Markiz Trede - Marquis de Coatrédrez

et rapprochement avec "La Filleule de Du Guesclin" du "Barzhaz Breizh"

Texte recueilli par François-Marie Luzel:

auprès du sabotier Renan, commune de Trégrom, près de Lannion - 1854
Publiées dans "Gwerzioù Breizh-Izel" en 1868

Mélodie
Chantée par Loeiz Herrieu (Guerzenneu ha sonenneu Bro Guened),
tirée de "Musiques bretonnes" de Maurice Duhamel:

Arrangement Christian Souchon (c) 2008

VERSION "GWERZIOU BREIZ IZEL"

I
Selaouet holl, hag a klewfet
Ur werz a zo newez-savet;
Ur werz a zo newez-savet,
D'ur plac'hik iaouank ez e gret :

D'ur plac'h iaouank bet anleuvet,
War hent Léon, 'vont d'ar Ieodet ;
Anleuvet gant markiz Trede,
Euz ann hent, war he inkane.

II
'N aotro Trede a c'houlenne
Euz ar plac'hik p'hi rankontre :
- Plac'hik iaouank, d'in-me laret,
Pelec'h ez et pe ez oc'h bet ? -

- D'ar pardon d'ar Ieodet ez ann,
'Wit koves ha komunian;
'Wit koves ha komunian,
Gonit ar pardon, mar ghellan. -

'N aotro Trede a lavaras,
D'ar plac'h iaouank 'vel m'hi c'hlewas :
- Wit d'ar pardon n'ez iefet ket,
Ganin da Drede a teufet :

Plac'hik iaouank me ho tisko
Da vont oc'h unan dre 'n hentjo ! -
- Salv-ho-kraz aotro, iskuset,
M' unan dre 'n hentjo n'ez on ket;

M' unan dre 'n hentjo n'ez on ket,
D'eva dour feunteun ' oann chomet;
D'eva dour feunteun ' oann chomet,
Ha ma re a-rok a zo et. -

Ann aotro Trede a lare
Na d'he balefrinier neuze :
- Didoles-te d'in war ma marc'h,
A-c'hane ' tiskouro hi gwalc'h ! -

- Salv-ho-kraz, ma mestr, na rinn ket,
Glac'hari 'r plac'h n' c'houlennann ket;
N' c'houllann glac'hari hi c'halon,
Ur plac'h fur eo, plac'h-a-feson ! -

'N aotro Trede 'vel ma klewas,
Diwar he varc'h a ziskennas;
Diwar he varc'h eo diskennet,
Ur fasad d'he baotr 'n euz roët.

Ur fasad d'he baotr 'n euz roët,
A-vriad er plac'h eo kroget;
A-vriad er plac'h eo kroget,
War gein he varc'h 'n euz hi laket.

Ur mouchouar gwenn ampezet
War hi geno hen euz laket,
'Wit n' vije ket anavezet
Gant ann dut o vont d'ar Ieodet.

'R plac'hik iaouank a lavare
A-biou d'hi re pa dremene :
- En han' Doue, mar am c'haret,
Kompagnunes ma zikouret ! -

- Allas! ho sikour n'hellomp ket,
P'eo 'n aotro Trede 'n euz ho c'hoantet !
- Ar palefrinier a lare
Na d'ann aotro Trede neuze :

- Lemet 'r mouchouar d'war hi geno,
Taoli ra 'r gwad a vouchado ! -
- Lez-hi da daol 'r pez a garo,
Ar merc'hed 'zo leun a ardo !..... -

III
'N aotro Trede a lavare
D'he c'houarneres p'arrue :
- Na laket ar beer uz ann tan,
D'ar plac'hik ha d'in-me d'hon c'hoan ! -

Ar plac'hik iaouank a lare
D'ann aotro Trede, p'hen klewe :
- Debret, evet 'r pez a garfet,
Ewit-on me na goaninn ket. -

Ar plac'hik iaouank a lare
D'ar gouarneres en noz-se :
- Gouarneres, mar am c'haret,
Gret ma 'z inn gant-oc'h da gousket. -

