GREEN GROW THE RUSHES O

Anglo-Saxon counting song

Tune

Arrangement Christian Souchon (c) 2008

Green Grow the Rushes, O
An English folk song (Roud index #133)


I'll sing you one, O,
- Green grow the rushes, O.-
What are your one, O?
One is one and all alone
And evermore shall be so.

I'll sing you two, O,
Green grow the rushes, O.
What are your two, O?
Two, two, lily-white boys,
Clothèd all in green, O
One is one and all alone
And evermore shall be so.

I'll sing you twelve, O,
Green grow the rushes, O.
What are your twelve, O?
Twelve for the twelve Apostles,
Eleven for the eleven who went to heaven,
Ten for the ten commandments,
Nine for the nine bright shiners,
Eight for the April rainers,
Seven for the seven stars in the sky,
Six for the six proud walkers,
Five for the symbols at your door,
Four for the Gospel makers,
Three, three, the rivals,
Two, two, lily-white boys,
Clothèd all in green, O
One is one and all alone
And evermore shall be so.

Verts poussent les joncs O
Chant populaire anglais (Index Roud #133)



Je vais chanter le un, O,
Verts poussent les joncs, O.
C'est quoi ce un, O?
Un est un, il est tout seul
Et le sera pour longtemps.

Je vais chanter le deux, O,
Verts poussent les joncs, O.
C'est quoi ce deux, O?
Deux gars, blancs comme lis,
Habillés en vert, O
Un est un, il est tout seul
Et le sera pour longtemps.

Je vais chanter le douze, O,
Verts poussent les joncs, O.
C'est quoi ce douze, O?
Douze sont les douze apôtres,
Onze les onze qui montèrent au ciel,
Dix les dix commandements,
Neuf les neufs luminaires célestes,
Huit les faiseurs de pluie d'avril,
Sept les sept étoiles dans le ciel,
Six les six fiers marcheurs,
Cinq le symbole sur ta porte,
Quatre les Evangélistes,
Trois, trois les rivaux,
Deux, deux gars blancs comme lis,
Habillés de vert, O
Un est un, il est tout seul
Et le sera pour longtemps.


Interpretation

The lyrics of the song are in many places extremely obscure, and present an unusual mixture of Christian catechesis, astronomical mnemonics, and what may very well be pagan cosmology. The song's origins are uncertain, but the first recorded instance of it is in Hebrew: it may have originated in the intricacies of medieval Jewish thought, although the Cabbalistic mystics were seldom interested in composing songs. A parallel may also be drawn with the Jewish Passover song Echàd Mi Jodéa (He Who Knows), wherein the number five represents the books of the Pentateuch, two represents the "luchot habrit" (the stone tablets on which the 10 commandments are said to have been carved), and one represents "Our Lord, our Lord, our Lord who is in the heavens and the earth".

"Green grow the rushes, Ho (or O)" sounds sufficiently out of place that one is inclined to ascribe it to the same origin as "Fine flowers in the valley" in one version of the ballad The Cruel Mother – namely, an attempt to turn a misremembered line of Gaelic into its nearest English phonetic equivalent. However, the song did not originate in the British Isles; thus, the line must have been included for a conscious reason, or been the product of an earlier disruption.

Twelve for the twelve Apostles
This refers to the twelve Apostles of Jesus, although the number has other meanings; it may originally have referred to the months of the year, for example.

Eleven for the eleven who went to heaven
These are the eleven Apostles who remained faithful (minus Judas Iscariot), or possibly St Ursula and her companions.

Ten for the ten commandments
This refers, of course, to the ten commandments given to Moses.

Nine for the nine bright shiners
The nine may be an astronomical reference, although counting the Sun, Moon and planets known before 1781 yields at most eight. It could potentially refer to the nine orders (or 'choirs') of angels.

Eight for the April Rainers (or April Showerers, or occasionally Eight for the eight bold Rangers)
The April rainers refer to the Hyades star cluster, called the 'rainy Hyades' in classical times, and rising with the sun in April – the Greeks thought of them as inaugurating the April rains. "Eight bold rangers" is probably a recent corruption.

