De Penguern et les autres collecteurs

J.M. de Penguern  (1807 -1858)

1° Jean-Marie de Penguern (1807 -1858)

Biographie
Contrairement à ce qui a parfois été écrit, la particule est de rigueur et c'est bien à Jean Joseph Pierre Marie de Penguern (breton: Yann-Vari Penwern) que nous avons affaire.
Il est né le 26 juin 1807 à Paris.
Après des études partagées entre la Bretagne et Paris, [comme pour le héros des "Hirondelles], il se dirige vers la profession d'avocat, marchant ainsi sur les traces de son père qui fut magistrat à Morlaix en 1810, président du tribunal de Châteaulin en 1813, puis de Lannion de 1818 à 1843. Il prêta serment d'avocat à Rennes en 1832.
Comme pour La Villemarqué et bien d'autres, les milieux bretons de la capitale sont certainement à l'origine de sa vocation de collecteur. Pour affirmer son refus du régime et de la société de la monarchie de Juillet (cf. le chant "Le temps passé") l'aristocratie bretonne se retrouvait dans des salons tels que ceux tenus par Auguste de Courcuff ou les Frères de Courcy, où elle pouvait cultiver son particularisme. De Penguern a pu les fréquenter soit durant ses études, soit entre 1830 et 1840.
Le 23 mai 1838, de Penguern épouse Joséphine de Kerléan de Taulé. Il est nommé juge de paix à Perros-Guirec en janvier 1840, poste qu'il abandonne en juillet 1843 pour s'installer à Lannion où il reprend sa profession d'avocat. C'est durant cette période, jusqu'à sa nomination à Fougères (région non bretonnante) en 1853, que De Penguern s'est livré à son important travail de collecte et de recherches. Après avoir été juge et suppléant à Lannion en 1851, il fut donc, après avoir été candidat malchanceux au poste de Procureur de la République à Lannion, exilé en zone francisante. Il tomba gravement malade en 1855 (ostéite coxale). Il mourut au manoir de Gwitaole-bras (aujourd'hui Port-bras) an Taulé, le 11 août 1856.
En matière de collection, loin de sa limiter aux chants populaires dont il a pourtant recueilli une quantité considérable, il recherchait aussi les médailles, les pièces de monnaies, les meubles, les pièces de théâtre en breton. Il participait à des fouilles archéologiques et réalisait des recherches d'archives, accumulant ainsi de nombreuses notes et une correspondance importante.
Cependant, cette activité n'a donné lieu qu'à un nombre infime d'articles dans des revues locales de Lannion.

Les enquêtes de Salvandy et Fortoul
Dans "La Villemarqué, sa vie et ses oeuvres", (Champion 1926) le fils du Barde explique pourquoi De Penguern n'a pas édité lui-même ses chants:

Il faut d'abord rappeler que, pour répondre à un intérêt croissant du public cultivé pour les chants populaires, auquel la publication du "Barzhaz" en 1839 n'était certainement pas étrangère, le ministre de l'Instruction publique de Guizot, Narcisse Achille de Salvandy, par arrêté en date du 21 mai 1845, avait créé une "Commission des chants religieux et historiques de la France" chargée d'organiser leur collecte. Son travail, interrompu par la révolution de 1848, fut repris sous le ministère d'Hippolyte Fortoul, à travers le décret du 13 septembre 1852, développé dans les instructions de Jean-Jacques Ampère. En 1857 on procéda à l'inventaire des répertoires amassés pendant l'enquête Fortoul... et le projet en resta là. En 1876 les manuscrits furent déposés à la Bibliothèque Nationale mais la publication du "Recueil général des poésies populaires" n'a jamais vu le jour (jusqu'à présent!). Comme toujours en de semblables circonstances, il s'était trouvé des censeurs pour critiquer cette remarquable entreprise et ses méthodes qui fixaient un cadre rigide générateur de censure morale des paroles, incitant à la réécriture, favorisant le passéisme et visant un public de lettrés...

