Ye Jacobites by Name

"Post-Jacobitism"

Text rewritten by Robert Burns, followed by the anonymous original text (1746)

Scots Musical Museum Volume IV song 371, page 383 (c. 1790)

Tune 1 (Banjo)
Tune 2 (Pipes)
"Captain Kidd's Farewell to the Seas"
Melodies -brilliantly- sequenced by Barry Taylor

'Jacobites 1745' by John Pettie -ARA Diploma picture 1866

To the lyrics:

Though Hoggs intention was to include only contemporary songs in his "Jacobite relics" the present song is also found in this collection, first volume under N°34. He did so as a consequence of imperfect information. He could not know that this song that he got from the "Museum" was essentially the work of Burns.
(Concerning these curious editing methods, see article "Hogg" ).
A propos du texte:

Bien que l'intention de Hogg ait été de n'accueillir que des chants contemporains des événements, on trouve le présent chant également dans son recueil, volume 1, sous le n° 34. C'était en l'occurrence par manque d'information, car rien n'indique dans le "Musée" où il a puisé que l'essentiel du chant est de Burns.
(A propos de ses méthodes d'édition, cf. article "Hogg" ).
To the tune:

The tune is a good English specimen inserted in

- D'Urfey's "Pills to purge Melancholy", 1719, volume vi, n° 251, with a song beginning:
"A young man and a maid...."

- Shortly after the execution of the famous Captain William Kidd (1645 - 1701), five broadsides appeared. One was to live on and popularize the common belief that Kidd had confessed guilty to the false charges brought against him. It is a long ballad, titled "Captain Kidd's Farewell to the Seas", and evidently sung to the same tune:
My name is Captain Kid,
who has sailed, who has sailed,
My name is Captain Kid, who has sailed.
My name is Captain Kid;
What the laws did still forbid
Unluckily I did, while I sailed.

- Stenhouse in his comments to the "Museum" (1792) quotes the title of a more recent song, also about a "pirate":
"You've all heard of Paul Jones
Have you not, have you not?"

sung to the melody in the eighteenth century in Edinburgh. The fame of Paul Jones was extended by means of songs and broadsides from Seven Dials and elsewhere, after the "buccaneer"'s exploits off the East coast of Scotland in 1779.

- In one of his manuscripts Burns quotes an alternative title of the tune
"Up black-nebs a'",
evidently as belonging to a song now unknown.

Source: Complete Songs of Robert Burns On line Book (cf. links)
A propos de la mélodie:

Cet air est un bon exemple de mélodie anglaise qui figure parmi les

- "Pilules pour purger la mélancolie", 1719, vi. 251, de Thomas D'Urfé (1653 - 1723) accompagnant une chanson qui commence ainsi:
"Un jeune homme, une fille...."

- Peu après l'exécution du fameux Capitaine William Kidd (1645 - 1701), cinq "broadsides" furent publiées. L'une d'entre elles est encore chantée, perpétuant l'idée reçue qu'il avait avoué les crimes dont on l'accusait à tort. Il s'agit d'une longue ballade intitulée "L'Adieu à la mer du Capitaine Kidd", qui se chante à l'évidence sur ce même air:
Mon nom est William Kidd,
Le marin, le marin.
Mon nom est William Kidd, le marin.
Mon nom est William Kidd
Ce que la loi interdit
Pour mon malheur, je le fis, sur la mer.

- Stenhouse, collaborateur au "Musée" (1792), parle d'une chanson
"Connaissez-vous Paul Jones
Oui, le connaissez-vous?"

que l'on chantait sur cette mélodie, au 18ème siècle, à Edimbourg. La renommée de John Paul Jones se répandait partout grâce aux chansons et aux feuilles volantes imprimées à Seven Dials (quartier populaire de Londres) et ailleurs, depuis l'exploit accompli par ce "pirate" sur la côte est de l'Ecosse en 1779.

- Sur l'un de ses manuscrits, Burns cite un autre titre pour cet air:
"Truites, sortez de l'eau!",
correspondant à une chanson aujourd'hui oubliée.

Source: Complete Songs of Robert Burns On line Book (cf. liens)


1. Ye Jacobites by name, lend an ear, give an ear!
Ye Jacobites by name, lend an ear,
Ye Jacobites by name,
Your fautes I will proclaim,
Your doctrines I maun blame - you shall hear!

2. What is Right, and what is wrang, by the law, by the law?
What is Right, and what is Wrang, by the law?
What is Right, and what is Wrang?
A short sword and a lang,
A weak arm and a strang, for to draw!

3. What makes heroic strife, famed afar, famed afar?
What makes heroic strife famed afar?
What makes heroic strife ?
To whet th' assassin's knife,
Or hunt a Parent's life, wi bluidy war!