- 'Wit ganin-me na gouskfet ket,
Ho kwele 'r gambr uhel ' zo gret ;
Ho kwele 'r gambr uhel ' zo gret,
Gant 'n aotro Trede da gousket. -

Ann aotro Trede a lare
D'ar plachik iaouank en noz-se :
- Na deut-c'hui ganin d'ar jardinn,
Da glask ur bouket louzou-finn :

Da glask ur bouket louzou-finn,
A varjolain a durkantinn;
A varjolain hag a lavand,
A zere ouz-oc'h plac'hik koant. -

Ar plac'hik iaouank a lare,
'N kichenn ar jardin p'arrue :
- Adieu ma mamm, adieu, ma zad,
Bikenn n'ho kwell ma daoulagad !

Aotro, prestet d'in kontellou,
Da droc'ha treid ma boukedou ;
Da droc'ha treid ma boukedou,
A zo re-hir euz a dreunchou. -

Ann aotra Trede, pa glewas,
He zorn 'n he c'hodel a voutas,
He zorn 'n he c'hodel 'n euz boutet,
Ter c'hontel d'ez-hi 'n euz tennet :

Unan troad-du, unan troad-gwenn,
Un' all c'houezet en aour melenn :
En hini troad-duz 'eo kroget,
'N kreiz hi c'halon deuz-hi plantet !

Pa zistroas 'n aotro en dro,
'Oa 'r plac'h iaouank war he geno ;
'Oa 'r plac'h iaouank 'n kreiz ar jardinn,
Hi fenn 'n tal penno hi daoulinn.

Ma lavare c'hoas ann d'en-fall,
. . . . . . . .
- Penamed daoni ma ine,
N' voas ket et gwerc'h dirag Doue!

IV
Ann aotro Trede a lare
Da holl dut he di en noz-se :
- Arru ez e gwall bell ann noz,
Poent da bep-den mont da repoz ! -

Ar gouarneres a lare
D'ann aotro Trede en noz-se :
- 'Lies am boa ho kelennet,
War-benn ar gwinn hag ar merc'hed,

-Ispisiall war-benn hou-man,
'Zo c'hoar-vager da Gernenan :
Na euz servijer en ho ti,
Na oar ho nozwez koulz ha c'hui. -

- Mar karet n'am diskuilfet ket,
Me ' roïo d'ac'h peb a gant-skoed ;
Ni hi lienno, archedo,
'Zono d'ez-hi ar glaz tano ! -

V
N' doa ket kanet ar c'hog d'ann de,
Oa toret 'r perzier en Trede ;
Ez oa perzier Trede toret,
Gant Kernenan hag he baotred.

'Nn aotro Kernenan lavare
En maner Trede, p'arrue :
- Demad ha joa holl en ti-ma,
'N aotro Trede pelec'h ema ? -

Ar palefrinier a laras
D' 'n aotro Kernenan, p'hen klewas :
- Et eo en un tammik afer,
Na deuïo ket henoz d'ar ger. -

- Gaou a lares, palefrinier,
E-medi sur da vestr er ger,
Rag te zo kustum mont gant-han,
War ann hentjou da verc'hetan !

- 'N aotro Trede, 'vel ma klewas,
Gant 'r vinz d'ann traon a diskennas ;
Gant 'r vinz d'ann traon e diskennet,
Ur gwall salud braz hen euz bet.

- Aotro Trede, d'in-me laret,
D'am c'hoar-vager oc'h euz-c'hui gret? -
- E-medi duze er jardinn,
Hi fenn 'n tal penno hi daoulinn ! -

- Ma c'hoar-vager a t'euz lazet,
Hi revanch renkann da gavet ! -
- Kernenan, les d'in ma buhe,
Me a roï did ma holl leve ! -

- N'eo ket mado a c'houlennann,
Buhe 'wit buhez a renkann ;
Ma c'hoar-vager a t'euz lazet,
Hi revanch renkann da gavet! -

D'ar zal vraz neuze ez int et,
Da c'hoari 'r c'hleze ar fleuret;
Markiz Trede hen euz kollet,
Kernenan hen euz-han treuzet !