La collection de Penguern
J.M. de Penguern écrit à La Villemarqué en 1848:
"Nous allions nous aussi nous faire imprimer... Emile Souvestre [1808 - 1854]... nous avait confié à Kerambrun et à moi [lettre en date du 7 juillet 1847], notre modeste coin de terre, notre très cher pays de Tréguier [Cantons de Perros-Guirec et de Taulé]. Pendant deux ans, nous avons recueilli, traduit, commenté. Nous étions prêts quand la Révolution [de Février 1848] est venue briser nos tablettes...
Nous donnerons cependant nos chants avec ou sans le travail de Souvestre. Nous ferons probablement la folie de les éditer à nos dépens..."
Mais sept ans plus tard, il écrit au même La Villemarqué:
"...mon intention était de ne rien vous donner [de mes manuscrits]. Et cela parce que votre Barzaz Breiz doit figurer tout entier dans le recueil du ministre. J'en agissais ainsi, croyez-le bien, non par vanité puérile mais par piété filiale. Quelle grâce mes pauvres paysannes déguenillées pouvaient-elles avoir auprès de vos belles dames en manteau de pourpre et d'hermine...
Vous avez recueilli avec un rare talent et un rare bonheur notre tradition poétique. Je ne recherche que la tradition historique...
J'ignorais que Souvestre eut adressé à M. Fortoul quelques-uns des chants que je lui avais communiqués...Or je ne [lui] avais rien donné de fini, d'achevé...
Si Souvestre s'est amusé à compléter les textes à l'aide de ce qu'il appelait son Breton littéraire, s'il a retouché, s'il arrangé un mot, il me serait impossible de signer un pareil travail, entièrement étranger à ma manière de faire...Envoyez-moi les morceaux qui me sont attribués et je les retournerai tels qu'il me sera permis de les avouer...Je ne peux pas refuser à M. Fortoul...ce qu'il vous a chargé de me demander.
Mettant tout amour propre de côté, je réunirai mes plus beaux morceaux...Une vingtaine et peut-être plus, j'y joindrai des notes historiques et j'adresserai au ministre ce recueil bien pâle à côté du vôtre..."
En dépit des compliments appuyés qu'il adresse à la Villemarqué, on devine qu'il estime, en réalité, que ce dernier a pris avec les textes populaires les mêmes libertés que celles qu'il reproche à Emile Souvestre.

Où sont les manuscrits de Penguern?
Et cependant, la collection est restée inédite (sauf quelques pièces dans diverses revues). Elle fut dispersée après sa mort en 1856. Une partie fut acheté par MM. Du Cleuziou et Luzel, puis le docteur Halléquin en resta seul possesseur et la déposa à la Bibliothèque Nationale en 1878 (manuscrits 89 à 95). Une autre partie détenue par un abbé de Guingamp a également été acquise par la Bibliothèque Nationale (Acquisitions 1891 - 1910 du Département des Manuscrits N°111-112). Enfin Arthur de la Borderie et François Vallée ont également fait don de certains documents à la Bibliothèque Municipale de Rennes.
En 1983, la collection "Dastum" a publié sous le titre "Dastum Penwern" un extrait de ces manuscrits, la fin du manuscrit 90 et le manuscrit 91, en respectant scrupuleusement l'orthographe bretonne erratique du collecteur, qui met la sagacité du lecteur à rude épreuve.
Biography
Contrary to some assertions, Jean-Marie de Penguern (Breton: Yann-Vari Penwern) does have a handle to his name.
He was born on 26th June 1807 in Paris.
Like the hero of the song "Swallows"], he spent his younger days partly in Brittany, partly in Paris and studied law to become a solicitor, following in his father's footsteps who was magistrate in Morlaix in 1810, President of the Courts in Chateaulin, in 1813, then in Lannion from 1818 to 1843. He was sworn in as a lawyer in Rennes in 1832.
Like for La Villemarqué and many others, the Breton circles of the capital must have played an essential part in arousing his collecting passion. To proclaim their objection to the July monarchy rule and social order (see the song ""In Olden Times""), the Breton gentry got together in "salons" like those held by Auguste de Courcuff or the De Courcy brothers, to cultivate their specific Breton character. De Penguern should have frequented them between 1830 and 1840.
On 23rd May, De Penguern married Joséphine de Kerléan de Taulé. He was appointed as Justice of the Peace in Perros-Guirec in January 1840, but he resigned in July 1843 to settle in Lannion where he went back to his former lawyer calling. It was in this lapse of time that he devoted himself to his important collecting and researching work. He then was Judge and Deputy judge in Lannion in 1851, but he failed to become appointed as a State Prosecutor in Lannion and went in "exile" to the French speaking town Fougères in 1853. He fell seriously ill in 1855 (bone coxalgia) and died at Gwitaole-bras Manor in Taulé, on 11th August 1856.
His searching and hunting was not limited to folk songs though he gathered a huge amount of them. He also was interested in coins and medals, furniture and plays in Breton language. He took part in excavations and archives research, thus building up a stock of notes of all sorts and a considerable correspondence.
And yet, this activity yielded only quite a few articles in Lannion local journals.