4. Then let your schemes alone, in the State, in the State!
Then let your schemes alone, in the State!
Then let your schemes alone,
Adore the rising sun,
And leave a man undone, to his fate!

1. Vous autres, Jacobites, écoutez, écoutez!
Vous autres, Jacobites, écoutez!
Vous autres Jacobites,
Je veux dire les défauts,
Qui entachent vos doctrines, écoutez!

2. Qu'est-ce donc qui décide du bon droit, du bon droit?
Qu'est-ce donc qui décide du bon droit?
Qui décide du bon droit?
Pas la longueur d'une épée,
Non plus que la force du bras qui la tient!

3. Que sont donc vos faits d'armes si fameux, si fameux?
Que sont donc vos faits d'armes si fameux?
Ces faits d'armes si fameux?
Coups de poignard dans le dos!
Et vils combats fratricides et sanglants!

4. Que cessent les complots contre l'Etat, oui l'Etat!
Que cessent les complots contre l'Etat!
Que cessent complots,
Adorez le jour nouveau,
Qu'un vaincu soit abandonné à son sort!

(Trad. Ch.Souchon (c) 2003)



This is one of the few tunes of this collection condemning the Jacobite cause.
Is it really so?
This text was (re-)written by Burns who was admittedly a convinced Jacobite and the last sentence sung by the Whig "Leave a man undone to his fate", does not make him a very likeable person.

As cleverly stated in the comment to this song in the scanned edition of the "Scots Musical Museum" published by the National Burns Collection:
"The word 'fautes' can mean faults, injuries, defects or wants. Such ambiguity may well be deliberate and mischievous.


Though this was originally an anti-Jacobite song dating from 1746, the ambiguity of language means that is it is very difficult to decode what Burns, in his rewrite of the song, is in fact saying about the deposed Stuart monarchy. With a family to provide for, Burns, like everyone else during this era, had to be flexible in matters concerning politics and religion, so was (almost) always on guard to disguise his alleged sympathies for 'the king o'er the water'. However, Bill Watkins (2000) claims that 'Burns 'toned it down substantially, making it more of a general anti-war song than a political statement'. Burns certainly enjoyed the traditional Whig Calvinist v. Romantic Jacobite divide of the Scottish psyche, and mischievously employed these opposing characters as muses for his creativity."

Someone submitted this interesting idea to the « Mudcat Discussion Forum” (see links):
Burns contributed to the “Musical Museum” from 1787 until his death in 1796.
Thus, his prompting unrelenting Jacobites to “adore the rising sun” may be understood as an incitement to give up the obsolete Stuart cause and support the new ideals embodied in the French revolution.
However a far more convincing explanation is given below as a commentary on the Pre-Burns version of the song.

Il s'agit, apparemment d'un des rares chants de ce recueil condamnant la cause Jacobite.
L'est-il vraiment?
Ce texte est de Burns qui est considéré comme un Jacobite convaincu et la dernière phrase qu'il met dans la bouche du Whig, "Abandonnez un vaincu à son sort", n'en font pas un personnage très attachant.
Un commentaire très judicieux sur ce chant figure dans l'édition scannée du "Musée Musical écossais" publié par la "National Burns Collection"

Le mot "fautes" (traduit ici par "défauts") peut signifier manquements, tares, carences ou points faibles. Une telle ambiguïté peut tout à fait être intentionnelle.

Bien qu'il s'agisse ici à l'origine d'un chant anti-Jacobite datant de 1746, l'ambiguïté de langage fait qu'on est bien en peine de démêler ce que Burns lors de cette réécriture a voulu mettre à propos des malheureux Stuart. Il avait charge de famille et, comme tout un chacun à l'époque, il devait se montrer prudent sur tout ce qui touchait la politique et la religion. C'est pourquoi il s'astreignait (presque!) toujours à déguiser les sympathies qui transpiraient chez lui pour "le roi au-delà des mers". Toutefois l'essayiste Bill Watkins (2000) affirme qu'ici "Burns met une puissante sourdine à ses propos jusqu'à en faire une condamnation de la guerre en général, plutôt qu'un credo politique.' Burns éprouvait un malin plaisir à exploiter la schizophrénie écossaise où cohabitent calvinisme Whig et romantisme Jacobite et tire malicieusement parti de ces composantes opposées pour nourrir sa créativité."

