Sound the Pibroch

Que sonne le pibroch!

Lyrics by Mrs Norman McLeod [1] (Victorian times)

Paroles de Mme Norman McLeod [1] (Epoque victorienne)

Tune MIDI
Tune MP3
Sequenced by Ch.Souchon
1. Sound the pibroch [2 loud on high
From John O'Groats to Isle of Skye!
Let a' the clans their slogan [3] cry
And rise and follow Charlie!
Chorus:
Tha tighin fodham, fodham, fodham
Tha tighin fodham, fodham, fodham
Tha tighin fodham, fodham, fodham
Tha tighin fodham eirigh!

2. And see a small devoted band
By dark Loch Shiel [5] have ta'en their stand
And proudly vow with heart and hand
To fight for Royal Charlie!
Chorus:

3. Frae every hill and every glen
Are gatherin' fast the loyal men
They grasp their dirks and shout again
"Hurrah! for Royal Charlie!"
Chorus:

4. On dark Culloden' field of gore
Hark! Hark! They shout "Claymore! Claymore!"
They bravely fight what can they more?
They die for Royal Charlie!
Chorus:

5. No more we'll see such deeds again
Deserted is each Highland glen
And lonely cairns [4] are o'er the men
Who fought and died for Charlie!
Chorus:

6. The White Rose blossoms forth again
Deep in the sheltered Highland glens
And soon we'll hear the cry we ken
Tae rise! And fight for Charlie! [6]
Chorus:

Variant for the 5th Verse:

5. Now on the barren heath they lie
Their funeral dirge the eagle cry
And mountain breezes o'er them sigh
Who fought and died for Charlie.

1. Le pibroch [2] sonne où que l'on aille,
De John o'Groats aux bords de Skye!
Clans, poussez vos cris de bataille [3],
Debout et suivons Charlie!
Refrain
Tha tighin fodham, fodham, fodham
Tha tighin fodham, fodham, fodham
Tha tighin fodham, fodham, fodham
Tha tighin fodham eirigh!

2. Voyez ces quelques partisans
Près du Loch Shiel [5] dressant leur camp
Et qui s'apprètent fièrement
A combattre pour Charlie.
Refrain

3. Les monts, les glens, de tous côtés,
Dépèchent de loyaux sujets
Poignard en main, pour l'acclamer:
"Hourra, hourra pour Charlie!"
Refrain

4.A Culloden, noir champ d'horreur
Ecoutez leur mâle clameur!
Qu'attendre encor de leur valeur?
Qu'ils périssent pour Charlie.
Refrain

5. Cette aventure est achevée,
Les Hautes Terres désertées,
Et c'est sous des cairns [4], isolée,
Que gît l'armée de Charlie.
Refrain

6. La Rose Blanche vit encore
Dans nos vallées et peut éclore
Au milieu des appels sonores:
"Tous aux armes pour Charlie!" [6]
Refrain

Variante pour le 5ième couplet:

5.La lande couvre leurs ténèbres
L'aigle y clame leur chant funèbre
Et le vent qui gémit célèbre
Ceux qui sont morts pour Charlie.

(Trad. Ch.Souchon (c) 2003)


[1] About the author
Agnes Maxwell
was born in 1786 on the island of Mull. In her early youth, she lived with an uncle and aunt in Drumdrissaig, on the western coast of Knapdale. When of age, she went to receive her ”finishing” at an Edinburgh school, then returned to her Highland home. She met the Rev. Norman MacLeod, and after four years married him . She spent the next nearly sixty years as the minister’s wife in Campbeltown, Campsie, and Glasgow. She was the wife of a poet and the mother and grandmother of poets, and a poet herself. She compiled a volume called “Songs of the North”, that was to be edited by her granddaughter Annie Campbell MacLeod Wilson (along with Sir Harold Boulton with whom she co-authored another famous Jacobite song, the Skye Boat Song. The traditional tunes were arranged by Malcolm Lawson, in particular the "Sound the Pibroch" tune.
The collection was dedicated to Queen Victoria. “Sound the Pibroch” was one of the most spirited songs of the collection. Though thoroughly artificial, it “breathed the old and faithful Jacobite enthusiasm”.

We already came across the name of Rev. Norman Mc Leod, alias « Caraid nan Gàidheal » (Friend of the Gael, 1745-1824), in connection with the Gaelic song "No more shall McCrimmon return", which he does not acknowledge as an imitation of a poem by Sir Walter Scott, the latter work being impudently presented as translated from his own forgery...
His wife is in the reverse, far less objectionable situation. She is the avowed authoress of the song at hand, whose chorus hints at the genuine Gaelic song which inspired « Tha tighinn fodham, etc. » (pronounced "ha cheen foam" and meaning "I must needs") is borrowed from the 1715 gathering song « Tha tighinn fodham Éirigh" composed by John McDougall McLean. The device of the Gaelic quotation inside an English poem is imitated from Sir Walter Scott's « Mackrimmon’s Lament » whose 6th stanza is in Gaelic.

[2] Pibroch: A form of music as played by the bagpipe. The word is derived from the Gaelic piobaireachd, the art of the bagpiper. This special form of bagpipe music, consisting in a series of variations founded on a theme called the "urlar". These variations are generally of a martial or warlike character and include dirges (hymns of mourning) and marches.

[3] Slogan: A yell intended to rally the soldiers of a clan in battle (also sloggorne, slughorne...)

[4] Cairn: A pile of stones used as funeral monument.