The de Salvandy and Fortoul inquiries
In the book "La Villemarqué, his life and his work", (published by Champion 1926), the son of the "Bard" explains why De Penguern never did publish, himself, his songs:

But we must first remind that, as a response to an educated audience's growing interest in folk songs, to which the "Barzhaz Breizh" published in 1839 very likely contributed a great deal, the Minister of Education in the Guizot government, Narcisse Achille de Salvandy, by ministerial order dated 21st May 1845, had created a "Commission for hymns and historical songs of France" to arrange the collecting of these pieces. This work was interrupted by the 1848 Revolution, and resumed under Napoleon III by his Minister Hippolyte Fortoul, pursuant to the decree of 13th December 1852 and detailed instructions were given by Jean-Jacques Ampère. In 1857 the inventory of the materials gathered during the Fortoul inquiry was made. The project was then in abeyance till 1876, when the manuscripts were deposited at the National Library. But the "General Collection of Folk Poetry" never was published (up to the present). As usual in such cases, critics of this remarkable undertaking were found who had objections to the methods and the rigid frame imposed on the collectors, arguing that it furthered moral censorship or amending of the lyrics and devotion of the past and privileged a public of scholars...

The de Penguern collection
J.M. de Penguern wrote to La Villemarqué in 1848:
"We too, were going to have our songs published... Emile Souvestre [1808 - 1854]... had allocated to Kerambrun and myself [by letter dated 7 July 1847], our own corner, Tréguier and surroundings [cantons of Perros-Guirec and Taulé]. During two years we have collected, translated, commented. We were ready when the revolution [of February 1848] smashed our tablets to pieces...
Yet we shall give our songs with or without the additions made by Souvestre. We will be probably thoughtless enough and publish them at our own expense...
But seven years later, he wrotr to the same La Villemarqué:
"...I did not want to give you any [of my manuscripts], because your Barzhaz Breizh ought to appear as a whole in the Minister's collection. I beg you to believe that I was moved to do so, not by childish vanity, but filial respect. How could my poor country women put on a bold front, in their rags and tatters, in the face of those fine ladies of yours, in their scarlet, ermine furred attire?...
You have collected with unusual talent and good fortune testimonies of our poetical tradition, whereas I have focussed on our historical tradition...
I did not know that Souvestre had sent to M. Fortoul some of the songs I had submitted to him... Now, they were by no means carefully worked out...
If Souvestre indulged in infusing into these texts what he called his literary Breton, if he had touched up or altered but a word, I would find it impossible to affix my signature on such work, thoroughly different from my own working methods... Please send me the pieces that are ascribed to me and I shall return them, as far as this ascription is admissible...I cannot refuse Mr Fortoul...what he wanted you to ask me for.
I shall put my pride aside, gather my best pieces,... a score of them, maybe more; I shall add some historical comments and send to the ministry this collection, a most weakish one, compared with yours..."
In spite of the emphasized compliments he makes La Villemarqué, it's easy to feel that he considers that the latter took the same liberties with his folk texts as Emile Souvestre with his own material.