Quelqu’un soumit cette idée intéressante au “Mudcat Discussion Forum” (voir liens):
Burns collabora au « Musée Musical » de 1787 jusqu’à sa mort en 1796.
C’est pourquoi, on peut comprendre son invitation à l’adresse des Jacobites purs et durs de « d'adorer le jour nouveau » (en anglais, « d’adorer le soleil qui se lève »), comme une incitation à abandonner la cause dépassée des Stuart et d’embrasser les idées nouvelles de la révolution française.
Cependant on trouvera une explication bien plus convaincante ci-après, dans le commentaire de la version "Pre-Burns" du chant.

YE JACOBITES BY NAME

Out of the Chapbook"The Battle of Falkirk Garland"
a Pre-Burns Version printed in 1746

To the Tune of, Captain Kid.

1. You Jacobites by Name, now give Ear, now give Ear,
You Jacobites by Name, now give Ear;
You Jacobites by Name, your Praise I will proclaim,
Some says you are to blame for this Wear.

2. With the Pope you covenant, as they say, as they say,
With the Pope you covenant, as they say,
With the Pope you covenant, and Letters there you sent,
Which made your Prince present to array.

3. Your Prince and Duke o'Perth, where they go, where they go,
Your Prince and Duke o'Perth, where they go,
Your Prince and Duke o'Perth, they're Cumb'rers o' the Earth,
Causing great Hunger and Dearth where they go.

4. He is the King of Reef, I'll declare, I'll declare,
He is the King of Reef, I'll declare,
He is the King of Reef, of a Robber and o' Thief,
To rest void of Relief when he's near.

5. They marched thro' our Land cruelly, cruelly,
They marched thro' our Land cruelly,
They marched thro' our Land with a bloody thievish Band
To Edinburgh then they wan Treachery.

6. To Preston then they came, in a Rout, in a Rout,
To Preston then they came, in a Rout;
To Preston then they came, brave Gard'ner murd'red then.
A Traitor did command, as we doubt.

7. To England then they went, as bold, as bold,
To England then they went, as bold;
To England then they went, and Carlisle they ta'en't,
The Crown they fain would ha'en't, but behold.

8. To London as they went, on the Way, on the Way,
To London as they went, on the way,
To London as they went, in a Trap did there present,
No battle they will stent, for to die.

9. They turned from that Place, and they ran, and they ran,
They turned from that Place, and they ran;
They turned from that Place as the Fox, when Hounds do chace.
They tremble at the Name, CUMBERLAN'.

10. To Scotland then they came, when they fly, when they fly,
To Scotland then they came, when they fly,
To Scotland then they came, and they robb'd on every Hand,
By Jacobites Command, where they ly.

11. When Duke William (=Cumberland) does command, you must go, you must go;
When Duke William does command, you must go;
When Duke William does command, then you must leave the Land,
Your Conscience in your Hand like a Crow.

12. Tho' Carlisle ye took by the Way, by the Way;
Tho' Carlisle ye took by the Way;
Tho' Carlisle ye took, short Space ye did it Brook,
These Rebels got a Rope on a Day.

13. The Pope and Prelacy, where they came, where they came,
The Pope and Prelacy, where they came;
The Pope and Prelacy, they rul'd with Cruelty,
They ought to hing on high for the same.

VOUS QU'ON NOMME JACOBITES

Extrait du "chapbook" "Guirlande pour la bataille de Falkirk"
Version "pré-Burns" datant de 1746

Sur l'air de "Capitaine Kid"

1. Vous qu'on nomme Jacobites, écoutez, écoutez!
Vous qu'on nomme Jacobites, écoutez!
Vous qu'on nomme Jacobites, je vais faire votre éloge à ma façon.
Plus d'un trouve à redire à vos menées guerrières.

2. Avec le Pape vous pactisez à ce qu'on dit,
Avec le Pape vous pactisez à ce qu'on dit,
Avec le Pape vous pactisez et lui avez envoyé des lettres
Qui incitèrent votre Prince à déployer une armée.

3. Votre Prince et le Duc de Perth, où qu'ils aillent
Votre Prince et le Duc de Perth, où qu'ils aillent
Votre Prince et le Duc de Perth sèment la désolation sur terre,
Ils laissent famine et la disette là où ils passent.

4. C'est le roi de la flibuste, je le déclare
C'est le roi de la flibuste, je le déclare
C'est le roi de la flibuste, je le déclare, un brigand et un voleur,
Impossible d'être tranquille quand il approche.

5. Ils ont traversé le pays sans pitié, sans pitié
Ils ont traversé le pays sans pitié
Ils ont traversé le pays comme une bande de maraudeurs sanglants
Et ont pris Edimbourg par traîtrise.

6. Puis à Preston ils nous ont mis en déroute
Puis à Preston ils nous ont mis en déroute
Puis à Preston ils ont tué le brave Gardiner.
C'est un traître qui en donna l'ordre, mais nous en doutons.