Kriz 'vije 'r galon na oelje
'Bars en Trede neb a vije,
'Welet ar zal-vraz o ruia,
Gant gwad ar markiz o skuilla !

'N aotro Kernenan a lare
En maner Trede, d'ar pred-se :
- Laket ho torn endann he benn.
M' vo roët d'ez-han 'nn absolvenn ! -
VERSION
"BARZHAZ BREIZH"



La "Filleule de Du Guesclin" et "Markiz Trede" ont quelques points en commun:
Une jeune fille d'origine modeste est poursuivie par un grand personnage.
Elle remplit très tôt le matin une obligation (ici elle se rend à un pardon), en espérant que son tortionnaire ne sera pas aussi matinal.
Le méchant s'empare de la jeune fille, avec l'aide d'un valet (ici récalcitrant).
Elle lui emprunte, sous un prétexte quelconque un couteau et se suicide.
Elle est vengée par un autre seigneur à qui elle est apparentée (ici, par son frère de lait, Kerninon).
La paroisse de Trédrez, la noble maison de Coat-Trédrez et le manoir de Kerninon existent bel et bien près de Saint-Michel-en-Grève.

La même gwerz avait été collectée par La Villemarqué sous le titre "Le Yaudet". Il en existe deux versions dans le 1er carnet de Keransquer, ainsi qu'une troisième, intitulée "Markiz an Tridé" dans le second carnet. **************************
"Du Guesclin's godchild" and "The Marquis of Trédrez" have some features in common. A high personage forces his attentions on a girl who comes from a modest background.
Early in the morning she fulfils an obligation (here, she goes to a Pardon feast) in the hope that her pursuer will not get up so early. The rogue captures the girl with the help of a (here reluctant) manservant.
She borrows from him under some pretext a knife which she uses to kill herself.
She is avenged by another lord to whom she is related (here by her foster brother, Kerninon).
The parish Trédrez and the noble family Coat-Trédrez exist, as well as Manor Kerninon near Saint-Michel-en-Grève.
TRADUCTION de la version "GUERZIOU"

I
Ecoutez tous, et vous entendrez
Une gwerz nouvellement levée (composée);
Une gwerz nouvellement composée,
C'est à une jeune fille qu'elle a été faite :

A une jeune fille qui a été enlevée,
Sur le chemin de Léon, en allant au Guéodet;
Enlevée par le marquis de Coat-Trédrez,
De dessus le chemin, sur sa haquenée.

II
Le seigneur de Coatredrez demandait
A la jeune fille, en la rencontrant:
- Jeune fille, dites-moi,
Où allez-vous, où avez-vous été? -

- Je vais au pardon du Guéodet,
Pour me confesser et communier;
Pour me confesser et communier,
Gagner le pardon si je puis. -

Le seigneur de Coatredrez répondit
A la jeune fille, sitôt qu'il l'entendit :
- Quant au pardon, vous n'y irez point,
Vous viendrez avec moi à Coatredrez :

Jeune fille, je vous apprendrai
A aller toute seule par les chemins! -
- Sauf votre grâce, seigneur, excusez-moi,
Je ne suis pas toute seule par les chemins;

Je ne suis pas toute seule par les chemins,
J'étais restée à boire de l'eau de fontaine;
J'étais restée à boire de l'eau de fontaine,
Et les miens sont allés devant. -

Le seigneur de Coatredrez disait
A son valet d'écurie, en ce moment :
- Jette-la moi sur mon cheval,
De là elle discourra à satiété! -

- Sauf votre grâce, mon maître, je ne le ferai point,
Je ne veux pas désoler la fille;
Je ne veux pas navrer son coeur,
C'est une fille sage, une honnête fille! -

Le seigneur de Coatredrez, dès qu'il entendit,
Descendit de cheval;
Il descendit de cheval,
Et donna un soufflet à son valet.

