TEIR ZON HA GWISKAMANT A BEP SEURT

Trois chants sur les vêtements

1° AN INTAÑV - LE VEUF

Ton

Kempennet gant Christian Souchon


Kemener e Kore-Koad Kelen

Amzer ma gwreg kentan
N 'am'oe ket a voutoù, (bis)
Ha breman me, c'hozh intanv, (bis)
Me am eus ur sokoù.

Amzer ma grweg kentan, na m'oe ket a roched
Ha breman me c'hozh intanv, m'am eus anezhi pe'rzek.

Amzer ma grweg kentan, na m'oe ket a jupenn.
Ha breman me c'hozh intanv, e tougan livitenn.

Amzer ma grweg kentan, na m'oe ket a vrikoù,
Ha breman me c'hozh intanv, e tougan kalsonioù.

Ton bal kanet gant Yann Fañch Kemener
Du temps d' ma première femme,
Je n'avais pas d' souliers.
Maintenant que je suis veuf,
C'est des socques que j'ai,

Du temps... De chemis' point n'avais.
Maintenant... C'est quatorz' que j'en ai.

Du temps... Pas de veste non plus
Maintenant... J'ai la lévite en sus.

Du temps... Je n'avais pas de braies.
Maintenant... C'est des cal'çons que j'mets.

NOTES:

Socque: galoche, soulier de cuir à semelle de bois.

Roched: chemise d'homme.

Chupenn: veste courte (gilet à manches) propre à la Bretagne.

Lévite: ancien nom de la redingote (à queue de pie).

Brikoù, bragoù: braies, pantalons descendant jusqu'aux chevilles ("brikoù" est vannetais).

Kalsonioù, caleçons: culotte allant jusqu'aux genoux. Sous la Révolution, les "Sans-culottes" portaient des braies, au contraire des nobles qui portaient culotte et bas.




2° DILHAD PRIED AN INTAÑVEZ - LES HABITS DU DEFUNT

Ton

Ton simpl dastumet gant J-M Gwilc'her

Eñ lâre e lak e dog, eñ lâre e lak e "dog"
Mez bremañ an intañvez a lak "stal ar ribod".

Eñ lâre e lak e chupenn, eñ lâre e lak e "chupenn"
Mez bremañ an intañvez a lar "al livitenn"

Eñ lâre e lak e roched, eñ lâre e lak e "roched"
Mez bremañ an intañvez a lar ar "chemizet"

Eñ lâre e lak e loeriou, eñ lâre e lak e "loeriou"
Mez bremañ an intañvez a lar ar "chosetoù"

Eñ lâre e lak e vragoù, eñ lâre e lak e "vragoù"
Mez bremañ an intañvez a lar ar "c'halsonoù

Eñ lâre e lak e votoù, eñ lâre e lak e "votoù"
Mez bremañ an intañvez a lar ar "galochoù"
Il disait "je mets mon chapeau"
Mais maintenant la veuve ouvre l'"étal au lait ribot".

Il disait "je mets mon chupenn"
Mais maintenant elle dit la "lévite"

Il disait "roched"
Elle dit la "chemise"

Il parlait de "loerioù"
Elle dit les "chaussettes"

Il parlait de "bragoù"
Elle dit les "caleçons"

Il parlait de "botoù"
Elle dit les "galoches"

NOTES:

"Chupenn" et "livitenn": C'est dans le répertoire des Soeurs Goadec, qu'on trouve ce chant alterné (kan ha diskan) de rythme "ton simpl, plinn" (phrases de 8 syllabes) sur un sujet similaire, l'évolution des noms de vêtement vers le français (les couples "chupenn - livitenn", "roched - chemizet", "bragoù - kalsonoù"... désignent le même vêtement).

Stal ar ribod: "l'étal au lait ribot" mis en parallèle avec "le chapeau" du mari. Peut-être veut-on dire que la vente de ce produit du barattage rapporte gros à la veuve (l'argent du beurre!) et que, de ce fait, elle attribue à son défunt mari des vêtements dont les noms sont plus en rapport avec sa présente fortune. Il pourrait aussi s'agir de la coiffe de veuve de drap noir et velours des régions de Guéméné et Pontivy, appelée "Capot ribot" en Haute-Bretagne.