Where are the Penguern manuscripts?
And yet, with exception of a few individual texts published in local journals, the collection remained unpublished after his death in 1856. Part of it was bought by Mr de Cleuziou and Mr Luzel. Then Dr Halléquin became the only owner and deposited it at the National Library in 1878 (MS 89 with 95). Another part, owned by an abbot in Guingamp, also was bought by the National Library (Acquisitions 1891 - 1910 of the Manuscript department N°111-112). And last, Arthur de la Borderie and François Vallée also donated some documents for the benefit of the Rennes Town Library.
In 1983, The imprint "Dastum" published under the title "Dastum Penwern" some of these manuscripts: the second half of MS 90 and MS 91, whereby the collector's "random" spelling of the Breton language was scrupulously preserved, causing much trouble to the reader.


Chants Collectés par De Penguern ayant un équivalent dans le Barzhaz ou le 1er cahier de Keransquer

Songs collected by De Penguern with their counterparts in the Barzhaz Breizh or the 1st Keransquer MS

Chants collectés par De Penguern Chants correspondants du Barzhaz Breizh ou de CK1
An den kozh dall (Le vieillard aveugle)
An intañvez deus a Oelo (La veuve de Goëlo)
An Ivern (L'enfer)
An naer wiber (La vipère)
Ar bennherez Ar Wern (La fille unique des Le Guern)
Ar bleizi mor (Les loups de la mer)
Ar bugel koar (L'enfant de cire)
Ar butuner (Le Fumeur)
Ar c'hloarek marv (La mort du clerc)
Ar C'hont Trador (5 versions de "Aotroù Nann")
Ar minour hag ar vinourez (L'orphelin et l'orpheline)
Ar paper timbr (La ronde du papier timbré)
Ar ribot (La baratte)
Ar seizenn eured (La ceinture de noces)
Ar sorcerez (1 - 2) (La sorcière (1 -2))
Ar veleien harluet (Les prêtres exilés)
Argad Saozon (Le raid des Anglais)
Baron Penhoat (Le baron de Penhoët)
Chanson Ducguaitrouin (Duguay-Trouin)
Gwener Ar Groaz (Vendredi Saint)
Gwilhaouig Kalvez (Guillaume Calvez)
Gwreg Ahes (La Vieille Ahès)
Intañvez a Donkedek (La Veuve de Tonquédec)
Itron ar Faouet (La Dame du Faouet)
Koat-an-Nec'h (Coatannay, 2 vers.)
Lezobre (Les Aubrays)
Mari (Marie)
Pardon Landreger (Pardon de Tréguier)
Perrinaik Lannuon (Perrine de Lannion)
Rosmelchon (Rosmelchon)
Tostaït amañ Plabennegiz! (Approchez, gens de Plabennec!)
Trédrez (6 versions différentes)
Va broiz me zo pell diouzhoc'h (Amis, si je suis loin de tous...)
Diougan Gwenc'hlan (02. La prédiction de Gwenc'hlan)
Intañvez (k.58 La veuve)
Ar plac'h dimet gant Satan (24. La fiancée de Satan)
Ar plac'h dimet gant Satan (24. La fiancée de Satan)
Ar plac'h dimet gant Satan (24. La fiancée de Satan)
Alan al Louarn (13. Alain le Renard)
Ar rannoù (01. Les séries)
Kenavo d'ar yaouankiz (k57. Adieu à la jeunesse)
Ar melezourioù arc'hant (67. Les miroirs d'argent)
An Aotroù Nann (03. Le Seigneur Nann)
Daou zen yaouank (k44. Deux jeunes gens du village)
Paotred Plouyeo (33. Les jeunes hommes de Plouyé)
Jannedic (k30, coll. par Mme de La Villemarqué)
Ar seizenn eured (k23. Jeannette Le Roux)
Loiza hag Abalard (16. Héloise et Abélard)
Ar beleg forbannet (51. Le prêtre exilé)
Emgann Sant Kast (46. Le combat de Saint Cast)
Pontplenkoad (k12. Le baron de Penhoët)
Duge (k36. Dugay-Trouin)
Itron Varia (k06. Sainte Marie)
Markiz Gwerand (42. Le Marquis de Guérand)
Bosenn Eliant (9. La Peste)
An amzer dremenet (56. Le Temps passé)
Gwreg ar C'hroazour (18. L'épouse du Croisé)
An aotroù kavaliour (k18. Le sire cavalier)
Lez Breizh (11. Morvan Lez-Breiz)
Kan an Arvel (57.5. Le chant de l'armoire)
Porz-Kotour (k19. St Jean de Port-Contour)
Emzivadez Lannuon (44. L'orpheline de Lannion)
Filhorez Ao Gwesklen (28. La filleule de Duguesclin)
Ar beleg forbannet (51. Le prêtre exilé)
Pardon d'ar Ger-Yaodet (k17. Pardon du Yaudet)
Ar Chouanted (53. Les Chouans)