[5] Loch Shiel: After landing on the mainland, Charles and his followers came 18 miles along Loch Shiel and arrived at Glenfinnan (August 1745).

[6] 6th stanza and variant : Mrs Norman McLeod Senior, as she is styled in « Songs of the North », wrote only the first 5 stanzas of the song. We are indebted for the 6th to the American folk musician, W.J. (Joe) Bethancourt (1946-2014). The « White Rose » possibly hints at Rownie Browne's « Roses of Prince Charlie ». As for the variant to the 5th stanza found at several Internet sites, its origin is unknown.
[1] A propos de l’auteur
Agnes Maxwell est née en 1786 sur l’Ïle de Mull. Elle passa son enfance chez un oncle à Drumdrissaig, sur la côte ouest de Knapdale. On l’envoyage parfaire son éducation à Edimbourg dans un collège, après quoi, elle revint dans sonîle natale. Elle fit la connaissance du pasteur Norman McLeod qu’elle épousa après quatre ans de fiançailles. Leur union devait durer presque soixante ans passés à Campbeltown, Campsie et Glasgow. Son mari était poète. Elle fut la mère et grand’mère de poètes. Elle était poète, elle aussi. Elle composa un recueil de poésies intitulé « Chants du Nord » (Songs of the North) dont nous devons la publication à sa petite-fille Annie Campbell McLeod Wilson, aidée en cela par Sir Harold Boulton, ces deux personnages étant les auteurs d’un autre chant d’inspiration Jacobite presque aussi fameux, le « Skye Boat Song ». Les arrangements musicaux étaient dus à Malcolm Lawson, dont celui de « Sound the Pibroch », désigné comme «mélodie traditionnelle ».
L’ouvrage fut dédié à la Reine Victoria. L’un de ces chants était le présent « Que sonne le pibroch ! », imprégné d’un enthousiasme Jacobite tout à fait convaincant, bien que parfaitement artificiel.

Nous avons déjà rencontré le nom du pasteur Norman McLeod, alias « Caraid nan Gàidheal » (l’Ami des Gaëls, 1745- 1824), à propos du chant gaélique Tu pars McCrimmon. Il est l’auteur inavoué de ce démarquage d’un poème de Sir Walter Scott qu’il a l’audace de faire passer pour une traduction...
Son épouse est dans la situation inverse, bien moins criticable. Elle est l’auteur officiel du présent chant et elle signale dans le refrain, de manière allusive il est vrai, l’authentique chant gaélique dont elle s’inspire : « Tha tighinn fodham, etc. » (prononcé "ha tchinn fôme", ce qui signifie "Il le faut") est emprunté au chant composé en 1715 par John McDougall McLean « Tha tighinn fodham Éirigh". Le procédé de citation gaélique à l’intérieur d’un poème anglais est emprunté au poème de Scott « Mackrimmon’s Lament » dont la 6ème strophe est entièrement dans cet idiome.

[2] Pibroch: un genre de musique jouée sur la cornemuse. Ce mot est adapté du gaélique "piobaireachd", désignant l'art du sonneur. Cette forme particulière de musique est constituée de variations sur un thème appelé "urlar". Ces variations ont généralement un caractère martial ou guerrier. Ce sont le plus souvent des hymnes funèbres ou des marches.

[3] Slogan: un cri destiné à rallier les soldats d'un même Clan au cours d'une bataille.

[4] Cairn: pierres empilées formant monument funéraire.

[5] Loch Shiel: Une fois sur le continent écossais, Charles et ses compagnons suivirent sur 18 lieues le Loch Shiel et arrivèrent à Glenfinnan (Août 1745).

[6] 6ème strophe et variante : Mrs Norman McLeod Senior, comme elle est appelée dans « Songs of the North », n’a composé que les 5 premières strophes de ce chant. On doit la 6ème au musicien folk américain, W.J. (Joe) Bethancourt (1946-2014). L’allusion à la « Rose blanche » incite à rapprocher cette strophe du poème de Rownie Browne du groupe « Corries », les « Roses du Prince Charles ». Quant à la variante de la 5ème strophe donnée par plusieurs sites Internet, j’en ignore l’origine.

Line

Charles left Kinlochmoidart on the 18th of August, on which day he went by water to the seat of Alexander Macdonald of Glenalladale, on the side of Loch Shiel, where he was joined by Gordon of Glenbucket, who brought with him Captain Sweetenham, an English officer of Guise's regiment, who had been taken prisoner by a party of Keppoch's men while on his way to Fort William to inspect that fortress. The prince passed the night at Glenalladale, and with his attendants, who amounted to about 25 persons, proceeded about six o'clock next morning, in three boats, to Glenfinnan, and landed within a few hours at the east end of Loch Shiel, where the little river Finnan falls into the lake.

Source: www.electricscotland.com/history/charles/6.htm
Charles quitta Kinlochmoidart le 18 août pour se rendre à la résidence d'Alexandre McDonald de Glenalladale, sur la rive du Loch Shiel où il fut rejoint par Gordon de Glenbucket qui amenait avec lui le capitaine Sweetenham, un officier anglais du régiment de Guise que Keppoch avait fait prisonnier alors qu'il faisait route vers Fort William pour inspecter cette forteresse. Le Prince passa la nuit à Glenalladale, puis, avec sa suite de 25 personnes, il prit place à 6 heures du matin dans trois barques pour se rendre à Glenfinnan, à l'autre bout du Loch Shiel à l'embouchure de la petite rivière Finnan, où ils débarquèrent au bout de quelques heures.

Source: www.electricscotland.com/history/charles/6.htm






précédent suite