A lar "al livitenn": le texte qu'on ma communiqué est "lak al livitenn", etc... qui signifierait que la veuve "met" elle-même ces vêtements masculins. Je pense qu'il faut lire "a lar" (a lavar), "elle dit" (lorsqu'elle parle des vêtements de son mari).




3° AN NEZADEG - LES FILEUSES
(ou "Disput chokant etre div blac’h yaouank)

Ton

Ton: "Yann an difouper neizhioù" (Lechienn Internet Per C'hentel)

1. Deu't d’am selaou, da glev'd kanañ
Pa ‘m eus ur spered da rimañ
Da gleved un disput chokant
Savet etre div blac’h yaouank
Evit ar bloavezh tremenet
Asambles ‘barzh un nezadeg.

2. Tregont plac’h a oa o nezañ
Pa oa klevet an disput-mañ
Toud a lâre e oant kontant
‘Klevet ur son divertisant
Abalamour d’ar c’homzoù vil
E lavare an eil d’eben.

3. ‘Barzh ar vro-mañ emañ ar c’hiz
Kumun e-mesk ar yaouankiz
Pac’h a ur plac’h d’un nezadeg
‘Vez kaset dezhi ur boked
Ha goude-se hep lakaat mar
A zo paotr da zougen ar c’harr.

4. Pa ‘oa sonet kreisteiz-hanter
Antreas ur plac’h gant ur baner
‘Lec’h ma oa merc’hed o nezañ
Da reiñ ur boked da Ana
Ha ganti ur voutailhad gwin
Un, daou pe dri grapad rezin

5. Ar plac’h gommañs he ziskourioù
Pa oa o reiñ he brezanchoù
Mes Izabel p’he deus gwelet
Da biv e roas ar boked
‘Savas jalouzi en he fenn
Hag he-deus lâret evel-henn

6. - Me a gred evit ober vil
‘Roer an traoù-se d’ar pezh vil,
Kar pezh ‘peus degaset amañ
Evit hon lakaat da viskañ.
Bremañ ‘re-se ambaraso
‘Vel ma ‘pefe kamaradoù.

7. Tout pa’z omp amañ, mar meump c’hoant
‘Meump ar seurt-se gant hon arc’hant.
Kenkoulz ha c’hwi fas pikoutet
Lagad du, genoù didantet,
‘Oar'n ket piv ‘gemerfe frejoù
Da reiñ seurt dit-te bokejoù.

8. - Evidon ma n’on ket stipet,
A ran ma zremen ‘mesk ar bed
Kenkoulz ‘vel ra pompinelloù
Krampouezh pardon, liboudennoù,
C’hwec’h miz ‘vezont eurujet
Ur vezh d'an holl 'deus ho gwelet

9. - C’hwi ne soñjfe ‘vit dimeziñ
Kar ne gavi den d'eurujiñ
Ma vijen paotr n’ho kouljen ket
Nag ho pije pemp mil skoed.
Nann avat. D’ober ur spontailh
D’ober se e tapfes da dailh

10. - Ganeoc’h ‘mañ an holl sioù mat
Ha bepred ne sell den d’az kaout,
Nemet ul liper chopinoù,
Ur fouet boutik, ur c’hrak aotroù
A zo aze ‘n ti n’ou’on petra
Bet komerret vit e vara

11. - C’hwi amañ ma ‘peus c’hoant da glev't
Komz dit a diouc’har skarbet
E vleo liou ar c’harotez.
Me ‘gred din eo digant hennezh
‘Teus prennet ur voutailhad gwin,
Da vokedoù, ha da rezin

12. - Bez’ en deus eñ komodite
Da brenañ ‘r pezh 'n-do bolontez
Kar ne zispign ket e arc’hant
‘Vel ma ra da c’halant yaouank
Da c’hoari chiboud, da roulañ
Hep kaoud arc’hant d’en em wiskañ

13. - Da hini ‘vez ur paotr faro
Pa vez gantañ e gozh bragoù
Div walenn gantañ ‘ba’n e foñs
Un heritaj deus e dud kozh
Ha war e benn un tok pomper
‘Vel ‘hont d’ar foar Treger

14. - Ni zo erru tud oajet
N’heuliomp ket ar c’hiz ‘vel vez ret
‘Wel’ se gante manchoù bragoù
Ur mouchouer betak ho potoù
Dantelez war lost o robenn
Dindan n’vez ket hiviz lienn.