2° Autres collecteurs ou auteurs de chants

2° Other Song Collectors and Authors


Alfred Bourgeois
Auguste Briseux
François Cadic
Louis Dufilhol
Maurice Duhamel
Marie Feydeau de Vaugien
Henri Guillerm et Loeiz Herrieu
Guillaume-René Kerambrun
De La Villemarqué
Donatien Laurent
Anatole Le Braz
François-Marie Luzel
Chanoine H. Pérennès
Jean-Marie de Penguern
Narcisse Quellien
Emilie de Saint-Prix
Emile Souvestre
Olivier Souvestre
François Vallée


Chants ayant un équivalent dans le Barzhaz Breizh ou dans le 1er Cahier

Songs with their Counterparts in the Barzhaz Breizh or in the 1st Copybook

Chants Chants correspondants du Barzhaz Breizh ou du 1er Cahier
Adieu chers camarades (anonyme, Chant de gaillard d'avant)
An hini gozh (anonyme)
Dans les prisons de Nantes (anonyme)
Gwilhaouig Kalvez ("Guillaume Calvé", coll. par A. Bourgeois)
Leskildri ("Madame de Lesquildry", coll. par A. Bourgeois)
Gwerz Janed ar Mareg ("Jeannne Le Marec", coll. par A. Bourgeois)
Kan ar vartoloded (Les matelots, coll.par Alfred Bourgeois)
Ar martolod yaouank (Le jeune matelot, coll. par A. Bourgeois)
Ar Miliner laer ("Le meunier voleur", coll. par A. Bourgeois)
Ar plac'h kollet ("La fille perdue", coll. par A. Bourgeois)
Marc'had ar merc'hed ("Le marché aux filles", coll. par A. Bourgeois)
Marc'heg ar Roue ("Le chevalier du roi", poésie d'Auguste Briseux)
Bonomik ("Bonhomme", coll. par F. Cadic)
Il faut saisir l'occasion (coll. par F. Cadic)
M. le comte et Madame (coll. par F. Cadic)
Complainte des trépassés (coll. par F. Cadic)
La mort de Jean Jan (coll. par F. Cadic)
Komanset eo ar Brezel ("La guerre est commencée", coll. par F. Cadic)
Markiz Milan (coll. par François Cadic)
Er men feutet ("La pierre fendue", coll. par F. Cadic)
Le Marquis de Pontcallec (coll. par F. Cadic)
Prisonerien en Angleter ("Prisons d'Angleterre", coll. par F. Cadic)
La femme du sabotier (coll. par F. Cadic)
L'exilée de Tireden (coll. par F. Cadic)
La femme aux deux maris (coll. par F. Cadic)
Me 'meus choazet ("Ma maîtresse", coll. par C'henn Ar C'hann)
Na seiteg deiz ("Pendant dix-sept jours", coll. par Fañch Dano)
Plac'hig yaouank deus Pluzulian ("Fille de Pluzulian", coll. par F. Danno)
Jertrud hag he mamm ("Gertrude et sa mère", coll. par L. Dufilhol)
Le comte et la fée (coll. par E. Ernault)
An tri maleüruz (Les 3 misérables, coll. par Francès)
