomas
Et, je le jure, je n'y ai rien vu
Qu'une vieille salle enfumée,
Bonne pour servir de nid aux hiboux...

- Tu mens...

Les meubles y sont en ivoire
La salle est belle, plus que jolie!
On n'y trouve porte ni fenêtre
Qui ne soit richement dorée.

AUTRE FRAGMENT

- Héritière, vous êtes une vaniteuse!
A ce sujet, les langues vont bon train
Depuis que vous avez refusé le fils de Luzuron [8]
Lui qui est beau comme un baron.

- S'il était aussi beau que vous le dites,
Il ne viendrait pas me voir sans bottes.
S'il était un vrai gentilhomme
Son cheval ne porterait pas de licol.

Bottes et éperons dorés
Sont ce qui fait un gentilhomme.
Moi je ne monterai pas à cheval,
Mais je roulerai carrosse.

Oui, j'aurai un bel équipage,
Un attelage de dix-huit chevaux:
Six devant et six derrière
Et trois chevaux de chaque côté.

Dix-huit cents boisseaux de froment [9]
Reçoit mon père en provenance de Bretagne,
Et autant en provenance de France.
Et moi je veux être la dame d'autres lieux encore.

Il n'y a pas d'héritière à Rennes
A qui je doive la préséance,
Si ce n'est la dame de Rosambo.
Mais si j'avance d'un pas, elle n'en fera pas deux.

J'ai en Léon un castelet
Couronné d'un riche pinacle.
Les garnitures sont d'argent
Et les fenêtres sont d'ivoire;

Les fenêtres d'ivoire blanc
Et d'or jaune en sont les portes...

Chanté par Pierre Gouriou,
Tisserand au Vieux-Marché, 1844.

La première version consiste essentiellement en un chant amébée entre l'héritière et un seigneur de La Ronce, qui est ici substitué à de Mesle: chacun surenchérit sur les fanfaronnades de l'autre et l'héritière, dévoilant ses sentiments profonds, termine en vantant les fastes du château de Kerthomas que son interlocuteur décrivait comme un bouge.
L'héritière demande à sa mère qu'elle la marie à Kerthomas ou à deux autres prétendants.
Mais elle doit épouser le seigneur de Châteaugal où elle donne rendez-vous aux pauvres à qui elle avait coutume de faire la charité et l'aumône.
A Châteaugal elle reçoit la visite de Kerthomas et meurt de saisissement. Celui-ci la suit aussitôt dans la mort.




The first version mostly consists in an amoebean contest between the heiress and a suitor, the Lord of La Ronce ("Bramble patch", the name given here to marquess Mesle), who try to outmatch each other with bragging assertions. The heiress unveils her true feelings when she at last describes Kerthomas' dwelling place as a sumptuous palace, which her antagonist had depicted as a hovel.
The heiress entreats her mother to marry her to Kerthomas or to one of two other suitors.
But she must marry the Lord of Châteaugal Castle where she promises the poor of the parish to give them alms and charity when they visit her there.
At Châteaugal Castle Kerthomas comes on a visit which causes her such sudden emotion that she dies. Kerthomas soon follows her in death.

The fragments translate as follows:

FIRST FRAGMENT

My dear mother, tell me,
When shall I marry?
If I shall marry, be it soon!
(17.3) For Marquess Mesle is not far.

- Not until you are twenty-five
(2.4) Or else your relatives must agree.
(3.1) - My relatives on my father's side
(3.2) Never gave me assistance.

......

The heiress asked
Her chambermaid one day
- Who is driving that way
That the pavement quivers under his carriage?

(6.3) It is Marquess Mesle.
He has put on his Sunday best to visit you
- If he had dressed ten times as stylishly
I had no reason to rejoice.

.......

I was at Kerthomas'
And, I swear it, I saw nothing
But a reeking hall
Where barn owls may nest.

- You lie!
The furniture is of ivory
The hall is splendid and pleasant
No door or window there
That is not richly gilt.

ANOTHER FRAGMENT

- Heiress you are a conceited girl!
People know a lot about you:
That you turned down the son of Al Luzon [8]
Who is as smart as a baron.

- If he was as smart as you say,
Would he visit me without his boots?
If he was a real gentleman
His horse wouldn't wear a lead.