15. - Ha c’hwi a glev, plac’h he blev griz
Me na c’hoarve mann d’am hiviz
Jilou gant e borbant lost moan
Ha te gant ho bazan toskan
Ho tavañjer berlij foulet
Zo daou bichon vrav da welet

16. Bravig awalc’h ‘omp da welet
En kalite domestiked
‘Velte gant ur manegoù
Ur mouchouer betak ho potoù
Ha zo chaosonoù tout brodet.
Hag ho tud ‘vez o klask ho poued.

17. - Ha c’hwi a glemm, Izabel
Na c’hwi n’oc’h ket prest da devel
Kar me zo komañs da skuizho
‘Be’añ boupouilhet gant sort louzennoù.
‘Ven ket bet pell ha c’hwi a glev
Evit tapout krog ‘ba’ ho plev"

18. Mestr un devezh pa en doa gwelet
Penaos oant bet fuloret
Ha en doa komzet ken familher
‘Vit terriñ e benn d’an afer
Deus an eil tu hag egile
‘Vit lakaat silañs etreze

19. Met pa oa debret o c’hoanioù
Oa bet ‘n em gavet Jiliou
Da zougen he c’harr da Anna(ñ)
Pa en doa dekoret anezhañ
Ne oa nemet e vokejoù
A oa joa vraz ‘barzh Jiliou

20. Hag gantañ e vragoù foñs bras
Komzet meump anezhañ un tamm c’hoazh
E borpant lost moan, e dok pomper
Loaskomp Jilou o hont d’ar gêr
Hennezh p’en do c’hoant gant e arc’hant
O na cheñcho habilhamant

Source "Bro Fisel": texte transcrit par Jean-Yves Leroux et Malik Le Roux, d'après Luzel.
1. Puisque je suis d'humeur rimante,
La dispute abasourdissante
Que deux jeunes filles ont eue
L’année passée, étant venues
Toutes deux à la filerie
Je vais chanter, soyez tout ouïe!

2. Elles étaient trente à filer
Quand on vit le drame éclater.
Et toutes s'estiment contentes
D’ouïr une chanson amusante
Avec les mots de harengères
Que les deux filles échangèrent.

3. Dans ce pays il est d’usage
Quand une fille est au filage
- Les jeunes gens le font souvent -
Qu'on lui porte un bouquet charmant.
Alors, et à n'en pas douter
Un gars rapportera son rouet.

4. C'est midi et demie sonnante:
Panier au bras, une fille entre
Dans la salle où toutes filaient:
Il est pour Anna son bouquet,
Avec la bouteille de vin
Et quelques grappes de raisin.

5. La fille fait un compliment
Tout en remettant ses présents.
Mais voyant cela, Isabelle
Qui voulait le bouquet pour elle
Sent en elle la jalousie
Monter et voilà qu'elle crie:

6. - Qui fait cela, le fait par haine!
Des cadeaux à cette vilaine!
M'est avis qu'ils n'ont qu'un seul but:
Nous faire bisquer tant et plus.
Et toutes vont faire semblant
D'être ses amies à présent.

7. Toutes pourrions en faire autant
Oui, toutes avec notre argent!
Parfaitement, face grêlée,
Œil ténébreux, bouche édentée!
Être assez sot pour dépenser
Pour toi son argent en bouquets!

8. - D'autres sont mieux vêtues que moi
Mais je fais mon chemin ma foi!
Et aussi bien que les poupées
"Crêpes de pardon " et traînées
Qui font honte à leur entourage
Six mois après leur mariage.