Ar miliner laer ("Le Meunier voleur", coll. par "Gazeg Veurzh")
Lojaik (2ème version) (coll. par H. Guillerm)
Ar Bragoù moan ("Culottes étroites", composé par l'Abbé Henry)
Me 'meus choazet ("Ma maîtresse", coll. par Herrieu et Duhamel)
Miloerieu argant ("Miroirs d'argent", coll. par Herrieu et Duhamel)
Sant Henori ("Sainte Honora" coll. par D. Laurent)
Kotriodor ("Comte Riodor", coll. par D. Laurent)
Reneadig C'hlaz ("Renée la Pâle", coll. Laterre & Gourvil)
Jean L'Arc'hantec (composé par A. Le Braz)
Margodik La Boessier ("Margodic La Boissière", coll. Lédan)
Récit composet... (Feuille volante de Lédan)
Ar saboter koad (coll. par Loth et Bourgault-Coudray)
Er sabotir koëd (comm. par S. Marcais)
An Tour Plomb (coll. par Gabriel Milin)
Son ar Miliner ("Chanson du meunier", coll. par P. Monjarret)
Penaos oc'h c'hwi? (coll. par Paotr Tréouré)
Ar yarig wenn ("La poule blanche", comp. Paotr Tréouré)
Ar peñse ("Le naufrage", coll. par H. Pérennès)
Ar vag kollet ("Le bateau naufragé", coll. par H. Pérennès)
Le Clerc Le Chiffrans (coll. par H. Pérennès)
Celui qui était allé... (coll. par H. Pérennès)
Le Clerc Le C'hlaouder 2 (coll. par H. Pérennès)
Le Clerc Le C'hlaouder 1 (coll. par H. Pérennès)
Ar paourik (coll. par H. Pérennès)
Eginané de Sainte Tréphine (coll. par H. Pennérès)
Un den yaouank, siwazh! (coll. par H. Pérennès)
Kalz a amzer ("Que de temps perdu!", coll. par N. Quellien)
Liskildri (coll. par N. Quellien)
Aliette Le Mat (coll. par Mme de Saint-Prix)
Eskop Penarstank ("Mr Penarstang",coll. par Mme de Saint-Prix)
Rogart ha Markig Eured ("Frères Euret", coll. par Mme de Saint-Prix)
Baron Nevet hag ar Gimadek (coll. par Mme de Saint-Prix)
Stank Bizien ("Etang de Bizien", coll. par Mme de Saint-Prix)
Markiz Trédrez (coll. par Mme de Saint-Prix)
Sonnig Amourousted ("Chanson d'amour", réécrite par L.F. Sauvé)
Ar roue Gralon ha Keris ("Gralon et Is", poésie d'O. Souvestre)
Fontanella ("La Fontenelle" coll. par Ifig Troadec)
Ar Basion Vras ("Grande Passion", coll. par F. Vallée)
Droughirnezh (65. Le mal du pays)
k22. Me 'm-eus choazet 2 vestrez (1er carnet)
k15. Kloarek Al Loyer (1er carnet)
Markiz Gwerand (42. Le Marquis de Guérand)
Milinerez Pontaro (64. La meunière de Pontaro)
Jenovefa Rustefan (36. Geneviève de Rustéfan)
Droughirnez (65. Le mal du pays)
Droughirnezh (65. Le mal du pays)
Milinerez Pontaro (64. La meunière de Pontaro)