Seven for the seven stars in the sky (or Seven for the seven who went to Heaven)
The seven are probably either the Seven Sisters, the Pleiades star cluster, or perhaps Ursa Major, the Big Dipper. They may also be the planets or other stars. Alternatively, the seven stars may be those referred to in Revelation chapter 1. They are first cited in verse 16 as being held in the right hand of Christ and then explained as referring to seven angels of the seven early Christian churches. The seven stars could also be a reference to the Jewish cross, which is also a constellation over Israel.

Six for the six proud walkers
The six seems to be a historical reference, but remains obscure. It is possible that they were members of a Saxon war band who beat the bounds of their fortified camp in a traditional way between AD 450 and 1066. Perhaps it is a Biblical reference to Ezekiel 9:2 - six men with swords come in a vision of the prophet to slaughter the people, whose leaders (8:16) have committed such sins as turning East to worship the Sun, and "have filled the land with violence". It may also be a corruption of 'waters', but what "the six bold waters" would refer to remains elusive.

Five for the symbols at your door
This probably alludes to the practice of putting a pentagram at the door of a house to ward off witches and evil spirits; this was relatively common in the late Middle Ages and the Early Modern period, and is alluded to in no shortage of literary works from or set in those eras. It can also refer to the five books of Moses - the Pentateuch. An alternative interpretation is given by John Timpson in his book Timpson's England, where he states that it refers to five symbols displayed above the doorways of houses that would shelter Catholic priests. He gives an example a house where these can still be seen. The symbols above the door could also mean the mezuzah, which contains a section of the Torah and is inscribed with symbols.

Four for the Gospel makers
This refers to the four Evangelists, Mathew, Mark, Luke and John.

Three, three, the rivals
It could refer to the three major religious traditions of Islam, Judaism and Christianity, or to the synoptic gospels of Matthew, Mark and Luke, alluding to the previous line. These three give similar though slightly different accounts of the life of Christ.
The "three rivals" could also be Peter, James and John, who are often mentioned together in the Gospels and at one time: "A dispute also arose among them as to which of them was considered to be greatest" (Luke 22:24). However, only James and John are mentioned asking for special treatment in Mark 10:35-45, James and John's mother asks for her sons to have special treatment in Matthew 20:20-28, and the passage in Luke 22:24 uses a generic "them" to refer to all of the disciples. Peter is the next person spoken to by Jesus, but the ensuing conversation does not seem to refer to the discussion of a rivalry among the disciples.
It has also been suggested that "rivals" is a corruption of "the arrivals" and refers to the three Magi of the Nativity arriving at Jesus' cradle.
Another possibility is that this line refers to Hera, Athena, and Aphrodite, the three goddesses between whom the Judgement of Paris was made.

Two, two, the lily-white boys/ Clothed all in green, Ho
The two remain obscure. Jesus and John the Baptist have been suggested, as have the holly and the ivy (although the holly berry is red and the ivy berry is black, both have white wood and are evergreen). Pagan tradition also has the holly and the ivy as male and female, so they are not both "boys". The two may, instead, be holly and mistletoe (which has white berries with green branches), which would align more closely with the tradition of the defeat at Yule of the Holly King by the Oak King (mistletoe 'traditionally' grows on oak trees, although it will grow on other types of tree). Robert Graves, indeed, suggested that they are the Holly King and Oak King.
[The battle of light with dark is commonly played out in traditional folk dance and mummers plays across Britain such as Calan Mai in Wales, Mazey Day in Cornwall and Jack in the Green traditions in England which typically include a ritual battle in some form].
The phrase could also allude to an ancient ritual of painting two people from a village white and sending them off to die, therefore cleansing the village of its sins. The verse has also been changed to "lily-white doves" in some interpretations of the songs in reference to Noah's Ark.