9. - Te marier? tu n'y pense pas!
Personne ne voudrait de toi.
Si j’étais garçon, moi non plus,
Même eusses-tu cinq mille écus.
Non, mais servir d’épouvantail
Pour toi quel excellent travail!

10. - Même pourrie de qualités,
Nul ne lorgne de ton côté
Sauf s'il est lécheur de chopines
Ou voleur vivant de rapines
Logeant chez le premier venu,
A qui le pain est le seul dû.

11. - Toi, tu ne peux être amoureuse
Que d'un homme aux jambes cagneuses
Aux cheveux couleur de carotte.
C’est de celui-là, pauvre sotte,
Que vient ta bouteille de vin
Et tes bouquets et ton raisin.

12. - C’est parce qu’il a les moyens
D’acheter ce qui lui convient,
Et ne jette pas son argent
Comme fait ton jeune galant
Qu'aux beuveries on voit paraître
Alors qu'il n'a rien à se mettre

13. - Ton gars à toi fait le faraud
Quand il arbore un chapeau haut
Et qu'il met sa vieille culotte
De deux aunes dont le fond flotte.
Comme son grand-père, il la met
Le jour de la foire à Tréguier

14. - Chez nous, les gens d’un certain âge,
Sur la mode prime l'usage:
A d'autres la manche à gigot
Le fichu couvrant jambes et dos,
La robe allongée de dentelle,
Sans chemise à mettre sous elle!

15. - Ne te fais, fille aux cheveux gris,
Pour ma chemise aucun souci!
Gilles, son pourpoint à queue d'âne,
Toi, ton corsage de Toscane
Et ton tablier de berlinge
Me faites penser à des singes.

16. Nous avons belle allure, en somme
Tout domestiques que nous sommes.
Vous, bien sûr, vous portez des gants
Ton fichu jusqu’au sol descend
Et vos chaussons sont tout brodés
Mais vos parents s'en vont mendier.

17. - Tais-toi, s'il te plait, Isabelle!
Arrête cette kyrielle
De lamentables jérémiades
Et de détestables boutades.
Je ne tarderai point, sinon,
A te saisir par le chignon! -

18. Mais le maître de la journée
Qui les voyait tant irritées,
Sut calmer les deux demoiselles
Et mettre un terme à leur querelle
Demandant de faire silence
A ces deux parties en présence.

19. Et ce n'est qu'après le souper,
Gilles, qu'on te vit arriver
Pour porter le rouet d’Anna,
Puisque les fleurs venaient de toi.
Non, pas d'autres fleurs que les tiennes.
Et de joie ton âme était pleine.

20. Mais sur sa culotte bouffante
Assez de remarques méchantes,
Sur sa queue de pie, son chapeau!
Laissons-le rentrer au plus tôt.
Car s'il le veut, il a l'argent
Pour s’habiller différemment!

Traduction: Christian Souchon (c) 2011

NOTES:

Gozh bragoù diw walenn, bragoù fons bras: Vielle culotte de deux aunes (de tissu), ou à "grand fond": sans doute les "bragoù bras", la culotte de drap ou de toile de lin ou chanvre bouffante dont le port a cessé au début du XXème siècle.

Tok pomper: Chapeau de pompier (ou de vantard). Peut-être un haut-de-forme.

Manchoù bragoù: Sans doute manches bouffantes.

Mouchouer: Fichu dans les costumes féminins de travail. Semble ici désigner le châle (chal) en tapisserie bordée de franges de soie ou de velours et recouvrant les épaules, les bras, le dos et la poitrine, qui faisait partie du costume de cérémonie.

Porpant lost moan: Pourpoint à queue étroite. Sans doute une veste à la française avec queue de pie.

Basin (bazan) toskan: Etoffe de couleur.

Bélinge ou Berlinge: Nom donné en Pays Gallo à une étoffe de laine brute de teinte naturelle brune, noire ou blanche à chaîne de chanvre ou de lin (également appelée "droguet").



Autres chants sur les vêtements:
"Du temps que j'étais jeune"
"Veste bleue"



* Taolenn*