GWERZ PENMARC'H

ton
Kempennet gant Christian Souchon (c) 2006


"An Tri dornaod" gant Maxime Maufra

Bremañ bloaz, da Santez Katell
Sortias ar flod eus a Vourdel (bis) [1]

Pa oent erru e-tal Penmarc'h
O devoe kavet avel a-walc'h (bis)

Petra c'hoarvez gant Penmarc'hiz
O terc'hel gouloù-noz 'n o iliz ?

Kriz a galon neb na ouelje
E-tal Penmarc'h neb a vije

O wel't ar mor bras o ruziañ
Gant gwad ar gristenien ennañ !

Neb a welje merc'hed Gwaien
O vont d'an aod beb a-unan

Seizh intañvez ha seizh-ugent
O vont d'an aod en ur vandenn

O c'houl' an eil digant eben :
- N'az peus ket klevet keloù va den ? [2]

- Keloù ho ten ha va hini :
E-tal Penmarc'h 'maint o veuziñ!

Mallozh ! mallozh da Benmarc'hiz
A zalc'h gouloù-noz en o iliz

'Zalc'h gouloù-noz 'n o ilizoù
'Vit ma yel d'an aod 'r batimanchoù



Le vingt-cinq novembre à Bordeaux
L'an passé, sortirent les bateaux. (bis) [1]

Quand de Penmarc'h ils approchèrent
Leurs voiles gonflées de vent arrière,(bis)

Les gens de Penmarc'h allumaient
Un fanal en haut de leur clocher!

Bien cruel eût été qui n'eût
Pleuré devant Penmarc'h, quel qu'il fût,

Voyant l'océan empourpré
Du sang de ces chrétiens naufragés!

Les femmes d'Audierne accouraient
Vers le rivage l'air éploré.

Cent quarante sept sur la grève,
Toutes veuves, venues en cortège.

Elles s'interrogent entre elles:
- A-t-on de mon mari des nouvelles? [2]

- Les mêmes du vôtre et du mien:
Disparus à Penmarc'h corps et biens!

Gens de Penmarc'h, soyez maudits
Pour éclairer vos clochers la nuit!

Vos clocher portent des flambeaux
Jetant sur les écueils les bateaux.

Trad. Ch. Souchon (c) 2006

[1] La navigation côtière se faisait en "flottes" (flod) avec escorte de bateaux de guerre pour se protéger des navires anglais.

[2] Cette complainte, et cette strophe en particulier, a inspiré la sarcastique gwerz publiée en 1939 par le chanoine Pérennès, Le bateau naufragé.



* Taolenn*