Marzhin Barzh (10.3. Merlin le Barde)
Ar c'hakous (63. Le lépreux)
Lez-Breizh (11. Lez-Breizh III)
k07. Bonhomic (1er carnet)
k07. Bonhommig (1er carnet)
An aotroù Nann (03. Sire Nann)
Gwerz an Anaon (75. Le chant des trépassés)
Maronad Pontkalek (45. Elégie de Pontcallec)
Ar re c'hlaz (52. Les Bleus)
Markiz Gwerand (42. Le Marquis de Guérand)
Son an daol (57.3. Chanson de table)
Maronad Pontkalek (45. Elégie de Pontcallec)
Kanaouenn al Levier (49. Chant du Pilote)
k27. Ar saboter (1er carnet)
Baron Jauioz (27. Le baron de Joyeuse)
Seizenn Eured (31. La ceinture de noces)
Ar c'hloarek paour (66. Le pauvre clerc)
Milinerez Pontaro (64. La meunière de Pontaro)
Ar mezelourioù arc'hant (67. Les miroirs d'argent)
An aotroù Nann (03. Sire Nann)
An aotroù Nann (03. Sire Nann)
Ened Rosporden (35. Le carnaval de Rosporden)
Milinerez Pontaro (64. La meunière de Pontaro)
k30. Loisaik (1er carnet)
k48. Paotred kostez Pont n'Abad (1er carnet)
Ar c'hloarek paour (66. Le pauvre clerc)
Ar mezelourioù arc'hant (67. Les miroirs d'argent)
Tour an Arvor (73. La Tour d'Arvor)
An aotroù Nann (03. Sire Nann)
Azenorig C'hlaz (32. Azénor la Pâle)
k34. Ar Martolod (1er carnet)
k45. Margodik (1er carnet)
Ened Rosporden (35. Le carnaval de Rosporden)
k27. Ar saboter (1er carnet)
k27. Ar saboter (1er carnet)
k13. An Tour plom (1er carnet)
Milinerez Pontaro (64. La meunière de Pontaro)
k02 Ar c'hloarek fripon (1er carnet)
k69. Ar Gwiskamant (1er carnet)
Pardon ar Folgoad (37. N.-D. du Folgoët)
Pardon ar Folgoad (37. N.-D. du Folgoët)
Maronad Pontkalek (45. Elégie de Pontcallec)
Ar plac'h dimet gant Satan (20. La fiancée de Satan)
Markiz Gwerand (42. Le Marquis de Guérand)
Markiz Gwerand (42. Le Marquis de Guérand)
Ar peorien (57.4. Chant des Pauvres)
Tro Eginane (62. La tournée de l'éguinané)
Kimiad an ene (74. Le départ de l'âme)
Kroaz an hent (68. La croix du chemin)
Milinerez Pontaro (64. La meunière de Pontaro)
k08. Du Stanc (1er carnet)
k08. Du Stanc (1er carnet)
Lez-Breizh (11. Lez-Breizh III)
Maronad an Ao Nevet (43. Elégie de M. de Nevet)
Ur gentel vad (54. Une bonne leçon)
Filhorez an Aotrou Gwesklen (28. La filleule de Duguesclin)
Kroaz an hent (68. La croix du chemin)
Livadenn Keris (6. La submersion d'Is)
Fontanellan (39. La Fontenelle)
Kentel ar Peorien (57.4. Chant des Pauvres



Vous écoutez la mélodie du chant "Katell gollet" (Catherine perdue)