One is one and all alone (sometimes One is one and one alone or One is one and stands alone)
One would suppose that the "One" of the last line would be God, but God in the Middle Ages was more commonly thought of as the Trinity, and "One is one and one alone", if applied to God, sounds more like Jewish or Muslim theology than Christian in its strong insistence on the Divine unity.

Alternate titles
Children Go Where I Send Thee
I'll Sing You One Oh
The Carol Of The Twelve Numbers
The Twelve Apostles
The Dilly Song
The Dilly Carol
The Counting Song

Retrieved from "http://en.wikipedia.org/wiki/Green_Grow_the_Rushes%2C_O"

Additional remark:
Like the Breton Vespers of the Frog, with which its presents striking similitudes, this song is cumulative in structure, with each verse built up from the previous one by appending a new stanza. Part of the above interpretation (the astronomical, not the biblical references) may also apply to the enigmatic Breton song.

La Villemarqué understood the "Vespers" as a "Druidic catechism". The oldest printed reference mentioned in the above Wikipedia article is William Winwood Reade's opinion in "The Veil Of Isis or Mysteries of the Druids" (1861) to the effect that the stanza TWO refers to Ovades who performed sacrifices for the Druids. Normally they would be dressed in white, but their sacerdotal robes would be green. These people would be novices, hence the slang 'green'. (cf. The yellow insert "Alleged survival of Welsh Druidic tradition in Britain").
Interprétation

Les paroles de ce chant sont souvent parfaitement hermétiques et présentent un mélange inhabituel de catéchèse chrétienne, de mnémonique astronomique et de ce qui pourrait bien être une cosmogonie païenne. Les origines en sont incertaines, mais la première trace écrite de cette pièce est un texte hébreu: il faut peut-être en chercher l'origine dans les méandres de la pensée juive médiévale, même si les mystiques de la kabbale se montrèrent rarement d'ardents compositeurs de chants. On peut aussi établir un parallèle entre ce chant et le chant de Pâques juif Echàd Mi Jodéa (Celui qui sait), dans lequel le nombre cinq représente les livres du Pentateuque, le deux le "luchot habrit" (les tables de pierres sur lesquelles, dit-on, furent gravés les 10 commandements); le "Un" représente "Notre Seigneur, Notre Seigneur qui règne sur les cieux et sur la terre".

"Verts poussent les joncs, Ho (ou O)" résonne à l'oreille si bizarrement qu'on a tendance à assigner à ce refrain la même origine qu'aux "Jolies fleurs de la vallée" dans une des versions de la complainte de La mère cruelle – à savoir, une tentative de transposition d'un vers gaélique qu'on a retenu de travers en son équivalent phonétique anglais le plus proche. Toutefois, comme ce chant a pris naissance hors des Îles britanniques, ce vers a dû être ajouté pour une raison bien précise; il peut tout aussi bien être le résultat d'une rupture de sens antérieure à son "importation".

Douze sont les douze apôtres
I s'agit des 12 apôtres de Jésus, bien que ce nombre ait d'autres significations; c'est ainsi qu'il a pu s'agir, à l'origine, des mois de l'année.

Onze, les onze qui montèrent au ciel
Ce sont les onze apôtres restés fidèles à Jésus (moins Judas Iscariote). A moins que ce ne soient Sainte Ursule et ses compagnes.

Dix, les dix commandements
Cela vise, naturellement, les dix commandements donnés à Moïse.

Neuf, les neuf luminaires célestes
Avec le neuf on aborde peut-être le domaine de l'astronomie, bien que si l'on compte le soleil, la lune et les planètes connues avant 1781, on arrive à 8 tout au plus. Ce vers pourrait peut-être désigner les neuf cohortes (ou "chœurs") d'anges.

Les huit faiseurs de pluie d'avril (ou "déclencheurs d'averses" d'avril, ou parfois "les huit hardis gardes forestiers")
Ceci fait référence au groupe d'étoiles, les Hyades, appelées les 'pluvieuses Hyades' chez les Grecs et les Romains. Elles apparaissent à l'horizon au lever du soleil en April – les Grecs pensaient qu'elles annonçaient les pluies d'avril. [Dans la mythologie, ce sont les sœurs de Pléiades (cf. sept)] "Les huit hardis 'rangers'" est probablement une corruption moderne.