Il a donné un soufflet à son valet
Et a pris la jeune fille à bras le corps;
Il a pris la jeune fille à bras le corps,
Et l'a mise sur son cheval.

Un mouchoir blanc empesé
Il lui a mis sur la bouche,
Pour qu'elle ne fût pas reconnue
Par les gens qui allaient au Guéodet.

La pauvre jeune fille disait,
En passant auprès des siens (de sa société) :
- Au nom de Dieu, si vous m'aimez,
Ma société, secourez-moi ! -

- Hélas! nous ne pouvons vous secourir,
Puisque c'est Coatredrez qui vous a désirée! -
Le valet disait
Au seigneur de Coatredrez, en ce moment :

- Otez le mouchoir de dessus sa bouche,
Elle rejette le sang à pleine bouche! -
- Laisse-la en rejeter tant qu'elle voudra,
Les femmes sont pleines d'artifices! .....

III
Le seigneur de Coatredrez disait
A sa gouvernante, en arrivant :
- Mettez la broche au feu,
Pour le souper de la jeune fille et le mien. -

La pauvre jeune fille disait
Au seigneur de Coatredrez, en l'entendant :
- Mangez et buvez tant qu'il vous plaira,
Pour moi, je ne souperai point. -

La pauvre jeune fille disait
A la gouvernante, cette nuit-là :
- Gouvernante, si vous m'aimez,
Faites que j'aille coucher avec vous. -

- Pour avec moi vous ne coucherez pas,
Votre lit est fait dans la chambre haute;
Votre lit est fait dans la chambre haute,
Pour coucher avec le seigneur de Coatredrez. -

Le seigneur de Coatredrez disait
A la pauvre jeune fille, ce soir-là :
- Venez avec moi au jardin.
Pour cueillir un bouquet de fines fleurs:

Pour cueillir un bouquet de fines fleurs,
De marjolaine et de thym ;
De marjolaine et de lavande,
Qui vous sied, fillette jolie. -

La pauvre jeune fille disait,
En arrivant auprès du jardin:
- Adieu, ma mère, adieu, mon père,
Jamais ne vous reverront mes yeux!

Seigneur, prêtez-moi des couteaux,
Pour couper les tiges de mes fleurs;
Pour couper les tiges de mes fleurs,
Qui sont trop longues des tiges. -

Le seigneur de Coatredrez, quand il entendit,
Mit la main dans sa poche;
Il a mis la main dans sa poche,
Et en a retiré trois couteaux pour elle :

Un à manche noir, un à manche blanc,
Un autre en or jaune soufflé :
C'est celui à manche noir qu'elle a pris,
Et elle se l'est plongé au milieu du coeur !

Quand le seigneur se détourna,
La jeune fille était sur la bouche;
La jeune fille était au milieu du jardin,
La tête auprès de ses genoux.

Et il disait encore, le méchant,
. . . . . . . . . . . .
- Si je ne craignais de damner mon âme,
Tu ne serais pas allée vierge devant Dieu ! -

IV
Le seigneur de Coatredrez disait,
A tons les gens de sa maison, cette nuit-là :
- La nuit est fort avancée,
Il est temps à chacun d'aller reposer. -

La gouvernante disait
Au seigneur de Coatredrez, cette nuit-là :
- Je vous avais souvent averti
Au sujet du vin et des femmes;

Mais surtout au sujet de celle-ci,
Qui est soeur de lait de Kerninon :
Il n'est pas de serviteur en votre maison
Qui ne connaisse votre nuit aussi bien que vous. -

- Si vous voulez ne pas me trahir,
Je vous donnerai à chacun cent écus;
Nous l'ensevelirons et la mettrons au cercueil,
Et lui sonnerons un glas mince (peu bruyant)! -

V
Le coq n'avait pas encore chanté le jour,
Que le portail de Coatredrez était brisé;
Le portail de Coatredrez était brisé
Par Kerninon et ses gens.