7. Puis ils entrèrent en Angleterre, impudemment,
Puis ils entrèrent en Angleterre, impudemment,
Puis ils entrèrent en Angleterre et prirent Carlisle,
Ils auraient bien pris la couronne, mais voyez:

8. Alors que sur Londres ils marchaient, ils marchaient
Alors que sur Londres ils marchaient
Alors que sur Londres ils marchaient, ils se virent pris au piège
Ils ne voulurent pas livrer bataille pour mourir.

9. Ils firent demi tour et s'enfuirent et s'enfuirent
Ils firent demi tour et s'enfuirent
Ils firent demi tour comme le renard que les chiens pourchassent,
Tremblant en entendant le nom de CUMBERLAND

10. Alors que vers l'Ecosse ils battent en retraite, en retraite
Alors que vers l'Ecosse ils battent en retraite
Retournant vers Ecosse, ils se livrent à la maraude en tout lieu
Sur l'ordre de leurs chefs Jacobites, là où ils prennent leurs quartiers.

11. Quand le Duc William (=Cumberland) l'ordonnera, vous devrez partir
Quand le Duc William l'ordonnera, vous devrez partir
Quand le Duc William l'ordonnera, vous devrez quitter le pays
Tout penauds, comme une nuée de corbeaux.

12. Bien que vous ayez pris Carlisle en passant, en passant,
Bien que vous ayez pris Carlisle en passant,
Bien que vous ayez pris Carlisle, vous ne l'avez pas gardé longtemps,
Vos occupants rebelles furent pendus le même jour.

13. Le Pape et les prélats, où qu'ils aillent, où qu'is aillent,
Le Pape et les prélats, où qu'ils aillent,
Le Pape et les prélats, gouvernent avec sauvagerie
On devrait pour cela les pendre haut et court.

The comparison of this clearly anti-Jacobite song with Burns's version prompts some readers to see in the latter an incitement for Jacobites
"to move on from a divisive past, and unite for the future." (Mr McGrath of Harlow -PM of Mudcat Discussion Forum).

Another Member, An Buachaill Caol Dubh, has quite a different view of the question and writes:
"True it is that Burns rises above the explicit religious bigotry of the contemporary version; indeed, he rises above organized, "revealed" religion entirely in the final commendation of Deism, or something like it, at the rear. But to see this version of "Ye Jacobites" as somehow pro-Union is as foolish, or deliberately devious, as to claim Burns's true views on "Great Britain" and Union are found in "The Dumfries Volunteers" (without drawing attention to the specific historical circumstances and clever irony of the song) rather than 'A Parcel of Rogues'..."

La comparaison de ce chant résolument anti-Jacobite avec la version de Burns conduit certains à voir dans cette dernière un incitation, à l'adresse des Jacobites, "à dépasser les anciennes divisions et à s'unir pour l'avenir" (M.McGrath of Harlow -membre permanent du " Mudcat Discussion Forum").

Un autre membre du Forum, défend un autre point de vue sur cette question. Il écrit:
"Il est exact que Burns élève le débat au dessus des considérations religieuses étriquées de la version contemporaine aux événements. En fait il se hisse complètement au dessus de la religion "révélée" institutionnelle dans sa recommandation finale d'opter pour le Déisme ou quelque chose de ce genre. Mais considérer sa version de "Vous qu'on nomme Jacobites" comme une sorte de Credo unioniste est aussi illogique, voire délibérément erroné, que de proclamer que c'est dans "Les volontaires de Dumfries" (en faisant abstraction du contexte historique spécifique et de l'ironie subtile qui s'attachent à ce chant), plutôt que dans "Une bande de gredins"qu'il faut chercher ce que Burns pensait sincèrement de la "Grande-Bretagne" et de l'Union..."

Americans by Name



Sung by the author Shaman Starseed

Robert burns's poem inspired the Celtic singer and musician Shaman Starseed with this "Americans by name" where the Jacobite schemes are replaced with the "Operation Northwoods plan" by which the military lobbies, backed by the mass media, framed the American nation into ungodly wars. JFK who opposed them was shot. The same nefarious plotters have a hand in the 9-11 attack on the "three towers". Le poème de Robert Burns inspira au chanteur-compositeur et musicien celtique Shaman Starseed cet "Americans by name" où les menées Jacobites sont remplacées par le plan "Opération Northwood" ourdi par les groupes d'intérêt militaires avec le soutien des médias, afin de dévoyer la nation américaine dans des guerres impies. JFK qui s'y opposa fut assassiné. Les mêmes abominables conjurés sont derrière les attentats du 11 septembre 2001 contre les "trois tours".




précédent suite