AN TEIR SEIZENN

ton

Kanet gand Etevan Er Gal, a Vaod

Kempennet gant Christian Souchon (c) 2011




1. Bet zo bet un amzer, un amzer tremenet
Un amzer tremenet
E karen o kariñ hag e vezen karet
Latira
E karen o kariñ hag e vezen karet

2. Bremañ ez eus un amzer, un amzer kontrol din
Ne ran joa ouzh hini, hini ne ra ouzhin

3. Bout zo bet un amzer e tougen teir seizenn
Unan ruz, unan glas, an arall a oa gwenn

4. An hini ruz 'laken en enor d'ar madoù
An hini glas 'laken en enor d'ar bizoù

5. An hini glas 'laken en enor d'ar bizoù
An hini gwenn 'laken etrezomp-ni hon-daou

6. Setu-ni dimezet ha setu-ni kontant
Lakaet deomp en hor spered ober ur vatimant

7. Graet eo ar vatimant ha lakaet àr ar mor
Aet eo d'ar broioù pell, pell diouzh aodoù Arvor

8. Ne oa ket tremenet, tremenet c'hoazh ur blez
Kollet ar vatimant, kollet man den ivez

9. Kollet ar vatimant, kollet man den ivez
Kenavo eürusted, kenavo levenez

10. Ma zeir seizenn bremañ n'o dougin mui james
Roet 'm eus eus int e prof da chapel ar Werc'hez

11. Men 'man aet an amzer, an amzer tremenet
Ma karen o kariñ hag e vezen karet

Source: Kendalc'h, Kanomp Uhel, c'hwevrer 1975.
Dastumet gant Loeiz Herrieu, "Gwerzenneu ha Sonenneu Breiz Izel"

1. Il fut un temps jadis, et ce temps est passé
Ce temps est bien passé
Où je l'aimais d'amour; il m'aimait en retour
Latira!
Où je l'aimais d'amour; de lui j'étais aimé

2. Mais le temps d'à présent est contraire à mes voeux.
Où l'un par l'autre nous ne sommes point heureux.

3. Il fut un temps jadis où j'avais trois rubans
Un rouge, un autre bleu et un troisième blanc.

4. Le rouge proclamait ma richesse aux jaloux
Le bleu disait à tous que j'avais des bijoux.

5. Pour vanter mes bijoux j'arborais donc le bleu
Le blanc disait combien nous nous aimions tous deux.

6. Et nous voilà mariés et nous voilà contents.
Nous avons décidé d'armer un bâtiment.

7. D'armer un bâtiment, de le mettre à la mer
Et le voilà parti, loin des côtes d'Armor.

8. Un an, pas même un an sur nos vies est passé
Le frêle esquif, hélas, corps et biens, a coulé.

9. Le frêle esquif, hélas, corps et biens, a coulé.
Adieu notre bonheur, notre félicité!

10. Et je ne porte plus, désormais, mes rubans.
A l'autel de la Vierge j'en ai fait présent.

11. Il fut un temps jadis et ce temps est passé
Où je l'aimais d'amour. Il m'aimait en retour.

Traduction: Ch. Souchon (c) 2011

Note: le thème des trois rubans symboles de richesse et de bonheur conjugal apparaît dans le "Chant de la Fête de Juin" du Barzhaz Breizh, strophes 6 à 9.
La première reprise est la mélodie notée dans la "Paroisse Bretonne", janvier 1905.




* Les rubans des épousées (F. Cadic)*
* Son Fest Mizeven (Barzhaz Breizh)*

* Taolenn*