Le seigneur de Kerninon disait,
En arrivant au manoir de Coatredrez :
- Bonjour et joie à tous dans cette maison,
Le seigneur de Coatredrez, où est-il? -

Le palefrenier répondit
Au seigneur de Kerninon, en l'entendant :
- Il est allé à une petite affaire,
Il ne reviendra pas cette nuit à la maison. -

- Tu mens, palefrenier!
Ton maître est à la maison,
Car tu as l'habitude d'aller avec lui
Sur les chemins arrêter les filles. -

Le seigneur de Coatredrez, dès qu'il entendit,
Descendit par l'escalier tournant;
Il est descendu par l'escalier tournant,
Et a reçu un bien mauvais salut.

- Seigneur de Coatredrez, dites-moi
Qu'avez-vous fait de ma soeur de lait? -
- Elle est là-bas dans le jardin,
Sa tête auprès de ses genoux! -

- Tu as tué ma soeur de lait,
Et il faut que je la venge ! -
- Kerninon, laisse-moi la vie,
Et je te donnerai toutes mes rentes! -

- Ce n'est pas des biens que je demande,
Vie pour vie, voilà ce qu'il me faut :
Tu as tué ma soeur de lait,
Et il faut que je la venge ! -

Alors ils sont allés dans la grande salle,
Pour jouer de l'épée et du fleuret :
Le marquis de Coatredrez a perdu,
Kerninon l'a traversé (de son épée)

Dur eût été le coeur de celui qui n'eût pleuré,
S'il avait été à Coatredrez,
En voyant la grande salle qui rougissait
Par le sang du marquis, qui coulait !

Le seigneur de Kerninon disait
Au manoir de Coatredrez, en ce moment :
- Mettez votre main sous sa tête,
Pour qu'on lui donne l'absolution! -


Notes de Luzel:

Cette chanson est très répandue dans le pays de Lannion; c'est une de celles qui ont le plus de succès dans les veillées d'hiver, où l'on s'apitoie sur le sort de la pauvre jeune fille, et maudit le ravisseur. Coatredrez est la principale maison noble de la commune de Trédrez, entre Saint-Michel-en-Grève et Lannion, non loin de Koz-Guéodet. Albert le Grand (Vies des Saints de Bretagne, page 683) mentionne un évêque de Tréguier sorti de cette maison; voici en quels termes : « Hugues de Coat-Trédrez, de la noble maison de Coat-Trédrez, fut eslu évesque de Tréguier, l'an 1461, sous le pape Paul II, l'empereur Frédéric III et le duc François second. L'année suivante il fut fait cardinal, et alla à Rome, ayant résigné à Christophe Du Chastel. Il mourut en sa maison de Coat-Trédrez, et fut enterré en sa cathédrale, dans le choeur, du côté de l'Evangile. » En l'année 1594 un sieur de Coat-Trédrez, tenant pour le roi, partage la défense de Morlaix avec les seigneurs de Bois-Eon et de Corboson. Le peuple, à Saint-Michel-en-Grève, à Trédrez, à Ploulec'h et dans les environs, a conservé le souvenir d'un seigneur de Coatredrez, du nom de Pierre, qu'il a flétri de l'épithète de cruel, Pierre le Cruel. Serait-ce le ravisseur de notre ballade ? Le manoir de Kerninon, encore habité par la famille de ce nom, Le Roux de Kerninon, est en la commune de Ploulec'h, limitrophe de celle de Trédrez. Tous les chanteurs disent markiz Drede ou Trede. Les noms propres sont ainsi très souvent défigurés dans les chants populaires, et l'on est parfois fort embarrassé pour les reconnaître sous leurs déguisements et leur restituer leur véritable orthographe; mais ici, aucun doute n'est permis. Cette chanson est si populaire dans les pays de Lannion et de Tréguier, que les chanteurs en intercalent souvent des vers et des couplets entiers dans les pièces qui présentent des situations analogues. On eu a vu des exemples dans Rozmelchon et Janedik ar Rouz.

François-Marie Luzel (1821 -1895)


Retour à "La filleule de Du Guesclin"
Le Yaudet (1er Carnet deKeransquer)