Sept, les sept étoiles dans le ciel (ou les Sept qui montèrent aux cieux)
Ces sept étoiles sont probablement les Sept sœurs, les Pléiades, ou peut-être la Grande Ourse, ou Grand Chariot. Peut-être sont-ce les planètes ou d'autres étoiles. Ou bien encore, ces sept étoiles sont celles dont parle le chapitre 1 de l'Apocalypse. Elles sont citées pour la première fois au verset 16 et c'est le Fils de l'homme qui les tient dans sa main. On nous explique ensuite qu'il s'agit des sept anges des sept églises chrétiennes primitives. Enfin, ces sept étoiles pourraient être aussi une référence à la "Croix du Sud", qui est une constellation visible depuis Israël.

Les six fiers marcheurs
Cela ressemble fort à une référence historique, mais laquelle? Peut-être s'agit-il d'éléments d'un bataillon de Saxons qui "arpentèrent" les limites de leur camp fortifié conformément à la tradition entre 450 et 1066. Ou peut-être est-ce une référence biblique à Ezéchiel 9:2 - le prophète a la vision de six hommes armés d'épées venus massacrer le peuple dont les chefs (8:16) avaient commis divers péchés dont celui de se tourner vers l'est pour adorer le soleil et qui "avaient répandu la violence dans le pays". On pense aussi à corruption du mot 'waters' (eau pour "walkers", marcheurs), mais on ne voit pas bien ce que "six fières eaux" pourrait signifier.

Cinq le symbole sur ta porte
Il s'agit probablement d'une allusion à la coutume de dessiner un pentagramme à la porte d'une maison pour la préserver des sorcières et des mauvais esprits. Elle était assez répandue à la fin du Moyen-âge et au début de l'ère moderne et elle est évoquée dans bon nombre d'œuvres littéraires datant de ces époques ou les prenant pour cadre. Il peut aussi s'agir des 5 livres de Moïse -le Pentateuque. Une autre interprétation possible est fournie par John Timpson dans son livre "Timpson's England" (L'Angleterre selon Timpson), où il expose qu'il s'agit de cinq symboles visibles sur le linteau des portes d'entrée des maisons qui abritaient des prêtres catholiques. Il cite l'exemple d'une maison où ces signes apparaissent encore. Les symboles au-dessus de la porte pourraient aussi désigner les mezouzah, ces rouleaux de parchemin emboités dans des réceptacles fixés aux linteaux ou aux montants des portes d'une maison et contenant un passage de la Torah. Ils sont ornés d'une inscription symbolique.

Les quatre évangélistes
Il s'agit bien sûr de Mathieu, Marc, Luc et Jean.

Les trois rivaux (ou rivales)
Peut-être veut-on parler des trois grandes traditions religieuses: l' Islam, le Judaïsme et la Chrétienté ou bien encore des trois évangiles synoptiques de Mathieu, Marc et Luc dont il vient d'être question. Ces trois textes proposent des récits similaires bien que légèrement différent de la vie du Christ.
Les "trois rivaux" pourraient être aussi Pierre, Jacques and Jean, dont il est souvent question dans les évangiles. A un moment: "Une querelle éclata entre eux: lequel fallait-il considérer comme supérieur" (Luc 22:24). Toutefois, seuls Jacques et Jean sollicitent un traitement de faveur dans l'évangile de Marc 10:35-45. C'est leur mère qui intercède pour ses fils dans celui de Matthieu 20:20-28. Et le passage de Luc 22:24 utilise le terme générique "lequel d'entre eux" qui s'applique à tous les disciples. Pierre est alors la première personne à qui Jésus s'adresse, mais la conversation qui s'engage ne semble pas avoir pour objet la rivalité entre disciples.
On a dit aussi que "rivals" est peut-être la déformation du mot "arrivals" (arrivées) et qu'il vise les trois Mages de la Nativité qui arrivent auprès du berceau de l'Enfant.
Enfin, une autre possibilité est que cette ligne fasse référence à Héra, Athéna et Aphrodite, les trois déesses soumises au Jugement de Paris.