Boots and gilded spurs
A real gentleman should wear.
As for me, when I travel, I don't ride a horse
But I sit in a well-equipped carriage.

In a well-equipped carriage
With eighteen horses hitched up to it
Six in front, six in the rear
Three on each side of it.

Eighteen hundred bushels of wheat [9]
Earns my father from his estates in Brittany
As many from France
But I shall be the lady of other estates.

There is no heiress in Rennes
To whom I owe precedence.
Except the Lady Rosambo.
She may go one step ahead of me, but not two.

I have in Léon a tower
With thirty bowls on it
(23.3) And silver trimming
(23.4) And ivory windows.

(23.3) With white ivory windows
(23.4) And yellow gold doors.

Sung by Peter GOURIOU
Weaver at Vieux-Marché, 1844.


Notes de Luzel

[1] Ce seigneur de la Ronce n'apparaît pas, nous dit Luzel, dans l'histoire de l'infortunée héritière. Il semble pourtant que cette version en ait fait le héros négatif appelé dans le Barzhaz et dans les variantes ci-après, Marquis de Mesle.

[2] Luzel pense qu'il s'agit des housses du caparaçon du cheval qui retombent des deux côtés.

[3] Coatgouradès pourrait être une forme altérée de "Kergroades', château qui existe encore à Plourin près de Brest.

[4] L'"aumône" était constituée de dons en nature (farine, pommes de terre, pain) qu'on distribuait aux mendiants qui se présentaient à jours fixes, au seuil des habitations, ordinairement deux fois par semaine.
Le "charité (ou "qualité") était un don en numéraire que l'on faisait dans de grandes occasions, noces, baptêmes ou décès des notables de la commune.

[5] Luzel rappelle que la première version de cette ballade a été publiée par Fréminville dans les "Antiquités du Finistère".

[6] Cette marque d'intégration à la belle-famille, se trouve, par exemple, dans le chant Renée Le Glas

[7] De même, on retrouve ce couplet presque à l'identique à la fin de Janed ar Yudek, entre autres.

[8] Peut-être une altération de "Lannuzouarn", nom de famille de la mère de l'héritière de Keroulas.

[9] Un boisseau vaut environ 13 litres. La masse volumique du froment étant au XVIIème siècle d'environ 0.7 kg/litre, ces 1800 boisseaux équivalent à 170 quintaux. Cependant, ici comme ailleurs, le chiffre 18 a une valeur symbolique. Il est souvent utilisé dans les gwerzioù en dépit du bon sens, comme ces 18 chevaux, à la strophe précédente, dont 6 sont attelés à l'arrière et 6 sur les côtés du carrosse! Il est vrai qu'il s'agit d'une fanfaronnade.
[1] This Lord de la Ronce ("of the Bramble bush") does not appear, so says Luzel, in the story of the unfortunate heiress. However this seems to be the name given in the present version to the negative hero referred to in the Barzhaz ballad as "Marquis de Mesle".

[2] Luzel interprets it as the sides of a horse's caparison.

[3] Coatgouradès could be an interpolated form of "Kergroades', a castle that still exists at Plourin near Brest.

[4] "Alms" consisted in donations in kind (flour, potatoes, bread) made to beggars who used to turn up at set times, usually twice a week, at the thresholds of the houses.
"Charité (also called "qualité") were gifts in cash made on special occasions, wedding, christening or death, by prominent local families.

[5] Luzel recalls that the first version of this ballad was published by Fréminville in his "Antiquités du Finistère".

[6] This token of integration in the family in law is mentioned, for instance, in the ballad Renée Le Glas

[7] Similarly, an almost identical stanza is found, among others, at the end of Janed ar Yudek.

[8] Maybe an interpolation of "Lannuzouarn", the family name of the mother of the Keroulas heiress.

[9] A bushel was ca 13 litres. Since the volumetric weight of wheat, in the 17th century, was ca 0.7 kg per litre, those 1800 bushels are equivalent to 170 quintals. Now this elaborate calculation is all in vain since eighteen is a "magic number", often used in the "gwerzioù" contrary to all good sense. Like those eighteen horses, in the previous stanza, six of them are hitched up in the rear and six on the both sides of the carriage, as alleged by the heiress who is merely bragging!


François-Marie Luzel (1821 -1895)




Retour à "L'Héritière de Keroulas" du "Barzhaz""