Deux gars blancs comme lis/ Tout habillés de vert, Ho
La strophe "deux" demeure obscure. On peut penser à Jésus et Jean-Baptiste; ou bien au houx et au lierre (bien que les baies de houx soient rouges et celles du lierre noires, ces deux plantes ont un bois blanc et des feuilles persistantes vertes). Selon la tradition païenne, le houx est mâle et le lierre femelle; ce ne sont donc pas "deux gars". Ce pourrait être, cependant, le houx et le gui (qui a des baies blanches et des branches vertes), ce qui serait plus dans le droit fil de la tradition qui fête la défaite, entre Noël et l'Epiphanie (période appelée "Yule" en anglais), du roi du Houx par le roi des Chênes (le gui dont la "tradition" veut qu'on le trouve sur les chênes, pousse en réalité sur d'autres espèces).
C'est le poète et folkloriste britannique Robert Graves (1895-1985, auteur de "The White Goddess"), qui suggéra, que le chant parlait du roi du Houx et du roi des Chênes [chacun représentant une moitié de l'année]. King.
[La bataille de la lumière et de l'obscurité est fréquemment évoquée dans des ballets populaires et des spectacles de mimes traditionnels dans toute la Grande Bretagne, tels que le "Calan Mai" de Galles, la fête de Golowan et son "Mazey Day" de Cornouailles et le jeu de "Jack in the Green" en Angleterre qui comportent habituellement un rituel de bataille sous une forme ou une autre].
L'expression pourrait aussi désigner une antique coutume qui consistait à peindre en blanc deux personnes d'un village et les en chasser jusqu'à ce qu'elles meurent, lavant ainsi le village de ses péchés. Les gars blancs ont été parfois camouflés en "colombes blanches comme lis" dans certaines interprétations de ces chants, par référence à l'Arche de Noé.

"Un est un. Il est tout seul" (parfois: "le Un est seul et bien seul" ou "le Un est un et reste seul")
On pourrait croire que ce "Un" du dernier vers soit Dieu, mais Dieu au Moyen-âge était plutôt conçu comme étant la Trinité. De sorte que "Un est un. Il est tout seul", appliqué à Dieu, résonne comme relevant d'avantage de la théologie juive ou musulmane que de la théologie chrétienne, par l'accent qu'elle met sur l'unité divine.

Autre titres
Enfant, va où je t'envoie
Je vais vous chanter le Un Oh
Le chœur des douze nombres
Les douze apôtres
Dilly song
Dilly Carol
La comptine


Remarque supplémentaire:
Comme le chant breton Vêpres des Grenouilles, avec lequel elle présente de troublantes similitudes, cette comptine se développe par accumulation, chaque couplet reprenant le précédent en y ajoutant une nouvelle strophe. L'interprétation ci-dessus peut également s'appliquer en partie à l'énigmatique chant breton (les références astronomiques, non les bibliques).

La Villemarqué voyait dans les "Vêpres" un "catéchisme druidique". La plus ancienne référence imprimée mentionnée dans l'article Wikipedia ci-dessus est l'opinion de l'auteur William Winwood Reade dans "Le voile d' Isis ou les Mystères des Druides" (1861) selon laquelle la strophe DEUX a trait aux Ovates qui procédaient aux sacrifices à la place des Druides. Normalement ils auraient dû être vêtus de blanc, mais leurs robes sacerdotales étaient vertes. Ces officiants étaient des novices et c'est là l'origine du mot argot 'green' [anglais pour "blanc-bec", "béjaune", allemand "Grünschnabel"]. (cf. L'encart jaune "Soi-disant survivance des Traditions druidiques galloises en Grande-Bretagne").



* Ar Rannoù (Saozneg)*